Le collectif des guinéens contre la répression a organisé une manifestation vendredi devant le palais de justice de Bruxelles pour dénoncer l’impunité des auteurs des différents massacres commis en Guinée depuis 2006, le rapatriement forcé des guinéens, les centres fermés, et toutes les formes de discriminations. En guise de rappel, le massacre au stade de Conakry, le 28 septembre 2009 avait fait plus de 157 morts, plus de 120 femmes violées devant des milliers de personnes, des centaines de disparus et des milliers de blessés. Depuis cette date, ceux qui ont commis ce crime occupe toutes les hautes fonctions de la Guinée. Les guinéens ont saisi la justice belge en avril et attendent la décision du procureur quant à la recevabilité du dossier.

Bruxelles/Guinée: Manifestation anti-répression

Dans un article du 2 août nous parlions d’une émeute dans la ville minière de N’Zérékoré. Les affrontements ont repris, les habitants reprochant à la compagnie brésilienne Vale de ne pas tenir ses proöesses en matière d’embauche. Les manifestants ont lourdement endommagées les installations minières mercredi dernier.

Un contingent des forces de l’ordre a débarqué de nuit dans la localité et a procédé à des arrestations. La population a voulu se défendre et les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles dans l’obscurité. Ces tirs ont fait cinq morts dont le chef du village et des dizaines de blessés, certains ayant pris la fuite pour se réfugier dans la forêt. Au camp militaire de N’zérékoré, d’autres interpellés sont détenus dans des conditions terribles.

Forces répressives à N’Zérékoré

Forces répressives à N’Zérékoré

Des émeutes ont éclaté durant une bonne partie de la journée d’hier à Zogota, une localité relevant de N’Zérékoré, ville de la région forestière située à plus de mille kilomètres au Sud-Est de Conakry. En effet, les populations locales furieuses du non-recrutement de leurs enfants par la société minière brésilienne Vale, ont saccagé les installations et fait fuir les expatriés. Il n’y a pas eu de blessés mais les dégâts seraient considérables.