Accueil > Dossiers > Turquie-Kurdistan

Turquie-Kurdistan

3 décembre 2017

Turquie : Nuriye condamnée... et libérée

Le tribunal d’Ankara a condamné Nuriye Gülmen à 6 ans et 3 mois d’emprisonnement. Elle est accusée d’appartenance au DHKP-C. Une procédure d’appel, durant laquelle Nuriye sera donc en liberté surveillée est ouverte. Nuriye est sortie de l’hôpital d’Ankara où elle était détenue en soins intensifs depuis septembre, vu le stade de grève de la faim où elle était parvenue. Elle a été réconfortée par ses proches et ses soutiens, puis par Semih et Esra Özakça qui avaient préparé pour elle une pièce d’accueil.

Le jugement fait abandon des charges contre Semih Özakça, jugé dans le même cadre, et qui avait lui été libéré provisoirement au cours d’une précédente audience en octobre (notre précédent article avec un compte rendu d’audience). Les deux enseignants, arrêtés en mai, sont devenus l’une des figures des plus de 140.000 personnes, enseignants, magistrats, avocats et fonctionnaires, limogées ou suspendues par les purges opérées pat l’Etat turc depuis le putsch du 15 juillet 2016. Après leur limogeage par décret-loi, Nuriye Gülmen et Semih Özakça avaient été les fers de lance de manifestations quotidiennes dans le centre-ville d’Ankara et avaient commencé le 9 mars une grève de la faim.

Nuriye libérée Nuriye libérée

Tags de cet article: - - Nos sources
25 novembre 2017

Bruxelles : Soutien à Nuriye et Semih au Festival du cinéma d’ATTAC

Depuis la tentative de coup d’Etat avorté de juillet 2016, des purges ont lieu dans plusieurs secteurs : armée, média, justice, enseignement … Parmi les enseignants arrêtés, Nuriye Gülmen et Semih Ozakça sont devenus emblématiques. Alors qu’ils étaient en grève de la faim pour retrouver leur poste de travail, ils ont été arrêtés. Une peine de 20 ans a été requise contre eux et leur procès a déjà été plusieurs fois reporté. Leurs avocats ont même été arrêtés.

Dans le cadre du 18ième Festival Cinéma d’attac, ce dimanche 26 novembre à 17h. au Botanique, Eric Pauporté, réalisateur, récemment revenu de Turquie, viendra proposer des éléments du film qu’il prépare à propos de Nuriye et Semih. Cette séance sera soutenue par le Comité pour la levée de l’état d’urgence en Turquie. Le Secours Rouge a réalisé une interview d’Eric Pauporté à son retour de Turquie :

SR : Dans quel cadre as-tu assisté au procès ?
EP : J’y suis allé isolément, pas dans le cadre d’une délégation, mais à l’appel d’un camarade du Front Populaire qui souhaitaient la présence de témoins internationaux pour rendre compte du procès. J’y suis allé en isolé, aussi pour des raisons de prudence, dans le contexte d’une surveillance policière omniprésente. Les militants s’exposent à une répression dont on ne mesure pas l’importance ici.

Lire suite ici :

Nuriye et Semih Nuriye et Semih

Tags de cet article: - - Nos sources
20 novembre 2017

Turquie : Quatre combattants MKP/HKO tués dans le Dersim

Le jeudi 16 novembre dernier, quatre combattants du MKP/HKO (Parti Communiste Maoïste/Armée Populaire de Libération) ont été tués dans des affrontements avec l’armée turque dans le Dersim. Les quatre guérilleros sont Lorin (Eylem Zeytin), Savaş (Fırat Taşkın), Cenk (Eren Tali) et Nuda (Helin Felekoglu).

Les quatres combattants du MKP/HKO tués. Les quatres combattants du MKP/HKO tués.

Tags de cet article: - - - Nos sources
8 novembre 2017

Turquie/Kurdistan : Fusillade à Dyarbakir

Un policier a été tué et neuf blessés vendredi lors d’affrontements avec un ou des combattants PKK à Diyarbakir. Un combattant du PKK a perdu la vie dans l’affrontement. La fusillade a éclaté lors d’une intervention des forces de l’ordre visant à interpeller un membre présumé du PKK. Les policiers sont entrés dans plusieurs immeubles voisins et ont commencé à tirer vers le dernier étage de l’immeuble d’en face. C’est le déclenchement d’une bombe qui aurait causé les pertes dans les rangs de la police.

Périmètre de sécurité établi par la police après la fusillade de Diyarbakir Périmètre de sécurité établi par la police après la fusillade de Diyarbakir

Tags de cet article: - - - - Nos sources
3 novembre 2017

Kurdistan : Combats meurtriers entre le PKK et l’armée turque

Des affrontements entre l’armée turque et des combattants du PKK qui tentaient de franchir la frontière pour pénétrer dans la province d’Hakkari, ont eu lieu ce jeudi à proximité de la frontière irakienne. Cinq combattants du PKK, six soldats turcs et deux miliciens anti-guérilla ont été tués dans un premier affrontement. Plus tard, dans le même secteur, un autre groupes de combattants kurdes a été repéré et ciblé par une opération de grandes envergures appuyée par des hélicoptères. L’armée turque revendique la mort de 12 guérilleros mais n’a exposé un butin que de 4 armes (trois lance-roquettes et un AK47).

Matériel récupéré par l'armée Matériel des guérilleros récupéré par l’armée

Tags de cet article: - - - - Nos sources
27 octobre 2017

Turquie : Le président d’Amnesty reste en détention pour "terrorisme"

Hier mercredi 26 octobre se tenait la première audience dans le procès de Taner Kiliç, président d’Amnesty International en Turquie, suite à son arrestation le 6 juin dernier. Un tribunal d’Istanbul a ordonné mercredi soir la remise en liberté conditionnelle de huit militants des droits de la personne, mais aussi le maintien en détention de Taner Kiliç. Depuis le 9 juin, Taner Kiliç est accusé d’"appartenance à une organisation terroriste armée" et les onze autres d’"aide à une organisation terroriste armée". Ils risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Taner Kiliç est essentiellement accusé d’avoir téléchargé l’application de messagerie Bylock que le gouvernement turc dit être utilisé par le mouvement Gülen. Taner nie avoir téléchargé cette application, ce que confirment deux rapports d’experts indépendants. Pendant l’audience, le juge a lui-même reconnu qu’aucune preuve du téléchargement en question n’avait été apportée par la police ou le procureur. Paradoxalement, c’est précisément cette absence de preuves qui a été avancée par le juge pour décider de son maintien en détention, afin de laisser plus de temps aux forces de police pour amener ces preuves...

Rassemblement pour Taner Kiliç Rassemblement pour Taner Kiliç

Tags de cet article: - Nos sources
22 octobre 2017

Turquie : Semih Özakça libéré sous condition. Nuriye Gülmen toujours détenue

Une manifestation a eu lieu ce vendredi devant l’ambassade de Turquie à Bruxelles pour célébrer la libération conditionnelle de Semih Özakça et demander celle de Nuriye Gülmen. Ces deux enseignants limogé avec 100.000 autres personnes dans le cadre des purges qui ont suivi le putsch, sont en grève de la fin depuis le 9 mars et incarcéré depuis le 23 mai.
Semih a été libéré le vendredi 20 octobre mais placé sous contrôle judiciaire à domicile avec port d’un bracelet électronique. Il pourrait décidé de poursuivre sa grève de la faim, son dossier de réintégration n’ayant pas évolué. Nuriye Gülmen n’a, elle, pas été libérée. Son état de santé s’est aggravé et a nécessité un transfert en soins intensifs.
La prochaine audience est prévue le 17 novembre.

Semih Özakça et son épouse Esra. Semih Özakça et son épouse Esra.

Tags de cet article: - Nos sources
19 octobre 2017

Kurdistan : Kirkouk et Khanaqin se rebellent contre l’occupation irakienne

Suite à la trahison du PDK et du PUK (les deux partis kurdes irakiens qui ont retiré leurs combattants des ’zones disputées’, abandonnant plusieurs grosses villes kurdes au contrôle des milices chiites et de l’armée irakienne), les habitants des villes de Kirkouk et de Khanaqin se sont rebellés contre l’occupant irakien. A Khanaqin, la police fédérale irakienne a tiré dans la foule, faisant au moins 4 morts et 29 blessés.

Les manifestants emmènent les morts et les blessés. Les manifestants emmènent les morts et les blessés.

Tags de cet article: - - Nos sources
17 octobre 2017

Irak/Rojava : Les peshmergas abandonnent Shengal encore une fois

Après la trahison des peshmergas du PUK (Union Patriotique du Kurdistan) hier à Kirkouk, les peshmergas du PDK (Parti Démocrate du Kurdistan) ont suivi le même chemin cette nuit en abandonnant les zones qu’ils contrôlaient dans le Mont Shengal (aussi connu sous son nom arabe ’Sinjar’). Les positions ont été cédées aux Hachd al-Chaabi (Unités de Mobilisation Populaires, les milices chiites loyales au pouvoirs irakien et iranien dont certaines comprennent des combattants yézidis). La majorité du centre-ville de Shengal (la principale ville du mont éponyme) est désormais sous contrôle irakien.

Comme à Kirkouk, les peshmergas se sont retirés sans un coup de fusil. L’abandon de Shengal successif à celui de Kirkouk fait très clairement penser qu’il y a eu un accord entre le Gouvernement Régional Kurde indépendantiste et l’Irak de Baghdad pour une cession des "zones disputées". Les zones disputées sont les villes kurdes qui ne sont pas comprises dans les limites de la région autonome kurde telle que reconnues dans la constitution irakienne, il s’agit principalement de Kirkouk, Makhmour, Shengal et Mossoul. Des zones militairement partagées entre Baghdad et Erbil (la capitale du Kurdistan irakien), et avec une forte influence du PKK dans les trois premiers cas.

Le Mont Shengal abrite le peuple Yézidi, un peuple kurdophone et zoroastriste plusieurs fois persécuté et génocidé à travers l’histoire par les islamistes. En 2014, les peshmergas avaient déjà déserté le Mont dans ce qui ressemble très fort à un accord passé avec Daesh. Les peshmergas étaient à l’époque garants de la protection des Yézidis, cette désertion a mené au bain de sang : 3.000 Yézidis massacrés, 7.000 autres capturés et réduits à l’esclavage par Daesh. Les Yézidis pourchassés avaient pris refuge dans les montagnes où des conditions climatiques épouvantables avaient achevé leur calvaire. Finalement, ce sont les guérillas du PKK et du PYD, les HPG, YJA-Star, YPG et YPJ qui sont venus à leur secours et ont empêché la poursuite du génocide. Depuis lors, les guérillas protègent la montagne et tiennent toujours position aujourd’hui pour protéger le Mont Shengal. Elles ont également formé des milices locales autonomes afin de protéger la montagne.

Depuis que le Mont Shengal a été libéré, le pouvoir kurde irakien a de très nombreuses fois demandé aux guérillas du PKK d’abandonner les zones sous leur contrôle, une demande toujours refusée. Aucun doute qu’une tentative de prise de contrôle de la part du pouvoir irakien mènera à des affrontements.

En orange, les zones disputées. En orange, les zones disputées.

Tags de cet article: - - - - Nos sources
16 octobre 2017

Irak/Kurdistan : Le PKK face à l’armée irakienne pour défendre Kirkouk

Suite au référendum pour l’indépendance du Kurdistan Sud (irakien), l’escalade des tensions mène à ce que le pouvoir irakien tente de s’emparer des "zones disputées". C’est à dire les zones kurdes qui ne font pas officiellement partie de la région autonome du Kurdistan, donc principalement la ville de Kirkouk. L’escalade a basculé ces dernières heures dans les premiers affrontements entre Kurdes et Irakiens. L’objectif de l’armée irakienne est de prendre le contrôle de trois puits de pétrole et de deux bases militaires, et à l’heure de publier cet article, plusieurs cibles ont effectivement été prises. Le jeu des alliances est profondément bouleversé : on retrouve d’un côté les HPG (guérillas du PKK) et les Peshmerguas qui n’ont pour l’heure pas formé d’alliance militaire malgré les demandes des premiers. De l’autre côté : l’armée irakienne et les Unités de Mobilisation Populaires (plus connues comme "milices chiites") et leurs alliés iranien, turc et syrien.

Les informations sont floues pour l’instant et les différents médias kurdes distribuent des informations très différentes selon leurs couleurs politiques. Il semblerait dans tous les cas que certains peshmerguas (du PUK, Union Patriotique du Kurdistan) aient fuit la ville (des milliers d’habitants ont déjà pris la route vers l’intérieur du Kurdistan). Les HPG ont clairement pris les armes et appelé à former une force "entre les guérillas, les peshmerguas et la population". Des manifestations ont défilé avec des drapeaux du PKK dans la ville. Des villageois furieux (ce n’est pas la première fois dans cette guerre que les peshmerguas fuient sans combattre) ont tiré sur des convois qui quittaient la ville en pensant qu’il s’agissait de déserteurs. La situation est donc pour l’heure très confuse.

La tension est palpable à Kirkouk. Crédit @jenanmoussa La tension est palpable à Kirkouk.

Tags de cet article: - - - Nos sources

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1140

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?