Une centaine de manifestants se sont rassemblés cet après-midi devant l’ambassade de Grèce à Bruxelles en solidarité avec le quartier rebelle d’Exarcheia à Athènes, qui a fait l’objet de plusieurs raids policiers ces dernières semaines (voir cet article et cet autre). Parmi les manifestants une grosse délégations d’antifascistes de Liège.

 

 

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Suite à l’escalade répressive contre le quartier rebelle d’Exarchia à Athènes, un rassemblement solidaire aura lieu ce mercredi 4 septembre à 18h, devant l’Ambassade de Grèce à Bruxelles, 10 Rue des Petits Carmes (Métro Porte de Namur). Les opérations de répression promises par le nouveau gouvernement grec ont commencé dès le 26 août avec l’arrestation de 150 personnes dont de nombreux migrants. Le 29 août la police anti-émeute attaquait le célèbre centre social K*VOX, un membre du collectif anarchiste Rouvikonas était blessé à la tête et quatre personnes étaient arrêtées. Ce 31 août, plusieurs manifestants solidaires s’étaient déjà rassemblé avec une banderolle, devant la même ambassade (cf photo).

Rassemblement solidaire

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Lundi 26 août, plus de 150 personnes étaient arrêtées à Exarchia, des migrants pour la plupart (voir notre article). Avant-hier 29 août, les MAT (policiers anti-émeute) ont attaqué le Centre Social Occupé K*Vox. alors que la soirée était conviviale et musicale, tant sur la place Exarcheia avec un concert gratuit que dans des centres sociaux autogérés comme le K*Vox. Les MAT ont chargé à coup de gaz lacrymogènes, de grenades et ont matraqué de nombreuses personnes sur la place et jusqu’au K*Vox. Dans ce lieu bien connu, les policiers ont fait de nombreux dégâts, frappé des personnes, cassé des chaises et des vitres, et surtout, ils ont jeté une grenade lacrymogène dans ce lieu clos. Plusieurs blessé.es sont à déplorer, dont un camarade de Rouvikonas matraqué violemment par les MAT. Il a été emmené d’urgence à l’hôpital. Il y a eu au moins 4 arrestations, sans doute plus. Depuis quelques temps, les policiers sont en nombre dans le quartier, mais ce lundi, toutes les proportions ont été dépassées. MAT, Anti-terrorisme, services secrets, drones, hélicoptère, voltigeurs. En réaction, 3000 personnes ont manifesté place Exarcheia ! Le cortège a repoussé la police et a réussi à tourner dans tout le quartier.

Rendez-vous mercredi 4 septembre pour un rassemblement à Bruxelles devant l’ambassade de Grèce !

La tête de la manifestation de ce samedi

 

Dossier(s): Grèce Non classé Tags:

Plusieurs dizaines de policiers ont fait une descente ce lundi à l’aube dans Exarchia et évacué quatre squats occupés depuis longtemps, principalement par des réfugiés et des migrants. Il s’agit des squats des rues Harilaou Trikoupi et Kallidromiou. Le nouveau gouvernement conservateur a promis de “remettre de l’ordre” à Exarchia, et d’y faire pénétrer la police régulièrement. Le nouveau maire d’Athènes, qui a prêté serment dimanche, s’est également engagé à faire de la sécurité son objectif principal, accusant le précédent gouvernement de “tolérance” face aux anarchistes. La police a annoncé qu’elle ciblera prochainement les squats anarchistes du quartier. Un total de 23 bâtiments sont actuellement occupés à Exarchia. Douze d’entre eux sont utilisés pour accueillir les migrants. Les activités de la police ont rencontré peu de résistance jusqu’à présent, mais un rassemblement de protestation a été organisé le 14 septembre devant le bâtiment historique de l’université d’Athènes, rue Panepistimiou, en signe de solidarité avec les squatters.

L'opération policière à Exarchia

Dossier(s): Grèce Tags: ,

Jeudi 8 août, le Parlement grec a voté une loi baptisée “loi omnibus” du nouveau gouvernement de Kiriakos Mistotakis. Cette loi comprend diverses mesures dans les domaines économiques, sociaux, pénaux et répressifs. Parmi les mesures répressives, on compte la levée de l’asile universitaire. Désormais la police pourra intervenir dans l’enceinte des universités sans l’autorisation du recteur. Cela remet en cause l’un des principaux acquis issus de la révolte contre la dictature des colonels qui avait notamment vu l’occupation de Université polytechnique nationale d’Athènes à Exarcheia par des étudiants en 1973. La loi omnibus prévoit également l’embauche de 1 500 policiers. Révolte de l'Université polytechnique nationale d'Athènes en 1973

AlexisDes manifestants ont affronté la police mercredi soir dans le quartier d’Exarchia suite à la libération d’un policier qui avait abattu le 6 décembre 2008 Alexis Grigoropoulos, âgé de 15 ans. Ils ont lancé des cocktails Molotov, des pierres, des tables et des chaises de bars situés à proximité sur une escouade anti-émeute postée devant le bureau du parti PASOK à Harilaou Trikoupi. Deux personnes ont été arrêtées pour l’incident. Les affrontement ont eu lieu quelques heures après qu’un rassemblement se soit tenu quelques rues plus loin, à l’endroit où Alexis Grigoropoulos avait été abattu. Une cour d’appel du centre de la Grèce avait réduit la peine à perpétuité à 13 ans, et le policier a été libéré après avoir purgé un tiers de cette peine.

Dossier(s): Archives Grèce Tags: ,

Aujourd’hui une manifestation avait lieu devant la court de justice de Komotini (la capitale de la Macédoine-Orientale-et-Thrace) pour réclamer la libération de deux prisonniers de ATIK. Les deux prisonniers sont Abdullah Gürlek et Vedat Yeler. Ils assument publiquement leur identité politique et sont enfermés dans la prison de Gumulcine depuis le 13 février.

Manifestation pour la libération de deux prisonniers de ATIK en Grèce

Manifestation pour la libération de deux prisonniers de ATIK en Grèce

Nikos Romanos, un prisonnier anarchiste, avaient été arrêté en février 2013 et accusé, avec cinq autres militants, d’un double hold-up à la Banque Agricole (Agrotiki) et au Bureau de Poste (ELTA) à Velventos, Kozani. En 2014, Nikos Romanos sera condamné à 15 ans et 10 mois de prison (voir notre article). Il a été libéré ce mercredi 10 juillet après 6 ans de prison. Nikos Romanos était un ami proche d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, tué par un policier en 2008 (voir notre article).

Nikos Romanos (archives)

Nikos Romanos (archives)

Le tribunal d’Athènes a rendu sa décision sur le dossier de la tentative d’évasion de prisonniers révolutionnaires la prison de Korydallos, dont Nikos Maziotis, au moyen d’un hélicoptère détourné par Pola Roupa (voir notre article). Le tribunal, qui avait commencé ses audiences en février (voir notre article) se prononçait aussi sur l’expropriation de deux banques à cette période au profit de “Lutte Révolutionnaire” et sur la possession d’armes à feu et d’explosifs.

Pola Roupa a été reconnue coupable de toutes les accusations, et condamnée à 65 ans avec absorption de peine pour 25 ans.
Nikos Maziotis a été condamné à 37 ans avec absorption de 24 ans.
Konstantina Athanasopoulou a été condamné à 60 ans, avec absorption de 35,5 ans pour les accusations de participation à “Lutte révolutionnaire”, expropriation d’une banque et de possession d’armes à feu et d’explosifs.
Un quatrième accusé, qui n’était pas un accusé politique, a été condamné à 58 ans, avec absorption de 34,5 ans pour participation à “Lutte révolutionnaire” et expropriation d’une banque.
Les 4 prisonniers des CCF ont été acquittés.

Ce matin devant la prison de Koridallos

Ce matin devant la prison de Koridallos

Il y a quelques jours, le prisonnier anarchiste Giannis Michailidis (parfois appelé Yannis et surnommé Mihailidis) s’est échappé de la prison rurale de Tyrintha dans le Péloponnèse.

Arrêté en 2013, Giannis Mihailidis purgeait une peine de 16 ans et 4 mois suite au double cambriolage de la Banque agricole et de la poste à Velventos (dans la région de Kozani) avec trois autres militants anarchistes (Nikos Romanos, Dimitris Politis et Andreas-Dimitris Bourzoukos). En outre, en 2015, il a été condamné à 15 ans de prison, accusé d’avoir participé à un affrontement armé contre des policiers à Pefki. Deux policiers ainsi qu’un anarchiste, Theofilos Mavropoulos, avaient été blessés à l’occasion d’une tentative de contrôle par la police. Les deux autres militant·e·s s’étaient échappés en volant un véhicule de police et en capturant un policier.

Giannis Mihailidis est également connu comme “l’archer de Syntagma” puisqu’en février 2011, il a été arrêté pour avoir tiré à l’arc sur la police anti-émeute qui protégeait le parlement grec. Enfin en 2015, il avait participé à une grève de la faim aux cotés d’autres prisonniers anarchistes (voir notre article)

L'archer de la place Syntagma

L’archer de la place Syntagma