En décembre 2013, Abdul Hakam et Agus Budiono, deux syndicalistes de la ville de Gresik (une ville portuaire dans la province de Java oriental en Indonésie) du FSPBI- KASBI (Confederation of Indonesia Prosperity Trade Union ) ont été condamnés à une peine de prison de 3 mois sous l’accusation d’organiser les travailleurs à manifester. Durant 3 ans, le FSPBI a combattu cette décision en faisant appel. Ce jeudi 7 avril 2016, un tribunal a confirmé leur peine et ils ont été envoyés en prison pour trois mois, en vertu de la loi « Unpleasant Act ».

Abdul Hakam et Agus Budiono

Abdul Hakam et Agus Budiono

Des centaines de Papous ont fui leurs foyers suite à une opération militaire dans les hautes terres de Papouasie. La répression a eu lieu près de Grasberg – la plus grande mine de cuivre et d’or du monde. Le 7 janvier, des centaines de policiers et de soldats indonésiens ont pris d’assaut le village d’Utikini, suite au meurtre de deux officiers de police et d’un agent de sécurité de la mine. Des villageois ont rapporté que 116 Papous ont été arrêtés, dont 48 femmes et 3 enfants. Nombre d’entre eux ont été interrogés et torturés par la police. 12 sont toujours en garde à vue. Un villageois a reçu deux balles dans les pieds afin ’qu’il se tienne tranquille’. Les soldats et la police ont incendié des maisons et des tentes appartenant aux membres des tribus dani, amungme, damal et moni.

La police aurait trouvé que de nombreux villageois détenaient des tracts en faveur de l’indépendance papoue. De telles manifestations d’expression politique peuvent être dangereuses en Papouasie occidentale, où des Papous sont actuellement emprisonnés jusqu’à 15 ans pour avoir levé le drapeau indépendantiste. Lors d’une conférence de presse, le 7 janvier, un chef de la police indonésienne a déclaré : ’J’ai ordonné [aux policiers] de brûler les maisons des habitants du village d’Utikini. Cela a été fait délibérément afin de briser le mouvement [indépendantiste]. Je les anéantirai.’ Cet incident survient quelques semaines seulement après l’assassinat mortelle de cinq adolescents papous par des soldats et la police.

Papouasie: Répression et exode

Le quartier occupé de Padang Raya en Indonésie (à Makassar, dans le sud de l’île Soulawesi) est le théâtre d’affrontements entre habitants et policiers. Le 12 septembre au petit matin, 600 policiers anti-émeute ont tenté d’évacuer le quartier, les habitants ont aussitôt construit des barricades et défendu leurs habitations. La police a plus tard réussi à percer les défenses, mais les affrontements se poursuivent. Ce quartier est occupé depuis plusieurs années par des anarchistes et gauchisants qui ont construit des bibliothèques et des centres sociaux. Ce matin, la cellule ‘International Conspiracy for Revenge’ de la FAI/IRF a attaqué un batîment de l’état en solidarité avec les occupants.

Indonésie : Affrontements lors de l’expulsion d’un quartier occupé à Makassar

Suite du feuilleton de cet été sur le site du Secours rouge, qui passe en revue quelques grands éléments de la culture politique anti-répression : causes célèbres, symboles connus, mobilisations historiques, événements fondateurs.
Fin 1965, les forces armées indonésiennes, secondées les milices du parti Nahdatul Ulama (parti musulman) et du Parti national indonésien entreprennent d’éradiquer le Parti communiste indonésien (PKI), le troisième parti communiste du monde par le nombre d’adhérant: entre 500.000 et trois millions de communistes, de sympathisants communistes, de personnes suspectées de l’être, ou d’appartenir à des groupes sociaux jugés favorables aux communistes (athées, descendants de l’immigration chinoise ou indienne, etc.) sont assassinés.

Lire cet épisode

Feuilleton de l’été 2014 (6): Le massacre des communistes indonésiens

L’état indonésien a fait don d’un territoire de 350 hectares appartenant à de petits paysans à Agung Podomoro, une industrie de produits immobiliers de luxe. Les habitants n’ont aucun recours si ce n’est de résister. 7000 policiers accompagnées d’auto-pompes ont été amenés pour chasser les paysans. Durant l’expulsion, il y a eu un mort et 10 blessés coté manifestant, et 13 personnes arretées.

Les paysans indonésiens résistent à l’expulsion

Les paysans indonésiens résistent à l'expulsion

76 prisonniers politiques papous sont actuellement détenus dans les prisons indonésiennes. Le nombre d’arrestations politiques a plus que doublé en Papouasie occidentale (occupée par l’Indonésie) en 2013 par rapport à l’année précédente, et des rapports révèlent que la torture et les mauvais traitements à l’encontre des détenus politiques ont augmenté. Les tribus de Papouasie occidentale continuent d’être arrêtées pour des mobilisations pacifiques et sont souvent accusées de trahison ou d’incitation à la révolte, ce qui peut leur valoir de longues peines de prison. Wiki Meaga a été arrêté en novembre 2010 alors qu’il se rendait à l’enterrement d’un membre de sa famille dont l’état de santé a empiré après avoir été torturé par la police. Meaga et huit autres Papous ont été accusés d’avoir brandi le drapeau indépendantiste. Ils ont été torturés après leur arrestation. Six d’entre eux ont été reconnus coupables de ‘trahison’ et condamnés à huit mois d’emprisonnement. Le sort des trois autres hommes reste inconnu.

Une manifestation de solidarité avec les prisonniers politiques qui a eu lieu au début du mois en Papouasie a été dispersée par la police qui a tiré des balles à blanc. Deux étudiants ont été arrêtés. Une centaine de personnes ont manifesté au même moment à Londres devant l’ambassade d’Indonésie.

Indonésie: Brutale répression des Papous

Lundi passé, une usine de gilets pare-balles et de vêtements de protection destinées aux militaires et aux policiers a été incendiée dans le village de Babakan, (District de Babakan Ciparay), à Java. L’action a été revendiquée par l’Earth Liberation Front dans un communiqué qui salue les prisonniers anarchistes du monde entier.

La nuit du 26 juin, une engin incendiaire a endommagé le troisième étage du Media Hotel & Towers (ex Hotel Sheraton) à Jakarta. L’action est revendiquée par la FAI-FRI dans le cadre du Projet Phénix en Grèce et en solidarité envers Kostas Sakkas, anarchiste en grève de la faim pour obtenir sa liberté. Plusieurs initiatives solidaires ont aussi eu lieu en Grèce. A Salonique par exemple, la circulation a été stoppée par des pneus enflammés. Des distributeurs de billets ont été détruits dans plusieurs villes, il y a eu des manifestations et des accrochages de banderoles.

Indonésie/Grèce: Actions de solidarité avec Kostas Sakkas

Condamné en avril dernier pour avoir incendié une banque ATM-BRI le 7 octobre 2011, le militant anarchiste de la FAI Eat a été libéré ce 14 décembre. Cette action, également revendiquée par Billy, lui aussi membre de la FAI et condamné au cours du même procès, avait été effectuée en solidarité avec Luciano Tortuga, un anarchiste incarcéré au Chili, ainsi qu’avec tous les prisonniers révolutionnaires détenus en Indonésie et à travers le monde. Dans le cadre de sa probation, Eat devra se présenter régulièrement devant les autorités de Bornéo.

Indonésie: Eat a été libéré