Accueil > Dossiers > Amérique Latine

Amérique Latine

17 février 2019

Colombie : Des nouvelles de l’ELN

Vendredi 15 février, le pipeline "Caño Limon-Coveñas" a été endommagé dans une attaque à l’explosif dans la municipalité de Teorama dans le nord de Santander. Cette attaque a été attribuée à l’ELN qui avait déjà attaqué à de multiples reprises le pipeline par le passé.

L’ELN pourrait également être impliquée dans une future guerre au Venezuela (l’ELN y dispose de bases arrières). Pablos Beltran, commandant en chef de la guérilla, avait, en effet, annoncé, en début février, que celle-ci mettait en place des stratégies pour combattre les troupes états-uniennes si celle-ci devait envahir le pays.

Combattants de l'ELN Combattants de l’ELN

Tags de cet article: - - - Nos sources
11 février 2019

Colombie : Déjà 18 dirigeants sociaux assassinés en 2019

José Arquímedes Moreno, responsable social colombien de la région de Catatumbo (Norte de Santander) a été abattu vendredi dernier alors qu’il rentrait chez lui. José Arquímedes Moreno dirigeait une Junte d’Action Communale (JAC). Les JAC sont des structures qui représentent de façon officielle la population d’un quartier. Il est le troisième dirigeant communal attaqué cette année dans la région de Catatumbo, région dans laquelle, actuellement, plus de 400 dirigeants sociaux seraient menacés. Depuis le début de cette année, on compte déjà 18 militants assassinés en Colombie (dirigeants sociaux et syndicaux, défenseurs des mouvements paysans, des droits des populations indigènes, afro-colombiennes, LGBTI+...)

José Arquímedes Moreno José Arquímedes Moreno

Tags de cet article: - Nos sources
11 février 2019

Haïti : Répression meurtrière de nouvelles manifestations

Des coups de feu sont entendus dimanche un peu partout dans Port au Prince après une journée très mouvementée avec des dégâts matériels considérables. Une pompe à essence incendiée au bas de Lalue, des banques attaquées, des bâtiments publics pillés et des véhicules brûlées, un mort dans le Sud Est du pays et plusieurs personnes blessées par balles, c’est le bilan partiel de ces manifestations organisées un peu partout dans le pays pour demander au président Jovenel Moïse de quitter le pouvoir.

Les rues sont désertes, les magasins sont restés fermés. Aucune activité mondaine n’a lieu et tous les rendez vous du weekend ont été renvoyés à cause des contestations populaires. Les Compagnies aériennes ont dû renvoyer leur vol en direction de Port au Prince. La police a tiré à hauteur d’homme pendant les manifestations, tuant un jeune adolescent de 14 ans Robertho Thélusma. Des agents de l’Unité spécialisée du palais national et de l’Unité départementale de maintien d’ordre ont été déployés pour sécuriser les périmètres du palais national.

Forces de l'ordre patrouillant dans Port au Prince Forces de l’ordre patrouillant dans Port au Prince

Tags de cet article: - - Nos sources
8 février 2019

Haïti : Au moins quatre manifestants tués

Au moins quatre personnes sont mortes ce jeudi lors des manifestations anti-gouvernementales organisées dans les grandes villes du pays à l’occasion du 7 février qui marquait le deuxième anniversaire de la présidence de Jovenel Moise dont la démission est de plus en plus réclamée par l’opposition. C’est dans la ville du Cap-haitien que l’on dénombre le plus grand nombre de victimes avec quatre jeunes tués par balles lors de heurts avec les forces de l’ordre.

A Mirebalais, une jeune femme a été mortellement frappée par un véhicule lorsqu’elle quittait une zone où la police avait lancé des gaz lacrymogènes contre des manifestants. Une foule furieuse s’en est pris par la suite au commissariat de la ville jetant des pierres sur les policiers. Les affrontements ont occasionné plusieurs blessés. Dans la capitale qui a rassemblé le plus grand nombre de manifestants, au moins 5 personnes ont été des blessées par des jets de pierres. Au moins 6 véhicules ont été incendiés par les manifestants à Pétion-ville.

Manifestation jeudi à Haiti Manifestation jeudi à Haiti

Tags de cet article: - - Nos sources
7 février 2019

Colombie : Dix dissidents des FARC tués

Samedi 2 février, Rodrigo Cadete, a été tué avec 9 de ses guérilleros au cours d’une opération militaire au sud de la région de Caqueta. Cadete essayait d’unir les quelques 1700 membres des FARC qui avaient refusés de déposer les armes en 2016 et qui poursuivent le combat sans commandement unifié (voir notre article). Il était considéré comme le commandant en second du groupe le dissidents le plus important dirigé par Gentil Duarte.

Combattants des FARC (archive) Combattants des FARC (archive)

Tags de cet article: - - - Nos sources
5 février 2019

Colombie : L’ELN libére trois prisonniers

Dimanche 3 février, l’ELN a libéré les trois membres de l’équipage de l’hélicoptère qu’elle avait capturé il y a plus de trois semaines (voir notre article). L’ELN avait admis avoir brulé l’hélicoptère et mis la main sur 1,7 milliard de pesos (environ un demi million de dollars) en espèces durant l’opération. La guérilla, forte d’environ 2000 hommes, détiendrait encore 14 prisonniers au total.

Combattants de l'ELN Combattants de l’ELN

Tags de cet article: - - - Nos sources
1er février 2019

Colombie/Cuba : La délégation de l’ELN restera à Cuba

Jeudi 31 janvier, la délégation de l’ELN qui avait été chargée de négocier les accords de paix a annoncé qu’elle ne pourrai pas rentrer en Colombie puisque de le gouvernement refusait de respecter le protocole d’accord prévu en cas d’échec des négociations. Ce protocole prévoit un sauf conduit permettant aux négociateurs de retourner dans les territoire contrôlés par la guérilla dans les 15 jours après l’annonce de l’échec des négociations. Le délais expire samedi (voir notre article). La délégation qui reste donc à Cuba a annoncé qu’elle respecterait sa souveraineté et que ses activités ne concerneraient que le processus de paix.

De son coté, le gouvernement colombien offre des récompenses financières importantes pour la capture des dirigeants de l’ELN présents à Cuba. Parmi eux, se trouve Nicolás Rodríguez Bautista, alias ’Gabino’, commandant en chef de l’ELN (voir notre article).

Nicolas Rodriguez Bautista (alias Gabino) Nicolas Rodriguez Bautista (alias Gabino)

Tags de cet article: - - - Nos sources
30 janvier 2019

Colombie : Un leader syndical échappe à une tentative de meurtre

Le 28 janvier, Ricardo Muñoz, président du Syndicat des travailleurs des entreprises municipales de Cali (Sintraemcali) a échappé à une tentative d’assassinat alors qu’il quittait son domicile avec ses gardes du corps. Un des gardes du corps a été blessé à la tête avec le manche d’un revolver. Les gardes du corps ont riposté et mis en fuite les deux attaquants. L’Unité de protection nationale (UNP) et la police ont voulu minimiser l’attaque en la requalifiant de tentative de vol. Depuis plusieurs mois, le syndicat avait reçu plusieurs courriers de menaces envers des membres du syndicat dont le président, Ricardo Muñoz.

Cette attaque se produit une semaine après la condamnation de trois anciens militaires poursuivis pour leur implication en 2004 dans l’ « Opération Dragon », plan d’assassinat de dirigeants sociaux, syndicaux et de personnalités politiques de l’opposition. Cette opération était dirigée par un réseau de renseignements composé de militaires en activité et à la retraite. Les anciens militaires ont été condamnés à 4 ans de prison pour complot aggravé.

Ricardo Muñoz, président du Sintraemcali Ricardo Muñoz, président du Sintraemcali

Tags de cet article: - - Nos sources
24 janvier 2019

Colombie : L’ELN renonce aux négociations à Cuba

Lundi 21 janvier, l’ELN a accordé un entretien à l’AFP par le biais de son négociateur Pablo Beltran. Dans cet entretien, l’ELN revendique l’attaque contre l’école de police qui a fait 20 morts parmi ses étudiants et a pris acte de l’échec des négociations à Cuba.

Pour expliquer cette action militaire Pablo Beltran a résumé la situation : « Nous avons attendu six mois. Nous avons libéré des soldats et policiers (voir notre article). À la fin de l’année nous avons observé un cessez-le-feu unilatéral (voir notre article) et pendant cette trêve nous avons subi des attaques, des bombardements, et à la fin de la trêve, il y a eu des combats, des attaques ».

Prenant acte de l’échec des négociations à Cuba, l’ELN a décidé de rapatrier sa délégation en Colombie d’ici le 2 février comme prévu par le protocole de négociation. Pour que celle-ci puisse rentrer dans les zones contrôlée par l’ELN sans être capturée, le gouvernement devra respecter les garanties prises en 2016 ce qu’il refuse de faire. Le Chili et le Conseil de sécurité des Nations Unies souscrivent à la décision du président Ivan Duque de demander la capture et l’extradition des chefs de la guérilla. La Norvège et Cuba ont quant-à-eux annoncé qu’ils respecteraient leurs engagements et qu’elle continueraient à garantir le protocole prévu en cas d’échec des négociations.

L’ELN s’est dite prête à négocier un accord de paix dans le futur à condition qu’un cessez-le-feu bilatéral soit mis en place.

Le négociateur de l'ELN, Pablo Beltran, Le négociateur de l’ELN, Pablo Beltran,

Tags de cet article: - - Nos sources
18 janvier 2019

Colombie : Plus de 20 morts dans l’attaque de l’Ecole de police

Édit 20 janvier : Suite à cette attaque, le gouvernement colombien à demandé au gouvernement cubain l’arrestation de la délégation de l’ELN présente pour négocier les accords de paix. Cuba n’a, à ce jour, pas accepté la requête.

L’attentat contre l’école de la police dans le sud de Bogota a fait 21 morts et 68 blessés jeudi, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière depuis 2003. L’auteur de l’attaque, qui est mort dans l’explosion, a été identifié comme José Aldemar Rojas Rodriguez, 56 ans, était membre depuis plus de 25 ans de l’ELN. Connu sous le nom de guerre de "Mocho Kiko" - qui peut se traduire par Le Manchot du fait qu’il avait perdu la main droite dans une explosion - il appartenait au "Front Domingo Lain" de l’ELN, opérant dans le département de l’Arauca, frontalier du Venezuela, où le véhicule utilisé dans l’attentat avait passé son dernier contrôle technique.

Le guérillero est entré à 09h30 dans l’enceinte de l’École des officiers Général Francisco de Paula Santander, au volant d’une camionnette grise chargée de 80 kilos de pentolite. Il a tenté d’échapper au contrôle à l’entrée de l’école et son véhicule est allé percuter un bâtiment avant d’exploser. L’explosion est survenue à l’issue d’une cérémonie de promotion de jeunes officiers. Il n’a pas été précisé combien de policiers figuraient parmi les victimes. Le véhicule utilisé avait passé un contrôle technique en juillet dernier dans l’Arauca, un département frontalier du Venezuela, où l’ELN est présente.

Périmètre de sécurité devant l'Ecole de police après l'attaque Périmètre de sécurité devant l’Ecole de police après l’attaque

Tags de cet article: - - Nos sources

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1610

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?