Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Au moins 20 travailleurs du prêt-à-porter ont été blessés dimanche dans des affrontements avec les forces de l’ordre dans la zone industrielle de Kanchpur, à Sonargaon upazila, à Narayanganj. Les travailleurs d’une usine de la société Opex et du groupe Sinha avaient tenté de bloquer l’autoroute voisine en exigeant le paiement de leurs arriérés, l’arrêt de licenciements abusifs, et une augmentation de salaire. Ces travailleurs se sont heurtés à la police qui a tenté de les chasser de la route. Ils ont lancé des briques sur les forces de l’ordre, essuyant des tirs de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Au moins 20 travailleurs ont été blessés. Des policiers supplémentaires avaient été déployés dans la région.

Les affrontements de Narayanganj

Au moins 50 personnes ont été blessées jeudi après des affrontements entre la police et les employés de Chaity Composite Limited dans la région de Narayanganj. Sur la base d’une rumeur selon laquelle une travailleuse du textile aurait été tuée, les travailleurs ont quitté les postes de travail et sont descendus dans la rue (en fait, la travailleuse avait été conduite à l’hôpital). L’autoroute Dhaka-Chittagong a été bloquée par la manifestation des travailleurs pendant trois heures, causant 20 km de queue. Les travailleurs ont vandalisé un certain nombre de véhicules pendant la manifestation.

Une équipe du poste de police de Sonargaon et de la police industrielle de Kanchpur est arrivée sur les lieux et a tenté de maîtriser la situation provoquant des affrontements massifs. Environ 50 personnes ont été blessées. Les autorités de l’usine ont annoncé un congé de deux jours pour mettre la situation sous contrôle.

La manifestation des travailleurs de Narayanganj

La manifestation des travailleurs de Narayanganj

Au moins 20 travailleurs de plusieurs usines de confection ont été blessés dimanche dans un affrontement avec la police dans la région de Narsinghapur (Ashulia), lors de la septième journée consécutive de manifestation. Plusieurs milliers de travailleurs de la confection manifestent depuis le 6 janvier à Savar, Ashulia, Gazipur et Mirpur, dans la ville, pour des revendications salariales (voir notre article).

Dimanche, dans la matinée, des travailleurs de différentes usines ont bloqué l’autoroute Dacca-Tangail et organisé une manifestation. Au moins 20 ouvriers ont été blessés lorsque la police a tenté de les disperser. Depuis le début du mouvement, la répression policière a blessé une centaine de travailleurs et tué l’un d’eux.

Blocage d’une route avant-hier samedi par les travailleurs de la confection

Blocage d'une route avant-hier samedi par les travailleurs de la confection

Un travailleur de l’industrie de la confection a été tué par balle et une centaine d’autres ont été blessés lors d’affrontements avec la police à Savar, à Uttara, à Dhaka et à Gazipur, alors que les travailleurs continuaient de manifester mardi pour la troisième journée consécutive en vue d’une augmentation de salaire. L’ouvrier tué,, Sumon Miah, âgé de 22 ans, était un salarié d’Anlima Yarn Dying Ltd situé à Ulail, dans la ceinture industrielle de Savar.

Les travailleurs de différentes usines à Hemayatpur et Kathgora de Savar, Tongi et Konabari à Gazipur et aux quartiers de Dakkhinkhan, Uttara et Abdullahpur, de la capitale, ont affronté la police. Rien qu’à Savar, au moins 10 000 travailleurs de la confection se sont affrontés aux policiers. 30 membres de la police ont été blessés alors qu’ils tentaient d’empêcher les travailleurs de bloquer l’autoroute Dhaka-Tangail. Le vice-président de l’Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh, a déclaré qu’au moins 35 usines ne pourraient pas fonctionner en raison de la grève. dans certaines usines, des équipements ont été incendiés.

Manifestation hier mardi des travailleurs de la confection

Manifestation hier mardi des travailleurs de la confection

Au moins 50 personnes ont été blessées dans un affrontement opposant des ouvriers du textile et la police devant la zone franche industrielle de Narayanganj dans la région d’Adamjee, lundi matin. Des centaines de travailleurs de différentes usines ont commencé à se rassembler devant l’entrée principale de la zone franche à partir de 7 heures du matin et ont manifesté pour réclamer le paiement de leurs arriérés de leur salaire qui s’élèvent parfois à quatre mois. Au nombre de 3000, ils ont bloqué la route Adamjee-Narayanganj et mis le feu à un camion. Les policiers est intervenue massivement et brutalement. Au moins 50 travailleurs et cinq policiers ont été blessés au cours des affrontements.

Le camion incendié pr les manifestants

Le camion incendié pr les manifestants

Après avoir été agressés pour avoir voulu former un syndicat au sein de l’usine (lire notre article), 61 travailleurs des usines Orchid et Savar du groupe Azim au Bangladesh sont poursuivis pénalement. Début juin, la direction de la compagnie a déposé plainte contre les 61 travailleurs et responsables syndicaux. 38 d’entre eux ont été libérés sous caution tandis que 22 sont toujours emprisonnés.

Environ 200 travailleurs sont constamment menacés par des hommes de mains locaux. Ils ont cessé de rentrer chez eux ou d’aller travailler par crainte pour leur sécurité. Pour pouvoir retourner à leur travail, les travailleurs ont été contraints par la direction de signer un document dans lequel ils déclarent ne pas vouloir de syndicat pour les représenter sur leur lieu de travail.

Manifestation des travailleurs d’Orchid pour la reconnaissance de leurs droits syndicaux (archives)

Manifestation des travailleurs d'Orchid pour la reconnaissance de leurs droits syndicaux (archives)

En mars dernier, les travailleurs des usines Orchid et Savar du groupe Azim, situées à Chittagong, ont déposé une quatrième demande d’enregistrement d’un syndicat. La demande d’enregistrement du premier syndicat de l’usine Savar a été à nouveau rejetée tandis que la décision concernant l’usine Orchid est attendue très prochainement. Le 27 mai, des hommes de main ont menacé et agressé physiquement les travailleurs et les responsables du syndicat en formation devant la porte de l’usine.

Le jour suivant, les violences ont continué, les travailleurs et responsables syndicaux ont été à nouveau battus et menacés de mort s’ils continuaient de vouloir former des syndicats. Les agresseurs ont également menacé des membres des familles des syndicalistes. L’épouse d’un dirigeant syndical a été menacée avec un couteau, et le frère d’un autre responsable a été kidnappé et libéré plus tard. Les forces de police locales présentes ont assisté aux attaques sans réagir.

Syndicalistes agressés au Bengladesh

Syndicalistes agressés au Bengladesh