Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

De nombreux jeunes manifestants anti-impérialistes et anti-colonialistes ont protestés contre la visite du président Macron. Le convoi de la délégation qui accompagne Emmanuel Macron au Burkina Faso a été la cible de jets de pierre. Devant l’université de Ouagadougou, où un discours présidentiel est prévu devant un public choisi, des étudiants ont érigé des barricades en scandant des slogans contre l’impérialisme et le néocolonialisme. Sur place, des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces l’ordre. Dans la nuit du 27 au 28 novembre, peu de temps après l’arrivée d’Emmanuel Macron à Ouagadougou, une grenade avait été lancée contre des militaires français. Le président a atterri deux heures après l’attaque qui a fait trois blessés dont un grave.

Barricade en feu sur un axe menant à l’université Ouaga1 où devait parler Macron

Barricade en feu sur un axe menant à l'université Ouaga1 où devait parler Macron

Alors que le président Blaise Compaoré projette de modifier la constitution du pays pour se donner le droit à un nouveau mandat présidentiel, des milliers de manifestants ont affrontés la police dans les grandes villes du pays, forçant le parlement a suspendre le projet de révision. A Ouagadougou, des milliers de manifestants ont envahi l’Assemblée Nationale, détruisant le mobilier, brûlant les archives et pillant le matériel avant de mettre le feu au bâtiment. Au moins trois manifestants ont perdu la vie prés du palais de François Compaoré (le frère de Blaise). La police qui protégeait les bâtiments du pouvoir a commencé par utiliser gaz lacryogènes, riot-guns et auto-pompes à peinture, avant de tenter de tirer à balles réelles et de finalement prendre la fuite. D’autres institutions burkinabé et françaises ont été attaquées, Radio France International a notamment cessé d’émettre. De violents combats se poursuivent à l’heure actuelle devant le Palais Présidentiel où s’est retranché le chef d’état.

Les manifestants incendient le parlement à Ouagadougou

Les manifestants incendient le parlement à Ouagadougou

Des heurts ont opposé les étudiants des cités universitaires de la ville de Ouagadougou aux forces de l’ordre, dans la soirée du 1er août. Plusieurs véhicules de l’administration publique ont été incendiés et des scènes de guérilla urbaine se sont déroulées dans plusieurs quartiers de la capitale du Burkina Faso. C’est une décision du Centre national des œuvres universitaires de fermer les cités et restaurants à compter du 1er août qui est à l’origine de ces manifestations.

Burkina Faso: Affrontements entre étudiants et policiers