Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La nuit du mardi 24 avril, les habitants de Marivan dans la province du Kurdistan ont affronté les forces de répression (Pasdarans). L’affrontement a eu lieu lorsqu’un colonel des Pasdaran, Kaveh Kohneh-Poushi, a tué un habitant du village de Marivan avec un autre pasdaran. Les habitants ont brûlé les maisons des deux criminels. L’unité antiémeute a commencé à attaquer et à frapper. Les affrontements, qui ont duré pendant des heures. Le colonel Kaveh Kohneh-Poushi est un criminel avec un passé tristement célèbre au sein de l’appareil répressif de Marivan.

L’incendie d’une des maisons de pasdaran à Marivan

L'incendie d'une des maisons de pasdaran à Marivan

Des étudiants de l’université Amir Kabir de Téhéran avaient organisé, dimanche 11 mars, un rassemblement de protestation contre les longues peines de prison infligées à leurs condisciples arrêtés lors des manifestations de ces trois derniers mois. Des miliciens de l’organisation paramilitaire bassidj ont attaqué ce rassemblement, se heurtant à la résistance des étudiants.

Environ 50 étudiants ont été arrêtés à l’extérieur des campus ou à leur domicile à la suite des manifestations de décembre-janvier. Parmi les personnes arrêtées, la militante étudiante Leila Hosseinzadeh, qui a été condamnée à six ans de prison et a été interdite de voyager à l’étranger.

Le rassemblement à l’université de Téhéran

Le rassemblement à l'université de Téhéran

Les ouvriers de la sucrerie Haft-Tapeh (province du Khousistan, dans le sud de l’Iran) ont entamé une grève samedi matin pour protester contre le non-paiement de leur salaire et le retour des gestionnaires corrompus à leurs anciens postes. Ali Naghdi, un ouvrier démuni de cette usine s’était donné la mort le 27 février pour protester contre le régime et la condition faite aux ouvriers.

Confronté au le mépris de la direction quant à leurs revendications, les ouvriers ont séquestré les principaux actionnaires de l’entreprise. Ceux-ci ont finalement annoncé qu’ils paieraient seulement deux millions sur 50 millions de tomans de leur dette envers les travailleurs et le reste sera payé en novembre 2018. Cette réponse a rencontré le refus catégorique des grévistes. Les dirigeants ont alors déchiré l’ordonnance d’allocation de 25 kilos de sucre pour les ouvriers, provoquant la colère des salariés qui brisèrent les fenêtres du bureau de la direction. Le geste a été suivi par l’intervention des forces répressives.

Manifestation des grévistes de Haft-Tapeh

Manifestation des grévistes de Haft-Tapeh

L’Organisation des Femmes “8 Mars” (Iran et Afghanistan) organisera ce 8 mars une manifestation contre le port obligatoire du voile islamique en Iran, à l’occasion de la journée internationale des luttes des femmes. Le rassemblement aura lieu de 15h à 16h en face de l’ambassade d’Iran, Avenue Franflin Roosevelt 15 à Ixelles. L’événement Facebook est ici.

Soutenir les luttes des femmes iraniennes contre le voile obligatoire

Soutenir les luttes des femmes iraniennes contre le voile obligatoire

La police iranienne a arrêté 29 femmes (chiffre officiel) à Téhéran pour avoir enlevé leur voile en public pour protester contre son port obligatoire depuis la révolution islamique de 1979. Ces derniers jours, les réseaux sociaux ont publié des photos apparemment prises à Téhéran mais aussi dans d’autres villes de femmes tête nue dans la rue, leur voile pendu au bout d’une perche en signe de défi. Ces actions de contestation contre le port obligatoire du voile ont suivi l’exemple d’une Iranienne arrêtée fin décembre après être montée tête nue sur une armoire électrique dans une artère animée de Téhéran en arborant son voile au bout d’une perche. La jeune femme a été emprisonnées un mois. La justice avait fixé à près de 90.000 euros la caution pour la libération d’une autre contestatrice arrêtée cette semaine.

La pionnière du mouvement

La pionnière du mouvement

Le militant kurde Saroo Ghahremani, arrêté durant les manifestations insurrectionnelles en Iran, a été tué en détention à la suite des tortures qui lui ont été infligées pendant 11 jours par les forces de sécurité du régime iranien. Il avait été arrêté à Sanandaj (Sine en kurde). Après le décès, les gardes iraniens ont menacé la famille afin d’empêcher la divulgation de la torture et de la mort du jeune homme. Il a été enterré ce samedi sous haute sécurité, seuls ses parents ont pu assister aux funérailles.

Saroo Ghahremani

Saroo Ghahremani

L’ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi a quitté d’urgence jeudi matin l’hôpital de Hanovre où il séjournait depuis le mois dernier pour une tumeur au cerveau, escorté par des forces de sécurité allemandes. Il s’est envolé quelques heures plus tard vers Téhéran depuis l’aéroport de Hambourg, bénéficiant d’un accès séparé à l’avion où une demi-douzaine de places avaient été réservées en classe affaires. Les protestations spontanées d’exilés iraniens sur place n’ont pas empêché ce départ.

Ce proche du guide suprême de la révolution Ali Khamenei a été à la tête durant vingt ans de la justice iranienne. 2000 personnes dont des enfants ont été exécutés lorsqu’il était aux responsabilités. La torture était couramment utilisée. Le dépôt de plusieurs plaintes en Allemagne pour crimes contre l’humanité a conduit le parquet fédéral à se saisir du dossier. Une demande de mandat d’arrêt aurait pu empêcher le débat de l’ayatollah Shahroudi d’Allemagne, mais la justice devait encore examiner les plaintes déposées.

Mahmoud Hashemi Shahroudi

Mahmoud Hashemi Shahroudi

Une manifestation aura lieu ce jeudi 11 janvier au Rond-point Robert Schuman à Bruxelles pour protester contre la visite de Javad Zarif, ministre iranien des affaires étrangères.

Javad Zarif est invité à discuter avec des représentants français, allemand et britannique sur la préservation de l’accord sur le nucléaire alors que les manifestations et protestations de ces deux dernières semaines ont mené à l’arrestation d’au moins 3700 personnes, et plus de 25 tués. On apprend à présent la mort de détenus tués sous la torture dans les prisons iraniennes. Plus d’information sur la page facebook
Rendez-vous ce jeudi 11 janvier 2018 de 12h à14h au Rond-point Robert Schuman, 1000 Bruxelles

Manifestation contre la visite du ministre iranien des affaires étrangères

Manifestation contre la visite du ministre iranien des affaires étrangères

Quelque 3700 personnes ont été arrêtées lors des journées de manifestation et d’agitation en Iran dans les deux dernières semaines, selon un législateur iranien. Les manifestations, provoquées en réaction au taux de chômage élevé et à la corruption gouvernementale, ont été les plus importantes observées en Iran depuis l’élection controversée de 2009. Au moins 21 personnes ont perdu la vie dans les agitations ayant entouré les manifestations. Un jeune homme est mort dans la prison d’Evine à Téhéran. Il aurait été un des protestataires arrêtés dans les manifestations.

Manifestation en Iran

Manifestation en Iran

Plus de 150 manifestants se sont rassemblés de 12H30 à 14H00 sur le trottoir faisant face à l’ambassade d’Iran, avenue Franklin Roosevelt, à Bruxelles, à l’appel de la section de Belgique de l’organisation “8 Mars” des femmes d’Iran et d’Afghanistan et le Belgian Youth Committee (de l’exil politique iranien). Il y a eu plusieurs prises de parole, dont notre Secours Rouge.

Le rassemblement a connu un moment d’animation lorsque trois jeunes manifestants qui s’étaient subrepticement approché de l’enceinte de l’ambassade, ont rapidement escaladé la grille, descendu et emporté le drapeau de la république islamique. Une course poursuite et une très légère empoignade a eu lieu avec la police qui a récupéré le drapeau mais n’a procédé à aucune interpellation.

Au rassemblement cet après-midi

Une soirée de solidarité et d’information (en farsi et en anglais, avec traduction en français et un projection de vidéos) aura lieu au Sacco-Vanzetti demain samedi 6 janvier à partir de 19H00.

Au rassemblement cet après-midi