La journée de manifestations populaires pour exiger le départ du président Jovenel Moïse, dimanche 14 février, a pris fin dans sur l’aire du Champ de Mars, dans la commune de Pétion-Ville, à 15 heures. Les manifestants ont déposé des pneus enflammés sur la chaussée et la police a tiré des balles en caoutchouc, blessant plusieurs personnes dont quelques journalistes. Il semble que les journalistes couvrant les manifestations soient délibérément visés: une patrouille de la police nationale de Haïti avait intentionnellement laissé tomber une bombonne de gaz lacrymogène dans le véhicule de Radio télé Pacific qui transportait plusieurs journalistes.

La police haïtienne a tiré à balles réelles sur les manifestants qui revendiquaient la fin du mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse. Ils brandissaient au-dessus de leurs têtes des copies de la constitution amendée en mentionnant l’article 134.2 relatif au mandat présidentiel. Les affrontements ont commencé en début d’après-midi: des militants de l’opposition jetaient des pierres contre les forces de l’ordre et ces derniers, policiers et militaires ont fait usage d’armes automatiques et de cartouches de gaz lacrymogène. Parmi les blessés, deux journalistes qui couvraient les affrontements dans les parages du Palais national. L’un d’entre eux a reçu une balle à l’abdomen et serait dans un état critique.

Un nombre important de manifestants sont descendus dans les rues samedi 17 octobre, tant dans la capitale que dans les villes de provinces, pour exiger la démission du président de la république Jovenel Moïse. Plusieurs manifestants ont été blessés par balles, lors de ces démonstrations, appelées par l’opposition, qui entend en finir avec le régime sans cesse dénoncé pour ses accointances avec les gangs. Ce samedi, la foule de protestataires a été dispersée à coups de gaz lacrymogènes et par des tirs nourris, à Port-au-Prince, au niveau de Delmas 48 et 67. Beaucoup de gens en civil, lourdement armés, dont certains encagoulés, et nullement été inquiétés par la police, s’en sont pris aux manifestants. Malgré les heurts, les protestataires ont tout de même poursuivi leur parcours pour se rendre sur la place de Dessalines, au Champ de Mars (principale place de la capitale). Des barricades de pneus usagés enflammés et de pierres ont été dressées. Des manifestations anti-gouvernementales ont également eu lieu en province, notamment au Cap-Haïtien (Nord), aux Gonaïves, à Saint-Marc (Artibonite) et à Jacmel (Sud-Est).

 

Au moins une personne a été atteinte par balles au cours d’affrontements survenus hier jeudi, dans la commune de Hinche, situé dans le département du Centre. L’incident est arrivé sur la Route Nationale #3, suite à un mouvement de protestation entamé par des habitants de la commune pour réclamer de l’énergie électrique et dénoncer la hausse des prix des produits de première nécessité. Des camions ont été positionnés le long de la zone paralysant la circulation. Des agents de la police nationale d’Haïti (PNH) sont intervenus. Les protestataires ont lancé des jets de pierres contre les forces de l’ordre et les policiers ont fait usage de balles réelles blessant ainsi une personne.

Manifestant blessé à Haïti

Au moins 42 personnes sont mortes, dont 19 ont été tuées par la police, depuis mi-septembre en Haïti, pays secoué par une nouvelle vague de protestation populaire contre le président corrompu. Ces 42 personnes sont mortes lors de l’escalade des tensions depuis le début de la dernière vague de manifestations, le 15 septembre. 86 personnes ont été blessées, la grande majorité d’entre elles par balle. Des policiers, équipés d’armes semi-automatiques, ont tiré à balles réelles pendant des manifestations, ils ont aussi procédé à des tirs répétés, à bout portant, de balles dites à létalité réduite.

Manifestation à Port-au-Prince le 30 octobre

Protesters, medical professionals, and political opponents demonstrate during a demonstration demanding the resignation of President Jovenel Moise in the Haitian capital in Port-au-Prince on October 30, 2019. Over the past year, Haiti has sunk deeper into political crisis amid anti-corruption protests demanding President Jovenel Moise’s resignation. / AFP / Valerie Baeriswyl

 

Les affrontements violents entre policiers et manifestants se sont poursuivis en Haïti vendredi, au lendemain de la mort du journaliste Néhémie Joseph, abattu à Mirebalais. Des milliers de protestataires ont pillé des commerces et tenté de franchir les barricades protégeant la résidence du président du pays, Jovenel Moïse, dont ils réclament la démission depuis plusieurs mois. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et ont tiré en l’air. Des manifestants ont brûlé des pneus et déversé de l’essence dans certains quartiers de la ville. Les manifestants reprochent à Jovenel Moïse la corruption de son régime et la pénurie de produits de consommation de base. Le journaliste Néhémie Joseph, qui couvrait les manifestations qui paralysent le pays depuis près d’un mois, a été retrouvé mort dans sa voiture jeudi soir à Mirebalais, une ville située au nord-est de Port-au-Prince. Il avait révélé en septembre, avoir été menacé par des politiciens qui l’accusaient d’avoir incité les manifestations. Les manifestations ont fait une vingtaine de morts et quelque 200 blessés.

Répression de la manifestation d'hier en Haïti

 

A Haïti, des dizaines de milliers de manifestants ont gagné les rues de la capitale Port-au-Prince et de plusieurs villes de province, notamment Cap-Haïtien, Gonaïves, Saint-Marc, Miragoåne, Cayes et Jérémie, ce dimanche. Cette mobilisation ont pour objectif principal est de parvenir à la démission du président Moïse, accusé de détournement de fonds dans un rapport de la cour des comptes sur PetroCaribe.

A Port-au-Prince, la situation a été particulièrement tendue au Champ de Mars à partir de midi. Alors que le cortège qui suivait le parcours officiel atteignait Pétion-ville, un autre groupe se trouvait déjà dans les parages de cette place publique. Des affrontements ont éclaté entre policiers et manifestants quand des manifestants ont tenté de s’attaquer à des véhicules se trouvant dans le parking de la Direction départementale de l’Ouest de la police nationale. Les locaux de plusieurs institutions publiques ont été pris à partie. Le bilan officiel est de 2 morts par balle et 4 blessés dans le département de l’Ouest.

Les manifestations de ce dimanche à Haïti

Les manifestations de ce dimanche à Haïti

Des coups de feu sont entendus dimanche un peu partout dans Port au Prince après une journée très mouvementée avec des dégâts matériels considérables. Une pompe à essence incendiée au bas de Lalue, des banques attaquées, des bâtiments publics pillés et des véhicules brûlées, un mort dans le Sud Est du pays et plusieurs personnes blessées par balles, c’est le bilan partiel de ces manifestations organisées un peu partout dans le pays pour demander au président Jovenel Moïse de quitter le pouvoir.

Les rues sont désertes, les magasins sont restés fermés. Aucune activité mondaine n’a lieu et tous les rendez vous du weekend ont été renvoyés à cause des contestations populaires. Les Compagnies aériennes ont dû renvoyer leur vol en direction de Port au Prince. La police a tiré à hauteur d’homme pendant les manifestations, tuant un jeune adolescent de 14 ans Robertho Thélusma. Des agents de l’Unité spécialisée du palais national et de l’Unité départementale de maintien d’ordre ont été déployés pour sécuriser les périmètres du palais national.

Forces de l’ordre patrouillant dans Port au Prince

Forces de l'ordre patrouillant dans Port au Prince

Au moins quatre personnes sont mortes ce jeudi lors des manifestations anti-gouvernementales organisées dans les grandes villes du pays à l’occasion du 7 février qui marquait le deuxième anniversaire de la présidence de Jovenel Moise dont la démission est de plus en plus réclamée par l’opposition. C’est dans la ville du Cap-haitien que l’on dénombre le plus grand nombre de victimes avec quatre jeunes tués par balles lors de heurts avec les forces de l’ordre.

A Mirebalais, une jeune femme a été mortellement frappée par un véhicule lorsqu’elle quittait une zone où la police avait lancé des gaz lacrymogènes contre des manifestants. Une foule furieuse s’en est pris par la suite au commissariat de la ville jetant des pierres sur les policiers. Les affrontements ont occasionné plusieurs blessés. Dans la capitale qui a rassemblé le plus grand nombre de manifestants, au moins 5 personnes ont été des blessées par des jets de pierres. Au moins 6 véhicules ont été incendiés par les manifestants à Pétion-ville.

Manifestation jeudi à Haiti

Manifestation jeudi à Haiti

Depuis cet été, les manifestations se multiplient pour réclamer la reddition des comptes dans le dossier Petrocaribe, du nom du programme de prêt consenti, depuis 2008, par le Venezuela dans le cadre d’achats des produits pétroliers. En 2016 puis en 2017, deux enquêtes du Sénat haïtien sur le mauvais usage de près de deux milliards de dollars de ce fonds avaient épinglé une douzaine d’anciens ministres, du parti actuellement au pouvoir, mais jamais les rapports n’avaient été suivis de poursuites judiciaires.

Dimanche, de larges manifestations ont paralysé toute activité dans les centres urbains, et lors desquelles plusieurs milliers de personnes, dont une large majorité de jeunes, ont défilé dans les principales villes du pays. 11 manifestants ont été tués selon l’opposition, trois selon la police. La situation est restée tendue lundi dans le pays, particulièrement dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, désertée suite à un appel à la grève lancé par l’opposition. Habituellement encombrées de trafic et de commerces informels, les principales artères de la capitale sont restées vides, sans aucun véhicule de transport en commun visible. La présence policière était notable aux principaux carrefours de la ville mais des barricades, parfois enflammées, empêchaient tout passage sur certains axes.

Manifestation dimanche à Haïti

Manifestation dimanche à Haïti