Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Vendredi soir, une groupe fasciste appelé «Défendre Modène» a organisé un rassemblement dans le centre de la ville pour protester contre le Jus soli – ou le droit du sol – un principe juridique qui permet à toute personne née sur le territoire d’un État d’obtenir son citoyenneté. Actuellement, l’Italie n’utilise pas ce principe pour accorder la citoyenneté, mais les législateurs locaux de Modène ont discuté de la possibilité de son introduction.

La manifestation fasciste a provoqué la tenue de quatre contre-manifestations de protestation. L’une d’elle a débouché sur de violents affrontements entre la police et les antifascistes, lorsque ces derniers ont tenté de forcer le passage pour parvenir au rassemblement fasciste. Des fumigènes des pétards et des pierres ont croisés les grenades lacrymogènes et les jets d’eau. Plusieurs antifas ont été sévèrement matraqués alors même qu’ils gisaient sur le sol. Il y a plusieurs blessés et au moins deux arrestations.

Matraquage à Modène

Matraquage à Modène

De nouveaux incidents ont eu lieu sur le chantier du gazoduc TAP à Melendugno. Des manifestants avaient débordés le dispositif policier et pénétrés dans la zone interdite. Ils ont résisté à la police en lançant des bouteilles, des pierres, des fumigènes et des pétards. Cinquante-deux manifestants ont été arrêtés, pour être identifiés et transférés au poste de police de Lecce. Ils ont été remis en liberté mais inculpés pour diverses raisons (manifestation non autorisée, intrusion dans une zone interdite, usage d’engins incendiaires). Il y avait quelques mineurs parmi eux, dont le dossier sera transmis au tribunal pour mineurs. Des affrontements ont régulièrement lieu sur ce grand chantier controversé (voir notre précédent article).

La manifestation à Melendugno

La manifestation à Melendugno

Alors qu’elle devait donner plusieurs conférences en Italie à l’occasion des 50 ans du FPLP, la dirigeante palestinienne Leïla Khaled s’est vu refusée d’entrer en Italie et expulsée vers la Jordanie le mardi 28 novembre dernier.
Cela fait suite à des nombreuses pressions d’officines sionistes italiennes et d’organisations de droite et d’extrême droite condamnant la venue de la représentante du FPLP, organisation considérée comme “terroriste” par l’Union Européenne.
Néanmoins, les différentes conférences annoncées sont maintenues et Leila Khaled interviendra par vidéo-conférence (voir les détails ici).

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled

Ce vendredi 24 novembre Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), emprisonnée depuis mars 2003 à l’isolement total (régime carcéral 41bis) depuis 2005, comparaissait pour une action de protestation contre de nouvelles restrictions. Ces restrictions concernent notamment le nombre des livres dont elle peut disposer en cellule. Ce nombre a été réduit à trois qu’elle ne peut acheter que via l’administration pénitentiaire, avec la censures et les atermoiements buraucratiques que cela comporte. Cette audience a été l’occasion de mobilisations solidaires en Italie et ailleurs, à commencer par des rassemblement devant le palais de justice et la prison de l’Aquila parce qu’en raison de son régime d’isolement, Nadia comparait via une vidéoconférence, mais aussi devant le palais de justice de Turin à l’initiative de la section locale du Secours rouge international.


Devant la prison de L'Aquila

Devant la prison de L’Aquila

Il y a quelques jours, une audience a eu lieu au tribunal de Turin dans le cadre du procès contre les trois éco-anarchistes Billy, Costa et Silvia. La cour suprême a confirmé un “défaut de juridiction non-procédurier”, comme cela avait déjà été dit en première instance et en appel, sur le principe que des accusés ne peuvent être jugés deux fois pour la même affaire. Ceci ferme une fois pour toutes l’affaire opposant l’état italien aux trois accusés.

Billy, Costa et Silvia avaient été arrêtés en Suisse avec des explosifs et accusés de vouloir commettre une action contre le centre de recherche sur les nanotechnologie d’IBM à Zurich et ils ont purgé des années de prison en Suisse. Le procureur italien voulait qu’ils soient jugés et condamnés pour les mêmes faits en Italie parce que le transport de matières explosives et la tentative d’attentat à cibler IBM en Suisse aurait été planifiée en Italie.

Soldiarité en Suisse avec Billy, Costa et Silvia

Soldiarité en Suisse avec Billy, Costa et Silvia

Plusieurs milliers de manifestants ont protesté contre les négociations des ministres du Travail des pays-membres du G7 à Turin, samedi. Ils sont rassemblés à proximité du palais royal de Venaria, où se déroulait la rencontre, et ont tenté de percer le cordon des forces de police. Il y a eu des blessés dans les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. Pétards et fusées de détresse ont été opposé aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau. Huit personnes ont été interpellées lors des manifestations. Les protestations avaient démarré jeudi.

Les affrontements à Turin

Les affrontements à Turin

Ce 23 septembre, apéro antirep’ en solidarité avec Nadia Lioce et contre le régime d’isolement absolu 41bis. Plus d’info ici.

Le 15 septembre a commencé un nouveau procès contre Nadia Lioce pour une action de protestation contre les restrictions dont elle fait l’objet. Nadia est militante des BR-PCC, emprisonnée depuis mars 2003 et soumise au régime carcéral 41bis (isolement total) depuis 2005, Ces nouvelles restrictions concernent notamment le nombre des livres dont elle peut disposer en cellule. Ce nombre a été réduit à trois, elle ne peut les acheter que via l’administration pénitentiaire qui en outre censure ses lectures.

Des telles mesures ne répondent à aucun motif sécuritaire alors qu’elles aggravent des conditions de vie déjà invivables, constituées de privation et d’isolement. Leur finalité est strictement politique: briser la résistance de ces prisonniers, les pousser à la capitulation.

Nadia Lioce et les autres camarades détenus sous régimes spéciaux depuis de nombreuses années, parfois des décennies, affrontent ces traitements comme une partie de la guerre de classe, comme une partie du processus révolutionnaire. Ils ne glisse jamais dans des attitudes victimistes mais offrent au mouvement de classe leur résistance comme élément avancé de la lutte de classe, en rejetant aussi les propositions récurrentes de “solution politique” et autres formules qui signifient reddition et capitulation. Cette cohérence, ce courage, de Nadia et des autres, nous devons les apprécier et les soutenir.

Liberté pour Nekane, Nadia et Mesale!

Liberté pour Nekane, Nadia et Mesale!

Huit anarchistes ont été arrêtés à Lecce, Rome et Florence, dans le cadre d’une opération antiterroriste ce 3 août, voir notre article. Six d’entre eux ont été libérés après comparution devant le juge, deux autres sont toujours détenus.

Pour leur écrire:

Salvatore Vespertino
C.C. Sollicciano
via Minervini 2r
50142 Firenze
Italie

Pierloreto Fallanca
C.C. « Nuovo Complesso »
Via Paolo Perrone 4
73100 Lecce
Italie

Le lieu de l'explosion à Florence

Le lieu de l’explosion à Florence

Ce jeudi 3 août 2017, la police a défoncé les portes de plusieurs maisons à Florence, Rome et Lecce, pour arrêter huit anarchistes de Florence. Il s’agirait du résultat de l’enquête menée par la DIGOS et l’antiterrorisme pour deux épisodes. Le premier, un engin explosif déposé devant une librairie liée à Casapound pendant la nuit du nouvel an dernier, où le policier-artificier a perdu une main et un œil au cours de l’opération de déminage (Voir notre article). Le second pour le jet d’un cocktail Molotov contre une caserne des carabiniers à Florence le 21 avril dernier. La police dit avoir procédé à l’identification par le biais d’écoutes téléphoniques, de filatures et de prélèvements ADN. Les chefs d’inculpation sont : tentative d’homicide pour les cinq de la première affaire, fabrication, détention et transport dans un lieu public d’un engin explosif ou incendiaire, ainsi que dégradation aggravée pour tous et association de malfaiteurs. La police serait encore à la recherche d’autres personnes.

Durant la perquisition du squat de la Riottosa, les anarchistes sont allés sur le toit pour résister pendant plusieurs heures aux arrestations et à l’expulsion du lieu, occupé depuis dix ans, tandis que d’autres personnes manifestaient leur solidarité aux abords du lieu assiégé par la police.

Le lieu de l'explosion à Florence

Le lieu de l’explosion à Florence

Des manifestants opposé à la construction d’un oléoduc se sont affrontés avec des policiers dans les Pouilles lundi soir. Ils campaient depuis mars dans le but d’empêcher l’arrachage d’oliviers centenaires pour permettre la construction du gazoduc TransAdriatic (TAP) qui verra le gaz naturel passer de la mer Caspienne en Italie. La police est intervenue à San Basilio, à Lecce, vers 2 heures du matin mardi, où les manifestants avaient bloqué la route, empêchant les entrepreneurs d’atteindre les arbres. Des militants ont endommagé deux camions utilisés par la compagnie, coupant leurs pneus et endommageant les phares. Mardi matin, il y avait encore une forte présence policière et des détournements de trafic.

Face à face manifestants policviers dans les Pouilles

Face à face manifestants policviers dans les Pouilles