Dans moins d’un mois, cela fera 24 ans que Jean-Marc Rouillan a été incarcéré pour les actes accomplis comme militant d’Action directe. Des années de résistance à l’élimination carcérale, puis une semi-liberté arrachée en 2008… interrompue après 10 mois – pour cause de propos qualifiés d’ »ambigus » par la justice – avec retour en prison à plein temps.

Une justice d’exception, la seule que les prisonniers politiques d’Action Directe ont connue depuis leur procès, aggravée par la loi sur la rétention de sûreté, a encore durci et rallongé les procédures déjà très restrictives qui leur sont appliquées. C’est ainsi que Jean-Marc Rouillan a dû subir deux ans de prison supplémentaires (alors que sa peine de sûreté est accomplie depuis 2005) avant que sa nouvelle demande de libération conditionnelle soit examinée. L’audience est enfin programmée pour cette semaine, le 2 février, dans l’enceinte de la prison de Muret.

Le Collectif « Ne laissons pas faire ! » appelle à un rassemblement jeudi 3 février, de 18 h à 19 h en face de la direction de l’Administration pénitentiaire carrefour rue de la Verrerie – rue du Renard (Paris 4e – Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)

Déjà 23 ans de prison pour Jean-Marc Rouillan, dont 25 mois accomplis après la révocation en octobre 2008 de sa semi-liberté. Deux années supplémentaires d’emprisonnement pour des mots que la Justice a qualifiés d’ »ambigus ». Dans la prison de Muret, Jean-Marc Rouillan n’a toujours pas reçu l’avis des « experts » de la commission pluridisciplinaire, suite à son passage en février dernier au Centre national d’observation de Fresnes.

Rassemblement pour la libération de jean-Marc Rouillan ce jeudi 4 novembre, de 18 h à 19 h, en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour rue de la Verrerie – rue du Renard (Paris 4e – Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)

Une centaine de personnes s’étaient réunies hier après-midi pour exiger la libération de Jean-Marc Rouillan, dernier militant d’Action Directe derrière les barreaux depuis que Georges Cipriani s’est vu accorder un régime de semi-liberté en avril dernier. Devant la prison de Muret, ils ont brandi des banderoles et scandé des slogans. Ils ont également frappé des tôles et fait résonner des cornes de brume pour être entendus dans les cellules. Un des membres du comité de soutien à eu l’occasion de se rendre au parloir pour rencontrer le prisonnier.

Manifestation pour Jean-Marc Rouillan

Manifestation pour Jean-Marc Rouillan

Cela fait maintenant 23 ans que Rouillan est en prison. Après avoir obtenu une libération conditionnelle en 2008, il a été réincarcéré après avoir affirmé dans une interview qu’il ne crachait pas sur ce qu’il avait fait. Aujourd’hui, le militant souffre de la maladie orpheline d’Erdheim-Chester, pour laquelle il ne bénéficie pas des soins nécessaires, et son état de santé va en se dégradant.

Le 1er avril, une décision de semi-liberté a été rendue après 23 années d’emprisonnement pour l’ancien militant d’Action Directe Georges Cipriani. Il est sorti le 14 avril 2010. C’est en grande partie sur l’avis de la commission pluridisciplinaire mise en place dans le cadre de la loi Dati pour les prisonniers condamnés à de longues peines et demandant une libération conditionnelle, que s’est appuyé le parquet lors des deux dernières demandes de libération conditionnelle de Georges Cipriani, ce qui avait entraîné l’échec de la précédente et l’appel – finalement rejeté – de sa dernière demande.

Un extrait du délibéré représente un désaveu de l’avis émis par cette commission: ‘ … Que force est de constater que la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté qui, aux termes des textes en vigueur, ne peut qu’émettre un avis sur la dangerosité criminologique du condamné dont le cas lui est soumis, a outrepassé sa mission en émettant un avis défavorable à la libération conditionnelle, qu’au surplus, elle s’est fondée à cet effet, plus sur des considérations d’ordre moral, reprochant au condamné son absence de remords ou de compassion pour les victimes, que sur une appréciation objective de son éventuelle dangerosité (…)’.

Sur le plan juridique, ce délibéré représente une condamnation officielle, actée dans un jugement, de la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté, mettant en lumière le non respect de sa mission. Il peut donc être repris et faire office de jurisprudence pour tout prisonnier qui se trouve confronté au CNO à cette commission.

Samedi 17 avril, un rassemblement au lieu à Paris pour la reconnaissance du statut de prisonnier politique, le rapprochement immédiat et inconditionnel de tous les prisonniers détenus loin de leurs proches, l’abolition du statut de DPS et des quartiers d’isolement pour tous les prisonniers, la fin des longues peines pour tous les prisonniers. Le rassemblement au lieu devant l’Administration Pénitentiaire, à l’angle de la rue du Renard et de la rue de la Verrerie (Paris 4) à 14h.

Une soirée de solidarité aura lieu dimanche 18 avril, avec projection d’extraits de ‘Retour sur mon parcours militant’ (dernier entretien avec Joëlle Aubron) et projection d’un entretien réalisé dans le cadre de la campagne avec Miguel Benasayag, psychanalyste et philosophe, sur le thème de ‘la légitimité de la lutte armée’, débat avec les collectifs de soutien et musiques avec: René Binamé (anarcho punk disco song – Belgique) et Mopish Moment (dub punk reggae hardcore – Bordeaux). La soirée se tiendra au CICP de 17 heures à 22 heures précises. Entrée: 5 euros.

Ce jeudi 1er avril, la chambre d’application des peines de la cour d’appel de Paris a confirmé la décision du tribunal d’application des peines qui avait accordé, le 24 février, un régime de semi-liberté à Georges Cipriani. Comme en 2009, le parquet s’était immédiatement opposé à ce jugement. Emprisonné depuis 24 ans, Georges Cipriani obtient aujourd’hui une réponse positive à sa 4e demande de libération, alors que, libérable depuis 2005, il n’avait pu jusqu’à présent bénéficier du moindre jour hors de la prison. L’aménagement de peine accordé à Georges, sous la forme d’un régime de semi-liberté contraignant, devrait logiquement déboucher sur sa libération conditionnelle.

Arrêté avec ses camarades Joëlle Aubron, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan en 1987, Georges Cipriani avait été condamné avec eux à perpétuité pour des actions armées revendiquées par leur organisation, Action directe. Durant des années, Georges a résisté à l’anéantissement carcéral dans des conditions particulièrement dures: traitements médicaux imposés après une terrible grève de la faim, interdiction de communication et isolement carcéral prolongés… Dans une quinzaine de jours, Georges Cipriani quittera enfin la prison d’Ensisheim.

Dans le cadre de la campagne pour la libération de Georges Cipriani et de Jean-Marc Rouillan menée par plusieurs comités, Dominique Grange, Jacques Tardi et des plasticiens manifesteront leur solidarité dans l’espace Louise-Michel, à Paris, du 26 au 28 mars.

Plusieurs plasticiens vont ainsi participer, du 26 au 28 mars, à une exposition-vente pour exprimer leur solidarité avec Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan, prisonniers politiques incarcérés depuis vingt-trois ans. Parmi les dessins, peintures et collages, on notera des travaux de Jacques Tardi, de Thierry Guitard, d’Hellyette Besse, de Jean Halfen…

Parallèlement, le 26 mars, au même endroit, Dominique Grange accompagnée par Philippe Mira (piano) et Jacques Tardi vont présenter le spectacle tiré de la BD-CD ‘Des Lendemains qui saignent’ publié chez Casterman. Dans ce nouveau spectacle consacré aux horreurs de la Première guerre mondiale, aux côtés de ses propres textes, Dominique Grange interprètera des textes de Montéhus, de Sébastien Faure, de Louis Aragon, de Boris Vian et, incontournable, La Chanson de Craonne. Entre ces titres, le dessinateur de BD Jacques Tardi, par ailleurs créateur de nombreuses affiches militantes, lira des textes extraits de l’ouvrage réalisé avec l’historien Jean-Pierre Verney.

Les rendez-vous à l’Espace Louise-Michel, 42 bis rue des Cascades 75020 Paris: Du vendredi 26 mars au dimanche 28 mars, exposition-vente. Vernissage le 26 mars à 18 heures.

Depuis plus d’un an, le militant d’Action Directe Jean-Marc Rouillan souffre d’une malade grave, rare et évolutive nécessitant un traitement personnalisé très pointu. Malgré les nombreuses demandes faites par ses avocats afin qu’il soit hospitalisé, Rouillan est resté incarcéré à la prison des Baumettes, puis au centre de détention de Muret, sans bénéficier des soins adaptés à son état de santé. Aujourd’hui, le prisonnier a enfin pu entrer à l’Unité Hospitalière Sécurisée Interrégionale située au sein de l’hôpital de La Piété-Salpétrière, le seul hôpital français où exercent des spécialistes de sa maladie.

Le Tribunal d’Application des Peines a accordé ce mercredi le régime de semi-liberté au militant d’Action Directe Georges Cipriani. Néanmoins, le parquet de Paris a immédiatement annoncé qu’il faisait appel de cette décision, ce qui la suspend automatiquement. L’appel devrait être examiné par la cour d’appel de Paris dans les prochains mois. Le 20 août dernier, cette même cour avait refusé la remise en liberté conditionnelle du militant du fait qu’il ne renie aucunement son engagement politique et que le CNO (Centre National d’Observation de Fresnes), où Cipriani a été enfermé six mois, avait rendu un avis défavorable sur son ‘état de dangerosité’.

A Fresnes, une centaine de personnes, venues d’Allemagne, de Belgique, du nord de la France, de Clermont-Ferrand, de Béziers, de Périgueux, de Paris, de la Région parisienne et d’ailleurs, se sont rassemblées devant la prison où est enfermé Jean-Marc Rouillan. Une délégation de notre Secours Rouge (photo) était présente à ce rassemblement qui est parti en cortège autour de la prison pour être à la hauteur des fenêtres des prisonniers. Les slogans ‘libération des militants d’Action Directe!’, ’23 ans de prison, 23 ans de résistance! Halte au chantage au reniement. Libération sans condition!’, ‘Libérez Rouillan, libérez Cipriani!’, ‘Et mur par mur, et pierre par pierre, nous détruirons toutes les prisons!’ ont pu être entendus par les prisonniers qui en retour ont crié leur révolte.

Manifestation pour les prisonniers d'Action Directe

Manifestation pour les prisonniers d’Action Directe