Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Des policiers ont chargé hier jeudi en matinée les infirmières qui marchaient vers la résidence du premier ministre à Karachi. La police a aussi utilisé des canons à eau pour disperser les infirmières grévistes qui tiennent un sit-in depuis 15 jours pour augmenter leurs indemnités. Les infirmières en grève boycottent les services d’urgence, les soins intensifs et les salles d’opération, obligeant les médecins à prendre en charge une partie de leur travail.

Manifestation des infirmières grévistes à Karachi

Manifestation des infirmières grévistes à Karachi

Rawal Asad est un étudiant de premier cycle et un activiste marxiste qui s’était joint, le 5 février, à une manifestation organisée dans la ville de Multan par le Mouvement Pachtoun Tahafuz. Cette manifestation dénonçait l’assassinat du dirigeant du Mouvement, Arman Luni, un professeur d’université qui avait été torturé à mort quelques jours auparavant par un officier supérieur de la police. L’affaire de ce meurtre n’a toujours pas été traitée par la justice, mais les manifestants, y compris Rawal Asad, sont accusés de “sédition”.

Rawal est impliqué dans les luttes étudiantes et dans le mouvement syndical. Il a récemment participé activement aux manifestations contre la privatisation des hôpitaux publics et a pris part aux luttes des travailleurs pour des salaires impayés. Rawal Asad a été arrêté dans la nuit du 11 février avec son frère Anas. Il a été présenté au tribunal le 13 février. Un grand nombre d’étudiants, d’avocats et de journalistes étaient présents devant le tribunal pour contester les accusations de la police. Son procès doit avoir lieu ce 15 février

Rawal Asad

Rawal Asad

Junaid Awan, le secrétaire général de la division des syndicats de Karachi, ainsi que des collègues du syndicat ont été arrêtés le 24 octobre à Karachi, plus de deux semaines après l’organisation par le syndicat d’une réunion des travailleurs. Junaid Awan a été présenté au tribunal antiterroriste de Hyderabad le 25 octobre, qui l’a placé en détention provisoire sur base de l’article 7 de la loi anti-terroriste (ATA – Anti-Terrorist Act) et accusé d’avoir prononcé des discours contre le ministre des Chemins de fer et d’autres personnes. Le 26 octobre, le juge de la Cour Anti-terroriste a supprimé le volet ATA de la plainte et a passé une ordonnance, ordonnant à la police d’obtenir la détention provisoire d’Awan de la cour de justice ordinaire.

L’article 7 de la l’ATA prévoit les peines prévues pour des actes de terrorisme qui sont la condamnation à mort ou à la réclusion criminelle à perpétuité. La loi antiterroriste du Pakistan, qui inclut dans la définition le terrorisme comme «créant un sentiment de peur ou d’insécurité dans la société» a déjà été critiquée comme laissant la porte ouverte à tous les abus. Les autorités pakistanaises ont déjà utilisé des lois antiterroristes pour cibler des grévistes (voir notre article) et des journalistes.

Grève des travailleurs des chemins de fer pakistanais (archive)

Grève des travailleurs des chemins de fer pakistanais (archive)

Le 24 juillet, quatre conducteurs de train participant à une grève ont été arrêtés à Rawalpindi, au Pakistan et accusés de “terrorisme”. Les 4 conducteurs ont été présentés devant la Cour antiterroriste et en vertu, en autre, de l’article 7 de la Loi antiterroriste, ils ont été condamnés, lors de cette première audience, à 14 jours de détention préventive. Les conducteurs sont accusés d’avoir incité les autres conducteurs à rejoindre la grève et auraient téléphoné aux conducteurs d’autres gares pour arrêter le travail entraînant des perturbation du trafic ferroviaire.

Plus de 270 conducteurs ont suivit la grève demandant une augmentation de salaire, le paiement des heures supplémentaires et la réintégration des conducteurs licenciés par les autorités.

Grève des travailleurs des chemins de fer pakistanais (archive)

Lundi, le principal syndicat de la compagnie aérienne gouvernementale Pakistan International Airlines (PIA) avait annoncé qu’il bloquerait tous les vols de la compagnie après des semaines de mobilisation contre le projet gouvernemental de privatisation (d’ici juillet) de la compagnie. Mais le gouvernement a mobilisé d’importants contingents de policiers et de Rangers, une unité d’élite du ministère de l’Intérieur, en plus des forces de sécurité habituellement déployées à l’aéroport, afin d’empêcher les grévistes de paralyser le trafic de PIA.

Mardi deux travailleurs ont été tués par balle et plusieurs autres blessés lors de heurts à l’aéroport de Karachi entre la police et des manifestants. La police a employé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser des salariés de PIA qui avaient bloqué l’entrée principale de l’aéroport international Jinnah, desservant la plus grande ville du pays. Un manifestant a été tué par balles, a indiqué un porte-parole de l’hôpital privé Agha Khan de Karachi, où il avait été transporté. Le chef du service des urgences du principal hôpital de la ville, le Jinnah Post Graduate Medical Centre, a indiqué avoir reçu dix blessés, dont quatre par balles, l’un de ceux-ci a succombé.

Affrontements à l’aéroport de Karachi

Affrontements à l'aéroport de Karachi

Un grand nombre de personnes en provenance de plusieurs villages situés autour de la ville de Khurrianwala (province de Punjab) se sont rassemblées ce mardi pour crier leur colère contre les coupures d’électricité qui leur sont imposées. Elles ont attaqué un poste de distribution et des bureaux de la compagnie Faisalabad Electric Supply Company (Fesco). Elles ont bloqué la circulation sur la route reliant Sheikhupura et Faisalabad durant dix heures, jetant des pierres sur la police et ses véhicules pour empêcher son intervention. Les manifestants ont incendié le bureau régional de la société à Bundala. La police, en sous nombre à ce moment, n’est pas intervenue. Ils ont également tenté de pénétrer dans le poste de distribution, mais en ont été empêchés. Un moulin où les forces de sécurité avaient été déployées a aussi été pris pour cible. La police a alors utilisé des bâtons et du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui ont refusé de bouger tant que l’électricité ne serait pas rétablie. Elle est ensuite entrée en chasse, poursuivant les manifestants jusque dans les maisons, escaladant les murs et fracturant les portes pour y frapper quiconque s’y trouvait. Il a été rapporté que des policiers ont maltraité et trainé des femmes s’opposant à leur comportement. Un certain nombre de femmes et d’enfant qui n’avaient pas pris part à la manifestation ont également été maltraités. Plus de dix personnes ont été arrêtées à l’intérieur des maisons. Il y a deux jours, les autorités avaient annoncé que le problème allait être résolu, mais la population attend toujours.

Manifestation contre les coupures d’électricité au Pakistan

Manifestation contre les coupures d'électricité au Pakistan