A l’aube du 1er septembre, du produit inflammable a été introduit à travers la porte de l’ambassade chilienne en Uruguay, provoquant un incendie. Le communiqué de l’action dénonce “la répression menée par le gouvernement Piñera et n’importe quel gouvernement au pouvoir”, et dénonce le black out médiatique sur les deux morts de deux jeunes lors de la grève générale au Chili.