Un vaste déploiement policier avait été mis en place à Sofia dès mercredi matin. Cinq manifestations distinctes pour dénoncer un gouvernement corrompu et exiger sa démission se sont déroulées simultanément à Sofia, chaque défilé ayant par ailleurs des revendications propres (meilleurs conditions de travail, accès à l’éducation,…) Les premiers affrontements avec la police ont eu lieu lorsque cette dernière a fait usage de la force pour déloger une cinquantaine d’étudiants qui bloquaient le traffic sur une route du centre-ville. Les policiers leur ont marché dessus et ont frappé avant de forcer le passage avec des véhicules. Plus tard, de violents affrontements ont opposé les forces de l’ordre aux étudiants qui tentaient de rejoindre une manifestation syndicale devant le Parlement où un vaste périmètre de sécurité avait été établi.

Déploiement policier à Sofia

Déploiement policier à Sofia

Depuis le 14 juin, le mouvement de contestation met le gouvernement bulgare sous pression. Les manifestants réclament sa démission et dénoncent les liens entre les politiques et l’oligarchie. Toute la journée d’hier, un millier de personnes ont encerclé le Parlement à Sofia dans le but d’empêcher les députés d’en sortir alors que des barrages policiers avaient été dressés alentours. En fin de journée, les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser le rassemblement, blessant au moins deux personnes. Les autorités ont annoncé douze interpellations.

Manifestation et répression à Sofia

Manifestation et répression à Sofia

Cela fait près de quatre mois que des manifestations de masse rassemblent des centaines de personnes à Sofia. Elles dénoncent la politique menée par le gouvernement actuel. Hier, les manifestants s’étaient rassemblés pour dénoncer la décision prise plus tôt dans la journée d’autoriser Delyan Peevski à siéger à nouveau à l’assemblée. En juin dernier, malgré son statut de parlementaire, il avait été nommé à la State Agency for National Security, ce qui avait soulevé une vague de protestation parmi la population. Cette nomination ayant été annulée suite à la pression populaire, le conseil des ministres a décidé que Peevski pouvait récupérer son siège au Parlement. Cette décision a engendré une nouvelle vague de protestation. Les centaines de personnes rassemblées hier soir devant le Parlement pour dénoncer cette résolution se sont affrontés avec les forces de l’ordre, celles-ci faisant de nombreux blessés. Six personnes au moins ont été interpellées.

Manifestation anti-gouvernementale à Sofia

Manifestation anti-gouvernementale à Sofia

Une vingtaine de personnes, dont trois policiers, ont été blessées mardi soir au cours d’accrochages devant le parlement bulgare assiégé par des manifestants qui protestent depuis 40 jours contre le gouvernement et “l’oligarchie”, qui dirige, selon eux, le pays. Les affrontements ont eu lieu au moment où la police tentait d’en extraire des députés et des ministres.

Environ 2.000 manifestants entouraient le parlement où siégeaient mardi en fin d’après-midi trois commissions travaillant sur une révision du budget 2013. Tard dans la soirée, la police a tenté d’évacuer une partie de 109 personnes bloquées dans le bâtiment, mais le bus prévu a été l’objets de jets de pierres des manifestants et des vitres ont été brisées.
Ce n’est que mercredi vers 03H30 que la police a détruit une barricade improvisée par des manifestants pour faire passer plusieurs camionnettes avec des députés et des ministres.

policiers bulgares

policiers bulgares

Pour le dixième jour consécutif, des manifestations ont eu lieu en Bulgarie contre le gouvernement et l’oligarchie. Vingt-huit personnes ont été interpellées dimanche soir à Sofia. Un groupe de près de 200 jeunes manifestants, identifiés comme “potentiels trouble-fêtes”, avait été isolé par la police, et 28 d’entre eux étaient toujours en détention lundi.

La vague de protestations quotidiennes à Sofia et dans quelques grandes villes, après une première série de manifestations parfois violentes à l’hiver dernier, ont été déclenchée par la nomination le 14 juin à la tête de l’Agence de sécurité nationale (DANS) d’un magnat de la presse de 32 ans, lié à une banque puissante, est soupçonné d’activités illicites par l’opinion publique. Les protestations se sont ensuite tournées contre l’ensemble de la classe politique bulgare, soupçonnée de dépendance véreuse avec le milieu des affaires.

Voir un sujet sur Euronews

Onze personnes ont été arrêtées lundi soir à Sofia, après des affrontements avec la police. Les Bulgares, qui manifestent depuis plusieurs jours, demandent la démission du gouvernement et la renationalisation des compagnies de distribution d’électricité. Confronté à cette vague de mécontentement populaire face à la hausse des factures d’électricité, le Premier ministre bulgare a annoncé mardi une forte baisse des prix.

Jock Palfreeman est en grève de la faim depuis le 13 janvier parce que le directeur de la prison centrale de Sofia a ordonné des mesures punitives, probablement parce que celui-ci est président de l’association des prisonniers bulgares. A cause de ces punitions, Jock n’est plus autorisé à terminé ses études, ce qui était très important pour lui.

Plus d’informations sur Jock Palfreeman, voir notre précédent article en cliquant ici.

Des agents de la DGSE, les services de renseignement extérieurs français, ont été blessés mi-octobre lors d’une altercation avec des villageois en Bulgarie. L’incident s’est déroulé dans la nuit du 15 au 16 octobre, près de Pleven, dans le nord de la Bulgarie, non loin de la frontière avec la Roumanie. Repérés par des villageois, cinq militaires français qui s’exerçaient à une mission d’iniltration ont été pris à partie par des villageois. Les villageois auraient pris les militaires pour des vandales venus piller leurs champs de luzerne. Deux Français ont été blessés par balles aux jambes, un autre s’est retrouvé le nez cassé”.

Les Bulgares ont trouvé dans leur 4×4 des ordinateurs ainsi qu’un parachute “tandem” permettant de transporter un passager en sus d’un pilote, des équipements de Néoprène utilisés en plongée, un appareil photo professionnel et beaucoup d’autres éléments. Les blessés, conduits dans un hôpital après avoir demandé à être mis en contact avec l’ambassade de France, ont expliqué être des sportifs de “l’extrême”. Ils ont été expédié à Paris.

La police des frontières bulgares a arrêté lundi matin sur un ferry navigant entre la Roumanie et la Bulgarie un militant présenté comme un des co-fondateur du Parti-Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKP-C). Recherché par Interpol, ce militant avait été condamné par contumace par un tribunal turc à sept années de prison en 2007.