En Arabie saoudite, les militants des droits humains disparaissent les uns après les autres, étant poursuivis en justice, incarcérés, réduits au silence par des manœuvres d’intimidation ou contraints à l’exil. Le 8 janvier, Essam Koshak, défenseur des droits humains, a été convoqué par le Département de police judiciaire à La Mecque et a été placé en détention. Il n’est pas été autorisé à prendre un avocat et est interrogé au sujet de son compte Twitter. Le même jour Ahmed al Mushaikhass, membre fondateur du Centre Adala pour les droits humains a été emprisonné au commissariat d’al Dammam, où il est toujours détenu. Il est depuis interrogé par le Bureau des enquêtes et des poursuites judiciaires (BIP).

Avant-hier, mardi 10 janvier, Abdulaziz al Shubaily, membre fondateur de l’Association saoudienne pour les droits civils et politiques (ACPRA), une organisation indépendante de défense des droits humains aujourd’hui dissoute, a comparu devant le Tribunal pénal spécial, qui s’occupe des affaires de terrorisme. Il a été condamné à une peine de huit ans d’emprisonnement en raison de son travail de défense des droits humains. Il était accusé, entre autres, d’avoir « été en contact avec des organisations étrangères » et d’avoir fourni des informations à Amnesty International pour deux rapports de l’organisation. Tous les autres membres de l’ACPRA ont été poursuivis en justice ou incarcérés.

Abdulaziz al Shubaily

Abdulaziz al Shubaily

Dans les Etats du Conseil de coopération du Golfe (l’Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar et les Emirats arabes unis) qui interdisent pour la plupart les partis politiques et les manifestations, de nombreux dissidents se sont tournés vers les plateformes des réseaux sociaux. Des centaines d’entre eux ont été emprisonnées à l’issue de procédure incluant parfois des tortures et de retrait de nationalité. Parmi eux figurent l’opposant bahreïni Nabil Rajab, accusé d’avoir «insulté» les autorités de Manama et de Ryad, et l’activiste saoudien Walid Abulkhair qui purge une peine de 15 ans de prison, ou l’avocat émirati Mohammed al-Roken, emprisonné depuis 2013 pour «complot».

Les gouvernements du CCG ont utilisé de la technologie de surveillance achetée à des entreprises occidentales et israéliennes pour suivre les activités en ligne de certains de leurs citoyens. A l’exception du Koweït, tous les gouvernements de cette région ont utilisé un logiciel intrusif qui permet à un gouvernement d’accéder aux emails, aux messages texte, à l’historique des appels (téléphoniques), aux listes de contacts, aux dossiers et, potentiellement, aux mots de passe de l’internaute surveillé.

Walid Abulkhai

Walid Abulkhai

Les explosions de violence se succèdent depuis plusieurs semaines sur des sites de Saudi Oger en Arabie saoudite, le géant du BTP détenu par l’ex-Premier ministre libanais Saad Hariri. Cause de cette grogne sociale exacerbée : les retards de paiement de salaires qui durent depuis plusieurs mois. Mardi, des salariés ont dégradé des voitures et des camions appartenant à l’entreprise sur un de ses plus grands chantiers, celui des logements de la garde nationale saoudienne à Riyad.

Plusieurs voitures renversées, d’autres ont eu leurs vitres brisées et des camions ont été brûlés… Ces émeutes, qui n’ont pas fait de blessés, témoignent d’une montée croissante de la frustration des employés face à l’enlisement d’une crise sociale dont ils ne voient pas la fin. En début d’année, ils étaient environ 38.000, mais plusieurs milliers ont été ensuite licenciés. Licenciés ou pas, la quasi-totalité continue de subir des retards de paiement qui varient entre quatre et huit mois, selon l’importance du projet géré par Saudi Oger. Ce défaut de paiement s’aggrave à d’autres répercussions: depuis que l’entreprise n’est plus en mesure de verser les salaires, les autorités saoudiennes empêchent de renouveler le permis de séjour (iqama) de ses travailleurs étrangers, ce qui entraîne notamment le gel de leurs comptes en banque.

Camions de la société incendiés par les ouvriers non payés

Camions de la société incendiés par les ouvriers non payés

Condamné en novembre 2015 à la peine capitale en Arabie Saoudite (voir notre article), le poète palestinien Ashraf Fayad a vu sa peine pour « apostasite » commuée hier mardi en 8 ans de prison. Outre les 8 années d’emprisonnement, Ashraf Fayad devra recevoir à 800 coups de fouet, au rythme de 50 coups par séance. Ses avocats ont contesté le nouveau verdict et ont demandé sa libération.

Ashraf Fayad

Ashraf Fayad

Un tribunal saoudien a ordonné mardi l’exécution d’Ashraf Fayadh, 35 ans, membre de l’organisation d’art britannique-saoudienne Edge of Arabia. Il avait été en première instance condamné à quatre années de prison et 800 coups de fouet par le tribunal général d’Abha, en mai 2014. Mais après que son appel eut été rejeté, il a été rejugé le mois dernier. Le nouveau juge ne l’a même pas entendu, il a juste rendu le verdict: condamnation à mort. Il n’a pas été en mesure de se désigner un avocat parce que sa carte d’identité lui a été confisquée au moment de son arrestation.

Pour les sympathisants de Fayadh, il est puni par les ultra-conservateurs pour avoir publié une vidéo en ligne montrant la police religieuse d’Abha en train de fouetter un homme en public. La police religieuse a d’abord gardé Fayadh en détention en août 2013, après avoir reçu une plainte l’accusant d’avoir blasphémé, insulté l’Arabie saoudite et distribué un livre de ses poèmes contenant des « idées destructives contre Dieu ».

Ashraf Fayadh

Ashraf Fayadh

Un jeune Saoudien chiiteAli al-Nimr, risque d’être exécuté pour avoir pris part, alors qu’il était mineur, à des manifestations inspirées du Printemps arabe. ne soit pas mis à mort. Les autorités saoudiennes n’annoncent pas à l’avance les exécutions, généralement pratiquées par décapitation au sabre. Mais des experts de l’ONU ont prévenu que le jeune homme pouvait être « exécuté à tout moment ». Le jeune condamné est le neveu d’un religieux chiite influent qui est également dans les couloirs de la mort.

Mardi, des experts de l’ONU en droits de l’Homme ont demandé aux autorités saoudiennes d’annuler l’exécution, en exprimant de sévères critiques sur le processus judiciaire ayant conduit à sa condamnation. Le jeune homme a apparemment été torturé et contraint de passer aux aveux, alors qu’il n’avait pu recourir à un avocat dans des conditions normales avant et pendant son procès. Deux autres personnes, également mineures et ayant elles aussi participé aux manifestations dans la ville de Qatif, et dont l’exécution serait imminente. Depuis le début de l’année, 133 personnes ont été exécutées dans le royaume ultra-conservateur, contre 87 sur l’ensemble de 2014.

Ali al-Nimr

Ali al-Nimr

Raif Badawi est en prison depuis juin 2012 pour les propos tenus sur le site web et pour ses chroniques dans un journal du pays. Les autorités saoudiennes lui reprochent d’avoir insulté l’islam, alors que ses billets ne visaient que les comités décrétant les interdictions religieuses. Au début des procédures, il faisait face à une accusation d’apostasie, qui peut mener à la peine de mort. Le mois dernier, la Cour d’appel a toutefois maintenu la sentence de dix ans de prison, de mille coups de fouet et une amende d’un million de riyals (290.000 $). Il doit recevoir 50 coups de fouet par semaine jusqu’à concurrence de mille, sur la place publique. Une fois la peine de prison purgée, il lui sera interdit de voyager pendant dix ans alors que sa famille s’est réfugiée au Québec.

Arabie Saoudite: Un bloggeur condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet

La campagne de répression des autorités saoudiennes contre l’immigration illégale a connu ses premiers morts, ce samedi 9 novembre. Dans la soirée, deux personnes ont été tuées et 68 autres blessées lors d’affrontements dans le quartier de Manfouha, dans le sud de Riyad. C’est dans ce quartier que se concentrent des immigrés originaires notamment de la Corne de l’Afrique. 561 personnes ont été arrêtées. Plus de 900.000 étrangers en situation irrégulière ont dû quitter le royaume depuis début 2013.

Raef Badaoui, co-fondateur du Réseau libéral saoudien, a été condamné à sept ans de prison et 600 coups de fouet. Le tribunal a ordonné la fermeture du site internet du Réseau. Raef Badaoui, âgé de 35 ans, avait été arrêté en juin dernier. Il avait appelé à lutter contre l’emprise des religieux sur la vie publique.

Des émeutes ont éclaté mercredi soir dans le complexe résidentiel d’une société qui réalise des projets de développement de La Mecque. Les travailleurs indiens ont réagit à l’annonce que la mort d’un de leur collègue ne serait pas considérée comme un accident de travail par la société (ce que la société a depuis nié). Ils se sont réunis en grand nombre dans leur complexe résidentiel à Al -Hudaibah, à 20 km de La Mecque et ont endommagé plusieurs véhicules et plus de 100 containers-logement. La police plus tard réussi à arrêter les dirigeants des protestations.

émeute ouvrière à La Mecque

émeute ouvrière à La Mecque