Google a rendu publiques cette semaine les lettres dites de “sécurité nationale” qu’il a reçues et qui correspondent à des demandes officielles de données, au nom de la loi antiterroriste Patriot Act, adoptée après les attentats du 11 septembre 2001. Des associations comme l’Aclu (American Civil Liberties Union) estiment que ces lettres donnent trop de pouvoir au gouvernement, qui peut ainsi surveiller des comptes internet sans mandat de la justice.

De 2009 à 2012, le géant de l’internet a reçu d’agences gouvernementales américaines “entre zéro et 999 demandes”. Ces demandes concernaient chaque année entre “1.000 et 1.999 comptes”, à l’exception de l’année 2010, au cours de laquelle les demandes visaient “entre 2.000 et 2.999 comptes”, selon Google qui ne publie que des éventails de chiffres pour répondre aux demandes du FBI, du département de la Justice et d’autres agences gouvernementales qui craignent que la publication de chiffres exacts révèle des informations sur les enquêtes en cours.