De violents incidents ont éclaté aujourd’hui dans plusieurs villes de Turquie entre manifestants kurdes et la police après une décision des autorités électorales d’interdire à des candidats kurdes de se représenter aux législatives, prévues le 12 juin. Le principal parti pro-kurde de Turquie BDP a menacé de boycotter le scrutin après le rejet lundi soir par le Haut conseil électoral (YSK) de sept de ses candidats, au motif de leur casier judiciaire notamment. Parmi eux figure Leyla Zana (photo) et Hatip Dicle, deux ex-députés kurdes qui ont passé une décennie en prison (1994-2004), pour “collusion” avec le PKK.

Les heurts ont opposé les manifestants kurdes qui protestaient contre ce refus à la police à Diyarbakir, peuplé majoritairement de Kurdes. Quelque 4.000 manifestants ont lancé des pierres contre la police anti-émeutes qui a riposté avec des bombes lacrymogènes et des canons à eau. Une vingtaine de manifestants ont été arrêtés.

A Istanbul, première métropole turque, la police est intervenue pour disperser plusieurs centaines de manifestants après un sit-in sur la place centrale de Taksim. Des groupes de jeunes ont attaqué des stations de métro, des bâtiments scolaires et un bureau de poste à coups de pierres et de cocktails Molotov, prenant également pour cibles des bus, des voitures, des véhicules de pompiers et des journalistes, les forces de sécurité réagissant avec des grenades lacrymogènes. Une manifestation similaire a eu lieu à Van, où plusieurs manifestants auraient été blessés

leylazana.jpg