Jessica Reznicek est une travailleuse catholique, militante écologiste qui milite contre les grands projets de l’industrie pétrolière depuis 2000. En 2011, elle a aussi participé au mouvement Occupy Wall Street et a été expulsée d’Israël après avoir aidé des Palestiniens à planter des oliviers dans les territoires occupés. Elle est s’est engagée contre le chantier du Dakota Access Pipeline (DAPL) au printemps 2016, se faisant arrêter plusieurs fois pour des actions de type « lock-on ». Le DAPL est un danger pour les cours d’eau du Midwest et une menace pour l’eau potable de millions de Nord-Américains. Son chantier a été entrepris alors qu’il n’avait pas reçu les permis appropriés et il a déjà connu cinq accidents avec fuite de pétrole au cours des six premiers mois de 2017.

En novembre 2016 et mai 2017, Reznicek et une autre membre des Catholic Worker, Ruby Montoya ont saboté le chantier à plusieurs reprises en incendiant des engins ou en perçant des sections d’oléoduc au chalumeau oxyacétylénique. Elles ont tenu une conférence de presse pour dénoncer le DAPL et revendiquer leurs sabotages. Reznicek a été inculpée en 2019 de neuf chefs d’accusation criminels fédéraux, y compris 11 incendies. Après son inculpation, elle a exprimé le regret de ne pas avoir fait plus pour essayer d’arrêter l’oléoduc. Reznicek a plaidé coupable d’un seul chef d’accusation, celui de « conspiration en vue d’endommager une installation énergétique », et a été condamnée l’année passée à trois ans d’incarcération, trois ans de surveillance fédérale par la suite et l’obligation de verser à l’exploitant du pipeline Energy Transfer 3,2 millions de dollars de dédommagement. Mais le juge du district sud de l’Iowa a pu appliquer une disposition anti-terroriste à sa peine, transformant trois ans de prison en huit ans! Reznicek a fait appel contre cette application et le terrible précédent juridique qu’il crée. L’appel vient d’être rejeté.

Dossier(s): Amérique du Nord

Jayland Walker, 25 ans, a été tué le 27 juin alors qu’il fuyait des policiers à pied après une poursuite en voiture consécutive à une infraction routière. Une vidéo diffusée dimanche par la police montre le jeune homme être criblé de 60 balles (90 coups de feu ont été tirés contre lui…). Quatre nuits de protestation ont eu lieu dans la ville. La première nuit de rassemblement s’était déroulée sans encombre, tandis que des poubelles avaient été brûlées et des vitres brisées la nuit suivante dans cette ville de 190.000 habitants proche de Cleveland. Le maire d’Akron avait déclaré l’état d’urgence lundi et a instauré un couvre-feu à partir de 21 heures.

Dossier(s): Amérique du Nord

À l’occasion du 47e anniversaire des événements d’Oglala, qui ont eu lieu le 26 juin 1975 dans la réserve de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud, de nombreuses initiatives ont été organisées pour rappeler l’histoire de Leonard Peltier et demander sa libération. Il y a eu des meetings et des rassemblements dans plusieurs villes d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, et de France. Un rassemblement a eu ainsi eu lieu sur la place de la cathédrale à Milan le 28 juin en fin d’après-midi.

En 1977, Léonard Peltier a écopé de deux peines de prison à perpétuité pour la fusillade dans laquelle deux policiers, qui s’étaient introduits illégalement dans la réserve de Pine Ridge, où se trouvait le campement du Mouvement Indien Américain, avaient été tués. Aucune preuve formelle de la culpabilité du militant amérindien n’a jamais pu être établie, à l’inverse, il a été établi qu’il avait été reconnu coupable sur base de fausses preuves et de témoignages recueillis sous la contrainte dans le cadre de la guerre secrète menée par le FBI dans le cadre du COINTELPRO contre le Mouvement Indien Américain.

La Cour suprême des États-Unis a annulé la « décision Roe v. Wade » vendredi après-midi, donnant aux différents États le pouvoir d’autoriser, de limiter ou d’interdire la pratique comme ils l’entendent. Suite à cela, au moins 13 États ont déjà adopté des lois de déclenchement qui interdisent la plupart des avortements: l’Arkansas, l’Idaho, le Kentucky, la Louisiane, le Mississippi, le Missouri, le Dakota du Nord, l’Oklahoma, le Dakota du Sud, le Tennessee, le Texas, l’Utah et le Wyoming. L’Arizona a deux lois contradictoire et le Sénat de l’Etat devait se prononcer. A Phoenix la police a affronté un groupe important de manifestants qui tentait de forcer l’entrée du bâtiment du Sénat de l’État, brisant des vitres et forçant des portes. Les législateurs ont reçu l’ordre de ne pas sortir du bâtiment. Des policiers ont dispersés, avec d’importants moyens, les manifestants et les législateurs ont repris leur calendrier législatif dans une salle spéciale sécurisée. D’autres incidents entrainant des arrestations ont eu lieu à Greensville (Caroline du Sud) et à Eugene (Oregon).

 

Dossier(s): Amérique du Nord

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange risque bien d’être envoyé aux Etats-Unis. La ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel a finalement signé ce vendredi son décret d’extradition. « En vertu de la loi de 2003 sur l’extradition, la ministre d’État doit signer une ordonnance d’extradition s’il n’y a aucun motif d’interdire l’ordonnance », a détaillé un porte-parole du ministère de l’Intérieur. L’Australien de 50 ans peut faire appel dans un délai de 14 jours. Assange est réclamé par la justice américaine qui veut le juger pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Il risque 175 ans de prison.

Rassemblement pour Assange à Bruxelles (archives)

 

Profitant de la fusillade dans l’école primaire d’Uvalde, au Texas, et des critiques sur la lenteur de l’intervention policière, la société Axon, qui mis au point le Taser, avait annoncé la semaine passée qu’elle commençait le développement du drone-taser. Le projet d’un drone de police équipé d’un Taser était déjà dans les cartons de l’entreprise, mais le PDG et fondateur d’Axon avait déclaré qu’il irait de l’avant, que l’option du drone-taser devait être envisagée pour la sécurité des écoles.

Cette annonce a fait scandale et lundi 5 juin, neuf membres du comité d’éthique, un groupe d’experts reconnus dans les domaines de la technologie, de la police et de la vie privée, ont annoncé leur démission, affirmant qu’ils avaient « perdu confiance dans la capacité d’Axon à être un partenaire responsable ». Mardi 6 juin, hier donc, Axon faisait un pas en arrière en annonçant qu’elle mettait un terme à ses projets de développement du drone-taser.

Le drone-laser d’Axon