Les initiatives commémorant l’assaut meurtiers des dortoirs des prisonniers politiques en grève de la faim, le 19 décembre 2000, se sont multipliées en Turquie. Le 16 décembre 2010, des membres du Front populaire ont occupé un local du Parti républicain du peuple (opposition kémaliste) à Istanbul et suspendu un calicot des 6 militantes brûlées vives dans l’assaut de la police (voir ici la video). Le 19 décembre 2010, plusieurs centaines de membres du Front populaire se sont rassemblés devant la prison de Bayrampasa, puis se sont rendu en cortège au cimetière de Cebeci pour fleurir les tombes des résistants. Le soir, des militants ont bloqué les routes dans le quartier d’Okmeydani aux cris “Les UPA (Unités de propagande armée) du DHKC sont aux trousses des assassins”, “Tremble oligarchie, le Parti-Front avance”, “L’État fasciste rendra des comptes”, “L’espoir porte un nom, le DHKP-C” Les militants ont d’abord dressé des barricades auxquelles ils ont bouté le feu pour attirer l’attention de la population et bloquer une éventuelle incursion de la police. Ils ont ensuite fait le tour du quartier en appelant la population à soutenir le mouvement révolutionnaire.

Le 20 décembre, la police d’Istanbul et la section de Marmara des services d’intelligence nationale (MIT) a annoncé avoir capturé 13 militants du DHKP-C soupçonnés d’avoir constitué une milice anti-mafia et anti-drogue dans le quartier de Nurtepe et de planifier des actions armées en marge des commémorations du 19 décembre. Le quartier de Nurtepe est massivement descendu dans la rue pour protester contre ces arrestations. Par ailleurs, on dénombre à travers tout le pays, des dizaines d’autres rassemblements, conférences, visites de cimetières, actions de distribution de tracts, campagnes de chaulages et d’affichage en hommage aux prisonniers assassinés.