Le dimanche soir 20 janvier, Esmail Bakhshi et Sepideh Gholian ont été arrêtés à nouveau. Les forces de sécurité ont perquisitionné les logements des deux militants avant de les arrêtés. Le frère de Sepideh Gholian a également été arrêté pour s’être interposé à l’arrestation de sa sœur.

Esmail Bakhshi, représentant des travailleurs de Haft Tapeh Sugarcane, a été incarcéré et torturé pendant près d’un mois (du 18 novembre au 10 décembre 2018) pour avoir mené un mouvement de grève à l’usine Sugarcane (voir nos articles ici et ici ). Sepideh Gholian, une étudiante, journaliste et militante des droits sociaux avait également été arrêtée le 18 novembre pour son soutien aux grévistes. Elle sera libérée le 18 décembre et dénoncera les tortures subites durant son incarcération. À sa libération, Esmail Bakhshi avait publié un communiqué invitant le ministre des Renseignements à participer à un débat télévisé en direct au sujet de la torture qu’il avait subie pendant son incarcération. Le 19 janvier, à la veille de l’arrestation des deux militants, la télévision d’état diffusait des vidéos dans lesquelles on voit Esmail Bakhshi et Sepideh Gholian “avouer” leurs liens avec des groupes marxistes et communistes en dehors de l’Iran dans le but de renverser le système politique en organisant des grèves et des manifestations de travailleurs. Ni le lieu, ni la date, ni les conditions dans lesquelles ces images ont été tournées, n’ont été communiqués. Les “aveux” auraient été obtenus sous la torture.

La semaine dernière, le procureur général iranien Jafar Montazéri avait qualifié les accusations de torture de “mensonges éhontés” et faites “pour servir un but politique”. Il avait précisé que des institutions gouvernementales avaient engagé des poursuites contre l’ouvrier de la sucrerie pour diffamation présumée des autorités. Des enquêtes menées par le Parlement, le parquet et le ministère des Renseignements ont conclu qu’Esmail Bakhshi n’avait pas été victime de torture. Ces derniers mois, de nombreux mouvements de grève ou de protestation se sont organisés en Iran, essentiellement en dehors de Téhéran. Le chef de l’Autorité judiciaire a mis en garde en novembre les travailleurs contre la tentation de “créer du désordre dans le pays”.

Sepideh Gholian et Esmail Bakhshi

Sepideh Gholian et Esmail Bakhshi

Samedi 26 octobre, Sepideh Gholian (voir notre article), Sanaz Elahyari, Amir Hossein Mohammadi Fard, Amir Amirgholi (voir notre article) et Atefeh Rangriz, Marzieh Amiri ont été libérés. Sepideh Gholian et Atefeh Rangriz avaient dernièrement entamé une grève de la faim entre autre pour protester contre leurs conditions de détention et les actes de harcèlement constant, ainsi que ceux envers des membres de leur famille. Neda Naji, une autre détenue du 1er mai, est toujours en prison et devrait être jugée par la 28e chambre du «Tribunal révolutionnaire islamique» pour sa participation à Téhéran au 1er mai 2019.

Sepideh Gholian

Un nombre indéterminé d’ouvriers de l’usine sucrière Haft Tapeh de Suse, ville de la province du Khouzestan à plus de 500 km au sud de Téhéran, ont fait grève le 9 mai. Depuis, plus de 14 ouvriers de l’usine ont été arrêtés. Quatre ont été relâchés sous caution, ramenant le nombre de grévistes arrêtés à dix. Les ouvriers de Haft Tapeh avaient mené une longue grève fin 2018 pour réclamer le paiement d’arriérés de salaires et protester contre des activités criminelles présumées de la part des nouveaux propriétaires de l’usine (voir notre article). Un des meneurs de cette grève, Esmaïl Bakhshi, ainsi qu’une activiste ayant soutenu les grévistes, Sepideh Gholian, sont emprisonnés depuis janvier(voir notre article).

La nouvelle des interpellations à Suse survient après un nombre indéterminé d’arrestations en marge d’une manifestation le 1er mai à Téhéran à l’occasion de la fête du Travail, jour non férié en Iran. Au moins huit activistes ou journalistes ont été arrêtés à cette occasion et sont encore détenus.

La gève fin 2018 à Haft Tapeh

La gève fin 2018 à Haft Tapeh