Accueil > Dossiers > Turquie-Kurdistan > Turquie/Kurdistan : Traitements inhumains contre les 150 prisonniers kurdes (...)

21 juin 2015

Turquie/Kurdistan : Traitements inhumains contre les 150 prisonniers kurdes syriens

L’Agence Régionale Méditerranéenne de l’Association des Droits de l’Homme (IHD) a tenu une conférence de presse avec le HDP (parti d’union de la gauche qui reprend plusieurs partis légaux issus des mouvements révolutionnaires turques, qui vient d’obtenir 13% des votes aux dernières élections turques). Cette conférence de presse concernait les prisonniers du PYD (Parti de l’Union Démocratique), de ses branches armées (YPG et YPJ) et d’autres habitants du canton de Kobané. Ils sont plus de 150 dans les prisons turques, majoritairement emprisonnés à la prison de Osmaniye T2. Dans cette prison, les prisonniers sont 10 à 12 dans des cellules conçues pour détenir 3 personnes. Les matons provoquent systématiquement les prisonniers en les traitant de terroristes, en les battant, en les déshabillant et en les fouillant régulièrement, en les empêchant de porter leurs chaussures en cellule. La qualité de la nourriture est épouvantable et l’accès aux journalistes est interdit. La plupart des prisonniers sont détenus sans autre motif qu’avoir combattu contre l’Etat Islamique.

Au niveau médical, un seul médecin est autorisé à visiter les prisonniers, une fois par semaine. De nombreux prisonniers ont été blessés au champs de bataille syrien et ne peuvent pas recevoir de traitements. 10 prisonniers en particulier sont très gravement blessés et ne peuvent pas être soignés, entre autres raisons parce que les matons refusent de retirer les menottes des prisonniers lors des rares visites du médecin. Les prisonniers qui résistent où se rebellent sont déplacés de prison en prison, les éloignant du Kurdistan. Les prisonniers arrêtés près de la frontière syrienne sont ainsi détenus à Urfa, puis à Osmaniye, puis déplacés vers l’Ouest s’ils résistent.

La Turquie est régulièrement accusée de connivence avec les islamistes. Lors de la toute récente bataille de Tal Abyad (rebaptisée de son nom kurde ’Girê Spî’), de très nombreux combattants réactionnaires ont pu fuir à travers la frontière turque. Il y a deux jours, un QG de l’Etat Islamique a été ’découvert’ à Akçakale (ville turque à la frontière de Girê Spî). Cette base, bien connue des soldats turcs, a servi a mener des opérations pour les islamistes de l’autre coté de la frontière et à rapatrier des cadres islamistes. Ce QG a été mis en évidence car les islamistes prenaient en photo les journalistes qui passaient par là pour se rendre vers la ligne de front.

La prison d'Osmaniye La prison d’Osmaniye

Voir le dossier: avec les tags: - - - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?