Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Deux personnes ont été blessées après les violentes manifestations qui ont fait suite à deux expulsions collectives dans la municipalité d’Esperanza. La première des expulsions a eu lieu tôt le matin dans le secteur de La Unión, où des membres de l’armée et de la police ont, avec une pelle mécanique, renversé et brûlé des cabanes construites illégalement. Plus tard, d’autres cabanes ont été détruites et brûlées dans le secteur de Los Coquitos du district municipal de Boca de Mao.

Lors de la première des expulsions, Roberto Vargas, âgé de 26 ans et résidant dans le secteur de l’Union, a été blessé par balle. Lors des violentes manifestations dénonçant les expulsions, une femme, à l’identité encore inconnue, a reçu une balle dans la poitrine.

Protestations à Esperanza

Protestations à Esperanza

La ville de San Francisco de Macoris, en République dominicaine, a été le théâtre d’affrontements entre grévistes et policiers. La grève générale, qui a commencé jeudi à six heures, a pour revendication la démission du maire. Celui-ci passe en procès pour avoir détourné des millions à la municipalité. Les grévistes exigent également le respect d’une série de promesses comme la construction d’un l’hôpital, d’une route, et une distribution d’électricité 24 heures par jour. Les policiers ont tiré à la chevrotine, blessant un jeune manifestant, tandis qu’ils se faisaient caillasser. Tous les commerces de la ville ont fermé leurs portes et on a observé une baisse de 90% de la circulation automobile dans le centre-ville, alors que les transports publics étaient paralysés.

République dominicaine: Affrontements entre policiers et grévistes

Un mouvement de protestation lancé par le Frente Amplio de Lucha Popular (FALPO) dans la municipalité de Salcedo, en République dominicaine, a donné lieu à une semaine d’affrontements violents entre des manifestants et les forces armées de la police. Au moins trois manifestants ont été tués et 22 autres blessés. Les grévistes ont accepté de mettre fin à leur mouvement après avoir reçu la garantie d’une libération de tous leurs camarades prisonniers et d’une enquête sur les responsabilités de la mort d’un jeune homme, le 12 mai. Cette dernière revendication avait été à l’origine de la grève.

République dominicaine: 3 morts dans des émeutes