Samedi 28 septembre, aux alentours de 16 heures, un militant du collectif “Désarmons-les”, qui travaille sur les violences policières et les armes de la police, a été arrêté à Montpellier. Il devait animer le soir même une conférence dans la ville. Lors de son arrestation, il était posté devant un magasin durant l’acte 46 des Gilets Jaunes (voir notre article) en compagnie d’une observatrice de la Ligue des Droits de l’Homme et de personnes mutilées à vie par la police pour alerter sur les violences d’état. Le groupe a alors filmé et protesté contre une charge policière qui avait blessé et gazé des manifestant·e·s et des passant·e·s. Le groupe de policiers s’est retourné contre les observateurs et un des policiers a fait chuter le militant pour ensuite l’arrêter. Celui-ci est accusé de “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”, d'”outrage”, de “participation à un groupement en vue de commettre des violences” (des faits requalifiés plus tard) ainsi que de “refus de se soumettre à un prélèvement biologique”. Il est sous contrôle judiciaire jusqu’à son procès le 28 octobre, impliquant une interdiction de se rendre dans le département de l’Hérault et une interdiction de participer à une manifestation sur tout le territoire national.

Plus d’infos ici.

Arrestation d'un militant du collectif "Désarmons les"

Arrestation d’un militant du collectif “Désarmons les”