Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Depuis la mi-février, une foule d’étudiants campe dans un sit-in pacifique devant l’université de Sanaa. Ils demandent la démission de l’actuel président, ainsi que plus de perspectives d’emploi, la fin de la corruption et une distribution plus équitable de la richesse. Hier, un grand nombre de manifestants, parmi lesquels énormément de femmes qui souhaitaient marquer la Journée Internationale de la Femme, ont tenté de rejoindre le camp des étudiants en solidarité. Mais les forces de sécurité les en ont violemment empêchés, en tirant des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène. Au moins vingt personnes ont reçu des décharges de pistolets hypodermiques et plus de 85 personnes ont subi les effets néfastes subi des troubles suite à l’inhalation des gaz lacrymogènes.

Le tribunal de première instance de Fès a prononcé, mardi, des peines allant de 3 à 4 ans de prison ferme, assorties d’une amende, à l’encontre de cinq manifestants. Ils ont été condamnés suite aux incidents de la manifestation du 20 février dernier. Par ailleurs, le tribunal de première instance a reporté à une date ultérieure l’affaire de trois manifestants mineurs. Les manifestants ont été poursuivis, entre autres, pour “participation à une manifestation non-autorisée”, “vol qualifié”, “destruction de biens publics et privés” et “atteinte à l’ordre public”.

La chambre criminelle près la cour d’appel de Tétouan a refusé, jeudi, la liberté provisoire aux dix neuf personnes, poursuivies pour les incidents consécutifs aux manifestations de Tétouan et Chefchaouen le 20 février dernier. Le procès est reporté au 10 mars. Les manifestants sont poursuivis notamment pour désobéissance civile, coups et blessures, outrage à la police judiciaire et constitution d’une bande de criminels. La Cour d’Appel de Marrakech a décidé jeudi de reporter au 10 mars l’examen de l’affaire de 39 manifestants. Les mis en cause sont poursuivis notamment pour “vol qualifié”, “destruction de biens publics” et “atteinte à l’ordre public”. Dans le cadre de ce procès, qui avait déjà été reporté au 3 mars, dix mineurs bénéficient de la liberté provisoire

Plusieurs organisations avaient lancé un appel à la manifestation hier à Téhéran pour exiger la libération de deux leaders de l’opposition. Tout rassemblement avait été interdit par les autorités qui avaient massivement déployé les forces de l’ordre à travers la capitale. Celles-ci ont tenté toute la journée d’empêcher toute formation de groupes et ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les attroupements. A la tombée de la nuit, les manifestants ont profité de l’obscurité pour échapper à la police et se retrouver pour scander des slogans exigeant la démission du gouvernement et la libération des prisonniers. Les affrontements de l’après-midi ont entraîné l’arrestation d’au moins cinq personnes.

Depuis samedi, les manifestations pour exiger des réformes politiques se multiplient en Oman, plus particulièrement dans la ville industrielle de Sohar, où l’armée a été déployée. Dimanche, les forces de l’ordre ont tiré des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc, tuant deux manifestants lorsqu’un groupes de 250 chômeurs a tenté de prendre un poste de police. Cinq personnes ont également été blessées. Tous se sont repliés sur le Rond-Point de la Réforme, où ils campent depuis trois jours. Les manifestants ont dressé des barricades sur les routes, et sont jusqu’à présent parvenus à résister aux tentatives policières de les déloger. A Salalah, au sud du pays, plusieurs centaines de personnes campent également devant le bureau du gouverneur provincial depuis vendredi.

Plus de 100.000 personnes ont réclamé le départ du gouvernement de transition dirigé par Mohammed Ghannouchi au cours de la plus grande manifestation à Tunis depuis la chute de Ben Ali le 14 janvier. Vingt-et-un policiers ont été blessés et au moins trois commissariats incendiés ou saccagés lors des heurts vendredi avec des manifestants qui ont attaqué le ministère de l’Intérieur en plein centre de Tunis. Deux grands magasins et plusieurs voitures ont été endommagées. Mohamed Ghannouchi, dont les manifestants réclamaient le départ, a annoncé ce dimanche sa démission.

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche l’arrêt du festival international de musique Mer et Désert à Dakhla, au Sahara occupé, après que des troubles aient fait la veille un mort, plus de 15 blessés et causé des dégâts matériels. Les incidents ont commencé lorsque quelques centaines de monarchistes marocains se sont livré à un pogrom dans le quartier d’Oum Tounsi, habité par les Sahraouis. Les Saharaouis ont réagi, ce qui a provoqué des batailles rangées, et ont attaqué des véhicules et bâtiments officiels pour protester contre la complicité des autorités marocaines.

Des milliers de personnes s’étaient rassemblées ce vendredi dans différents quartier de Tripoli. Partout, elles ont été accueillies par des tirs nourris des forces de sécurité, et il semblerait qu’au moins cinq personnes aient été tuées ce matin. A Benghazi, dans l’est du pays, un millier de manifestants s’étaient retrouvés devant le tribunal local devenu le quartier général du soulèvement. En prenant la ville d’assaut, les forces de sécurité ont tués 23 personnes et 44 autres ont été blessées. Hier, c’est à Zaouiyah, à cinquante kilomètres à l’ouest de Tripoli que les principaux affrontements ont eu lieu. Circulant dans des jeeps équipées de lance-roquettes, les militaires étaient déployés autour de la ville. Plusieurs centaines de manifestants avaient disposé des portes hérissées de clous faisant office de herses pour entraver la circulation dans les rues. Les forces de sécurité leur ont tiré dessus à l’arme lourde, faisant au moins dix morts et une dizaine de blessés. Par ailleurs, la ville de Musratha, à 150 kilomètres à l’est de Tripoli a été totalement désertée par les militaires et les fidèles du gouvernement. Si cela se confirme, cela signifierait que le soulèvement populaire actif dans le pays se rapproche de la capitale. Selon certaines sources qui dénoncent les lumières de masse, les arrestations arbitraires, les détentions et les tortures de manifestants, des milliers de personnes ont déjà été tuées ou blessées.

Les régimes arabes oscillent entre la répression sans frein (Lybie) et la tentative de calmer les mouvements populaires par des changements d’équipe gouvernementale, des concessions démocratiques, et des libération de prisonniers politiques.

Plusieurs milliers de manifestants ont marché vers la place de la Perle à Manama, capitale de Bahreïn, après la libération mercredi d’une centaine de prisonniers politiques. Au moins 300 prisonniers politiques resteraient en détention.

Les autorité égyptiennes avaient annoncé la libération à bref délai de 222 prisonniers, mais sans avancer de date. 108 libérations ont déjà eu lieu. Le Premier ministre reconnait 487 détenus politiques encore dans les prisons du pays, mais les groupes de défense des droits de l’homme affirment que des milliers d’Egyptiens ont été emprisonnés sans être inculpés aux termes des lois d’exception et que beaucoup d’entre eux peuvent être considérés comme des prisonniers politiques.

L’amnistie générale pour les prisonniers politiques est entrée en vigueur samedi en Tunisie. Elle bénéficie à tous ceux qui ont été emprisonnés ou qui ont été poursuivis pour des crimes suite à leurs activités politiques. Mercredi la libération conditionnelle avait déjà été accordée à 3.000 prisonniers.

Loin de se calmer, les heurts se sont poursuivis dans plusieurs pays arabes, les régime autocratiques hésitant entre une sévère répression, qui a déjà fait plusieurs dizaines de morts dans l’ensemble des pays, et un début de négociations avec les représentants de l’opposition “officielle”.
Ce samedi après midi, la tension était très vive à Alger, théâtre d’une nouvelle manifestation de l’opposition. Des policiers algériens ont dispersé samedi après-midi dans le centre d’Alger un demi-millier de manifestants. A Manama, capitale du Bahrein, la police vient de relever l’armée après sa sanglante intervention du milieu de la semaine. dont le bilan s’élève à au moins 4 morts et plusieurs centaines de blesses.
En Lybie, la répression aurait fait 35 morts vendredi à Benghazi, selon des sources venant des hôpitaux et des témoins, ce qui porte à 84 selon son décompte le nombre de personnes tuées ces trois deniers jours dans le pays. Au Yemen, où l’armée a tiré sur le foule, sept personnes ont été tuées dans le pays depuis le début des manifestations.

Manifestation au Yemen

Manifestation au Yemen

Dans la nuit de samedi à dimanche, des violents affrontements ont éclaté entre de jeunes manifestants et les forces de l’ordre à Tadmaït, petite ville située à 80 kilomètres d’Alger. Après avoir longtemps scandé des slogans anti-gouvernementaux, les jeunes ont attaqué le commissariat de police à coups de jets de pierres et de cocktails Molotov. Ils ont également bloqué le boulevard du centre-ville. Les policiers ont réagi pour disperser le rassemblement en faisant usage de gaz lacrymogène. Il semblerait qu’au moins trois jeunes aient été blessés.

Dimanche, des heurts ont également eu lieu à Annaba, dans l’est du pays, entre des policiers et de jeunes chômeurs qui manifestaient pour dénoncer les lenteurs de l’administration. Quatre policiers auraient été blessés.

Par ailleurs, malgré l’interdiction de manifester déclarée par les autorités, un appel au rassemblement à été lancé à Alger. Tous les samedis, une marche contre le régime ira de la place du 1er Mai jusqu’à la place des Martyrs. A noter que samedi, les autorités avaient déployé 30.000 policiers dans la capitale, ce qui n’a pas empêché quelques 3000 personnes de bloquer le centre-ville durant un long moment.