Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La police zimbabwéenne a saboté une manifestation du plus grand syndicat du pays, le ZCTU ce samedi 8 août, à Harare, la capitale du pays. Les travailleurs entendaient manifester pour protester contre une grande vague de milliers de licenciements qui ont eu lieu ces dernières mois. Pour empêcher cette manifestation -pour laquelle toutes les autorisations légales avaient été obtenues- d’avoir lieu, la police lourdement armée et équipée de véhicules anti-émeutes israéliens et d’un hélicoptère de combat, a commencé par assiéger le QG du syndicat et arrêter les leaders syndicaux, ainsi que toute personne habillée en rouge dans les rues environnantes. L’arrestation a été brève, la police les a simplement disséminé loin du parcours de la marche pour les empêcher de s’y rendre. Elle a également brièvement arrêté 3 journalistes. Enfin, la police anti-émeute en équipements a patrouillé dans le centre-ville pour être sûre qu’aucun manifestant n’y mettrait les pieds.

L’un des fourgons assiégeant la ZCTU.

L'un des fourgons assiégeant la ZCTU.

Les forces de l’ordre du Zimbabwe ont réprimé, ce mercredi, une manifestation de l’opposition, organisée à Harare, la capitale, contre le chômage. La police a violemment dispersé la marche à coups de matraques et procédé à une douzaine d’arrestations. La police a également battu et arrêté une photographe. Elle a été libérée plus tard. Les manifestants, arborant des pancartes sur lesquelles étaient écrites : « Nous voulons des emplois », ont été empêchés de gagner le Parlement où ils comptaient remettre une pétition.

Zimbabwe: Manifestation réprimée

Des policiers zimbabwéens ont dispersé à coups de bâtons une manifestation de femmes de mineurs protestant contre les salaires impayés de leurs époux, faisant quatre blessées graves, dont l’une est entre la vie et la mort dans l’unité de soins intensifs. Deux des manifestantes ont été arrêtées puis relâchées. Une centaine de femmes de mineurs de Hwange Colliery Company, la plus grosse société de charbonnage du pays, avaient organisé une marche pour réclamer les salaires en retard de plusieurs mois. Selon une radio d’information sud-africaine, les femmes avaient décidé de manifester elles-mêmes de peur que leurs maris ne soient licenciés s’ils participaient à une marche de protestation.

police zimbabwe

police zimbabwe