L’armée philippine mène une vaste opération de contre-guérilla dans la province de Davao del Norte. Quelques 1.300 villageois des communautés tribales montagneuses de Talaingod ont fui leurs maisons ce mercredi, de peur d’être pris dans les combats. Leurs craintes sont aussi avivées suite au bombardement d’un village de l’arrière-pays de Bagang, et aux menaces des militaires qui annoncent aux villageois qu’ils abattraient cinq des leurs pour chaque militaire tué par la guérilla. Les soldats obligent en outre les indigènes à servir de guide et de porteurs.

L’armée justifie les opération est déclarant que “Les rebelles ont pris le contrôle de la communauté indigène”. Un porte parole de l’armée a ainsi prétendu que la NPA avait installé un moulin à maïs dans le village. Or l’installation a été construite par les missionnaires catholiques. Le chef de la communauté reconnait que les guérilleros descendent parfois au village pour y moudre leur maïs, mais qu’ils ont toujours payé pour ce service, et qu’ils ne “contrôlent” en rien la communauté.