Jeudi soir, des guérilleros maoïstes ont ouvert le feu sur une jeep dans le district de Sukma (Etat de Chhattisgarh) et ont tué un de ses occupants, Kartam Surya. Kartam Surya était un de trois chefs de gangs paramilitaires anti-maoïstes. En janvier 2011, l’année dernière, un autre de ces chefs, Ismail Khan, était abattu tandis qu’il assistait à un combat de coq dans la ville Sukma. Le troisième, Kicche Nanda, a été blessé dans l’embuscade de jeudi qui a coûté la vie à Kartam Surya.

Décrit comme “le fléau des Maoïstes” par les journaux locaux, Kartam Surya a commencé sa carrière comme simple milicien de contre-guérilla . il s’est rapidement retrouvé à la tête d’un groupe d’une centaine de paramilitaires du Salwa Judum qui est devenu le symbole des excès de la campagne de contre-insurrection. Ce n’est pas moins de 500 meurtres, 99 viols et 103 incendies criminels qui sont imputés à ces Salwa Judum dans le Chhattisgarh. Kartam Surya a personnellement été accusé du viol et de séquestration de trois femmes aborigènes âgées de 19 à 23 dans le village de Sam Setti en été de 2006. Les autorité ont dit que Kartam Syurya s’était soustrait à la justice et que la police était incapable de le retrouver… alors qu’au même moment, à la tête de son gang, il continuait à semer la terreur dans les régions insurgées. En avril 2011, les villageois des villages de Tarmetla, Timapuram et Morepalli ont accusé les Salwa Judum d’avoir violé trois femmes, tué trois hommes et brûlé près de 300 maisons et granges à blé au cours d’une opération de cinq jour. Kartam Suya était présent lors de ces atrocités.