Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Quelques 2000 personnes se sont retrouvées hier matin à Alger pour dénoncer le régime en place, et ce malgré l’interdiction de cette marche par le gouvernement. Depuis très tôt le matin, un dispositif policier de grande ampleur était déployé dans la capitale et dans ses environs. Des barrages routiers empêchaient l’accès en ville, et sur le parcours de la marche étaient disposés des véhicules blindés, des chasses-neige transformés pour dégager les barricades et des canons à eau. Les échauffourées entre les forces de l’ordre et les manifestants ont commencé bien avant 11h, heure de départ de la manifestation. La foule est parvenue à forcer brièvement le dispositif policier, avant de se retrouver bloquée à nouveau. Des témoins sur place ont affirmé que de nombreux manifestants avaient été interpellés et que la police avait eu recours à des tirs de sommation. A Oran, où une manifestation a aussi été interdite par les autorités, une dizaine d’interpellations ont également eut lieu.

Ce mardi, la police a tiré à balles réelles dans une foule de manifestants à El Khargo, à 400 kilomètres du Caire. Comme partout ailleurs dans le pays depuis plus de trois semaines, la population s’était rassemblée pour dénoncer le régime de l’actuel gouvernement égyptien. De violents affrontements se sont déclenchés entre les forces de l’ordre et les manifestants, et celles-ci n’ont pas hésité à leur tirer dessus. Trois personnes sont mortes et une centaines d’autres ont été blessées. La foule a réagi en mettant le feu à sept bâtiments officiels, dont deux commissariats, un tribunal et le siège local du parti au pouvoir.

Hier, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées devant la préfecture de Kef (nord-ouest du pays) pour réclamer le départ du commissaire Ghazouani. Elles l’accusent ‘d’abus de pouvoir dans l’exercice de ses fonctions’. Le rassemblement s’est transformé en un violent affrontement lorsque Ghazouani a giflé une manifestante. La foule a alors tenté de s’introduire dans le poste de police avant d’y mettre le feu. La police a réagi en tirant des coups de feu. Deux hommes sont décédés sur places et deux autres, gravement blessés, sont morts des suites de leurs blessures dans le courant de la nuit. Une autre personne a également été blessée. Selon une source syndicale, Ghazouani aurait été ‘placé en état d’arrestation’.

Par ailleurs, des centaines de personnes s’étaient également rassemblées devant le poste de police de Sidi Bouzid après la mort de deux hommes qui y étaient détenus suite au soulèvement populaire des dernières semaines.

Hier matin, plusieurs dizaines de personnes s’étaient rassemblées aux abords du ministère de l’intérieur de Tunis afin d’exiger le départ de tous les fonctionnaires issus de l’ancien parti au pouvoir toujours en poste. Le rassemblement a rapidement et violemment été dispersé par les forces anti-émeute à coups de matraque et de gaz lacrymogènes. Des témoins ont vu des policiers pourchasser des jeunes et les frapper sauvagement à l’aide de matraques alors qu’ils étaient déjà au sol. Plusieurs d’entre eux ont été interpellés et traînés sans ménagement dans des fourgons de police. Durant l’après-midi, les unités anti-émeutes sont à nouveau intervenues pour éloigner les quelques dizaines de personnes toujours présentes sur place.

Depuis dimanche, de nombreux manifestants ‘campaient’ devant les bureaux du premier ministre tunisien dans le centre de la capitale, sur la place de la Kasbah. Une vaste opération d’évacuation a été menée ce vendredi par les unités anti-émeutes. Celles-ci, composées de plus de 200 hommes, ont fait mouvement vers la Kasbah en tirant un grand nombre de grenades lacrymogènes. Sur l’esplanade, survolée par un hélicoptère, les policiers ont immédiatement démonté les tentes des manifestants. Cinq d’entre eux ont été blessés par les grenades lacrymogènes et les pierres, jetées par les protestataires et que la police rejetait ensuite vers eux. Un médecin du Samu a déclaré que tous saignaient, et que l’un d’entre eux avait été atteint à la tête par une grenade lacrymogène tirée presque à bout portant.

Dimanche, des milliers de manifestants ont fait le siège du palais de la Kasbah, où travaille le premier ministre. La foule brandissait des portraits des victimes de la répression du soulèvement populaire, exigeant que le nouveau gouvernement, actuellement dominé par les ministres de l’ancien régime, soit modifié. ‘Nous sommes venus pour faire tomber les derniers restes de la dictature’, ‘Ils ont volé nos richesses, ils ne voleront pas notre révolution’ scandaient les manifestants. Depuis hier soir, bravant le couvre-feu, des dizaines d’entre eux ‘campent’ devant le siège du gouvernement tunisien. Ce matin, de violents affrontements ont éclaté avec les policiers anti-émeutes qui tentaient d’exfiltrer des fonctionnaires du bâtiment. Les policiers ont tiré des grenades lacrymogènes pour disperser le groupe, qui lui a jeté des pierres et des bouteilles.

Siège du gouvernement à Tunis

Siège du gouvernement à Tunis

Un vaste appel à la manifestation avait été lancé pour ce samedi à Alger pour réclamer une ‘Algérie démocratique’. Malgré l’interdiction décrétée par la préfecture en cours de semaine, l’appel a été maintenu. Dès vendredi soir, les autorités ont quadrillé la capitale. En milieu de nuit, des dizaines de véhicules blindés étaient en position dans le vieux centre historique et des barrages étaient dressés aux entrées de la ville. Ainsi, dès vendredi soir, trois bus de manifestants arrivant de Kabylie ont été bloqués à l’entrée est de la ville. Ce matin, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées bloquées par des centaines de policiers casqués et équipés de matraques, de boucliers et de gaz lacrymogènes. Lorsque ceux-ci les ont empêché de marcher vers le Parlement, plusieurs personnes ont été blessées et d’autres arrêtées. Des témoins présents sur places parlent de six blessés au moins et de nombreuses arrestations musclées, surtout des jeunes.

Déploiement policier à Alger

Déploiement policier à Alger

A 11 heures ce matin, quelques centaines de manifestants ont été rejoints dans le centre de Tunis par plusieurs milliers de personnes issues de différents cortèges. Devant le ministère de l’Intérieur, ils ont scandé les slogans, ‘Le ministère de l’Intérieur est un ministère de la terreur’, ‘Hommage aux sangs des martyrs’ et ‘Soulèvement continu, non à Ben Ali’, avant que ne se déploient les blindés de l’armée. La police et sa milice ont dispersé les manifestants avec des grenades lacrymogènes. Les unités anti-émeutes ont pourchassé les jeunes dans les escaliers d’immeubles et dans un centre commercial où ils se réfugiaient. Juste avant, la police était intervenue pour empêcher la jonction d’un groupe important de manifestants et l’essentiel du rassemblement devant le ministère. Certains manifestants ont répliqué en lançant des pierres, des chaises et des parasols en direction des forces de l’ordre. De source médicale, treize personnes ont encore été tuées par des tirs policiers hier soir. Dans le reste du pays, les mobilisations et les rassemblements se poursuivent. L’état d’urgence a été déclaré sur tout le territoire, et un couvre-feu a été décrété de 18h à 6h du matin. Le gouvernement a donné à l’armée et à la police l’autorisation de tirer sur tout ‘suspect’ refusant d’obéir aux ordres.

Manifestation réprimée à Tunis

Manifestation réprimée à Tunis

De violents affrontements ont opposés des manifestants et les forces de l’ordre cette nuit dans la grande banlieue de Tunis, malgré le couvre-feu imposé par les autorités. Selon les dernières déclarations de témoins locaux, huit personnes ont été tués par les policiers. Plusieurs bâtiments publics et véhicules ont été incendiés. Par ailleurs, un syndicat a annoncé qu’une personne avait été abattue et deux autres grièvement blessées par balles mercredi par les forces de l’ordre à Thala. A Sfax, où une grève générale avait été décrétée pour toute la journée, une personne a été tuée et quatre autres blessées par des tirs policiers. Deux autres personnes ont été abattues mercredi soir dans la ville de Douz. Une organisation internationale présente sur place a affirmé détenir une liste nominative de 66 personnes tuées depuis le début des protestations à la mi-décembre.

Manifestant tué en Tunisie

Manifestant tué en Tunisie

Hamma Hammami dirige le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT) interdit par le gouvernement tunisien. Hammami était recherché par la police, et avait longtemps vécu dans la clandestinité. Ces derniers jours, il est intervenu à plusieurs reprises sur des télévisions étrangères pour dénoncer le régime en place en Tunisie à la suite des troubles qui durent depuis plus d’un mois. Ce matin, plusieurs policiers ont fait irruption dans son appartement. Ils ont perquisitionné les lieux avant d’emmener Hammami devant sa femme et sa fille.

Hammam Hammami

Hammam Hammami

De vastes manifestations ont à nouveau eu lieu ce mercredi dans le centre de Tunis. Des centaines de jeunes ont été bloqué par les forces de l’ordre, qui ont tiré des grenades lacrymogènes pour les disperser. Le ministère tunisien de l’Intérieur a décrété ce soir un couvre-feu nocturne dans la capitale et sa banlieue. Dans le reste du pays, les affrontements se sont poursuivis durant toute la journée, faisans, selon certaines sources, de nouvelles victimes.