Au début du mois d’avril, 76 paramilitaires de la CRPF ont été tués lors d’une embuscade tendue par les guérilleros maoïstes dans l’état du Chhattisgarh. D’après les autorités (mais il s’agit peut-être d’une opération de guerre psychologique), il semblerait que la NPA philippine n’y soit pas étrangère. La National Intelligence Coordinating Authority, principal service de renseignements des Philippines, a convié les diplomates en poste à Manille à une réunion dans le courant du mois d’avril. En effet, la NICA disposerait de pistes indiquant que les maoïstes indiens auraient été formés militairement à la guérilla par des maoïstes philippins de la NPA. Elle collabore également avec son homologue indienne afin d’identifier les communistes philippins engagés auprès des rebelles maoïstes.

Quatre policiers ont été tués hier, et cinq autres blessés, dans une embuscade tendue par la guérilla maoïste dans la commune Baras de province Rizal, à l’est de Manille, mardi. Environ 20 combattants de la NPA ont déclenché un IED au passage d’une patrouille et ont ouvert le feu. Deux policiers sont toujours disparus, sans que l’on sache s’ils ont été capturés par les guérilleros qui ont récupéré sur les lieux de l’embuscade au moins neuf fusils d’assaut M16. La police et l’armée ont maintenant lancé une chasse à l’homme massive, fouillant les hôpitaux et les autres endroits où pourraient se trouver des guérilleros blessés.

Une unité de la Nouvelle Armée Populaire a attaqué victorieusement le 27 mars une unité paramilitaire (Unité locale des forces armées citoyennes, CAFGU) à Mlang, Cotabato Nord hier après-midi, ce qui a rapporté au moins 35 fusils haute puissance. Les combattants de la NPA ont pu saisir au moins une vingtaine de fusils automatiques. Un paramilitaire a été tué tandis que deux autres étaient blessés.

Le 13 mars à Brgy, Cagbana, Burauen, Leyte, une unité de la NPA avait tué dans une embuscade cinq soldats du 19ème bataillon d’infanterie et blessé deux autres. Cette attaque était un camouflet de l’armée qui avait déclaré que l’île de Leyte était ‘sans insurrection’. Le 5 mars, un détachement du 25ème bataillon d’infanterie était tombé dans une embuscade de la NPA dans la ville de Monkayo, province de la vallée de Compostela. Quatre soldats avaient été tués et de nombreux autres blessés.

Guérilleros de la NPA

Guérilleros de la NPA

La répression continue de frapper les membres des familles des dirigeants communistes clandestins aux Philippines. Michele Adelantar, 17 ans, est la fille d’un des cadres du Parti Communiste des Philippines et de la Nouvelle Armée Populaire. Elle a été enlevée et placée en détention le 3 février dernier à San Jose de Buan, Samar de L’Ouest par les troupes du 34ème Bataillon d’Infanterie simplement parce qu’elle était l’enfant d’un cadre du CPP-NP. Elle a été placée en garde à vue militaire, mais plus tard transférée au Département de Protection Sociale et du Développement.

L’histoire a des précédents: les militaires s’en sont déjà pris aux parents de membres et de dirigeants de la résistance. Ils ont ainsi violé Rebelyn, la fille de Leoncio ‘Ka Parago’ Pitao.

Hier mardi, Jamal Saberi, militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, a été arrêté par la police de l’immigration au Japon. Ils est menacé d’une expulsion prochaine vers l’Iran. Il va sans dire que la liberté, si ce n’est la vie de Jamal Saberi serait gravement en danger en cas d’expulsion vers l’Iran qui a fait placer le PCOI sur les listes d’Interpol.

Le 1er février, environ 40 praticiens médicaux et des agents de santé ont participé à une formation de premier secours parrainée par la Community Medicine Foundation, Inc. (COMMED) et le Conseil de la santé et le développement (CHD) à la ferme de M. Melecia VelmonteBgy à Maybangcal, Morong, Rizal. Le docteur Velmonte est un professeur spécialiste respecté et reconnu des maladies infectieuses et consultant à l’Hôpital général des Philippines. Sa ferme est un lieu qui sert régulièrement à des formations de santé, avec des participants venant des communautés et du monde universitaire.

A 6h15 du matin le 6 février, environ 300 policiers lourdement armés de la police militaire ont pénétré dans la ferme du Dr Velmonte. Avec leurs armes, les militaires ont forcé le gardien à ouvrir les portes. À l’intérieur, les soldats se sont dirigés vers des directions différentes. Ils ont également donné un coup de pied sur la porte principale pour entrer dans le bâtiment. Lorsque le Dr Velmonte et son fils, Bob ont exigé de voir un mandat de perquisition, ils ont été bousculés simplement par les militaires.

Tous les praticiens médicaux et les agents de santé ont été fouillés, menotté et interrogés. Les victimes masculines ont ensuite eu les yeux bandés avec de vieilles chemises portées par les soldats et sécurisé avec du ruban d’emballage. Les agents de santé ont été contraints de monter dans les camions militaires et ont été amenés au camp de Capinpin dans Tanay, Rizal, siège de la 202ème Brigade d’infanterie de l’armée philippine. A ce jour, l’armée n’a permis à aucun parent des victimes de voir l’une d’elle. Les personnes arrêtées sont accusées d’appartenir à la Nouvelle Armée Populaire.

La New’s People Army (NPA – Nouvelle Armée du Peuple, photo) a remporté une série de victoires militaires dans les régions de Cordillera et de Bicol. Dans le Cordillera, la guérilla maoïste a contrecarré les opérations de la 5° Division d’Infanterie de l’Armée Philippine et a mené avec succès une série de batailles contre les forces gouvernementales:

-Le 14 janvier, la NPA a tendu une embuscade victorieuse contre l’Equipe des Opérations Spéciales du 2e bataillon d’infanterie à Barrangay Taplacon, Camalig, Albay entraînant la mort d’un militaire.
-Le 15 janvier, deux soldats du 49e bataillon d’infanterie ont été tués lorsque les guérilleros de la NPA ont fait feu sur leur camion à Barrangay Palogtok, Irosin, Sorsogon.
-Le même jour, quatre soldats appartenant au 9e bataillon d’infanterie ont été tués et six autres blessés lorsque leur véhicule est tombé dans une embuscade à Baranggay Lalaguna, Mobo, Masbate.
-Le 20 janvier, des guérilleros de la NPA a fait exploser une bombe contre les installations du 9e bataillon d’infanterie et du PNP-RMG à Barranggay Armenia, Unson, Masbate.
-Le 27 janvier, la NPA a tendu une embuscade au peloton d’élite du 54e bataillon d’infanterie aux environs du Mont Bato à Mainit, Bontoc, tuant cinq soldats et blessant quatre autres.
-Le 31 janvier, trois soldats du 50e bataillon d’infanterie ont été tués dans un combat avec une unité de la NPA à Tubo, Abra Barangay du sud jouxtant la Mountain Province.
-Le même jour, les forces de la NPA ont quasiment anéanti un peloton du 41e bataillon d’infanterie à Barangay Lap-ey dans le Malibcong. Cinq soldats ont été tués et huit autres blessés.

Au total, au moins 28 soldats ont été tués dans les régions de Cordillera et de Bicol, et 25 autres blessés. Quatre guérilleros ont été tués lors de ces opérations, alors que les opérations de l’armée philippines s’accompagnaient de violents bombardements aériens d’hélicoptères de combat et d’avions à réaction, entraînant la destruction de rizières, de terrasses, de canaux d’irrigations, de systèmes d’eau domestiques et l’incendie des forêts de montagne dans les villes de Mainit et du Guinaang. Dans leurs opérations de ratissage, les militaires ont abattus et fait disparaitre des civils.

Cinq soldats ont été tués et un autre blessé au cours d’une fusillade entre une détachement de l’armée et une vingtaine de guérilleros maoistes de la Nouvelle Armée Populaire, branche armée du Parti Communiste des Philippines interdit, dans la ville de Bontoc, à 285 kilomètres au nord de Manille.

Guérilléros de la NPA

Guérilléros de la NPA

Gérard Jodar, le leader du syndicat indépendantiste néo-calédonien USTKE (Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités) a été remis en liberté ce jeudi matin. L’homme avait été condamné à neuf mois de prison ferme après des heurts opposant le syndicat et les forces de l’ordre à l’aérodrome de Magenta-Nouméa.

La cour d’appel de Nouméa a accédé à la demande de remise en liberté de Gérard Jodar, ce jeudi matin. Le président du syndicat indépendantiste néo-calédonien USTKE était incarcéré depuis le 29 juin dernier, de même que cinq autres militants, pour entrave à la circulation d’un avion de la compagnie Aircal à l’aérodrome de Magenta-Nouméa. Une manifestation syndicale s’était achevée par l’invasion du tarmac et de deux avions suite au conflit Aircal. Les forces de l’ordre étaient intervenues pour déloger les militants USTKE. Après l’incarcération de Gérard Jodar, la tension était montée au cran supérieur début août. Le syndicat avait paralysé en partie l’économie calédonienne et le bras de fer s’était achevé par des affrontements entre militants et force de l’ordre.

Gérard Jodar avait été condamné à un an de prison ferme en première instance. La cour d’appel de Nouméa avait réduit sa peine à neuf mois en septembre dernier. Depuis, le président du syndicat avait déposé une demande de remise en liberté, en plus d’un pourvoi en cassation. Deux autres syndicalistes USTKE, Michel Safoka et Ato Uveakovi, ont été aussi remis en liberté jeudi.