L’année dernière, les autorités belges ont bloqué l’accès à 127 sites web hébergés à l’étranger, contre 20 en 2013 et 73 en 2012. Ces chiffres proviennent d’une réponse donnée par le ministre de l’Intérieur à une question parlementaire. Les sites peuvent être bloquée pour des raisons diverses: pédophilie, extrémisme, racisme, mise à disposition de téléchargements illégaux, etc. Lorsqu’un site web est bloqué, les internautes sont redirigés vers une page signalant que le contenu recherché n’est plus disponible. On estime que cela écarte 40% du trafic, les autres visiteurs contournant l’interdiction. Le ministre admet qu’il n’y a pas de “contrôle indépendant” sur le blocage des sites internet, mais affirme qu’à chaque fois qu’un site web a été bloqué, cela a été fait sur demande d’un magistrat.