La manifestation tenue à Port-Louis par des grévistes de l’industrie sucrière à la mi-journée mercredi 26 novembre a été marquée par des incidents lorsque des manifestants ont croisé sur la route d’un poids lourd transportant du sucre. Les manifestants ont arrêté le véhicule, obligeant le chauffeur à sortir de sa cabine, provoquant une intervention policière.

Maurice: Incidents à la manifestation des grévistes du sucre

Des employés et des syndicalistes de la National Transport Corporation Employees Union, les employés ont reçu une convocation pour se présenter à la Central Investigation Division (CID) de Vacoas. Cette unité, qui mène l’enquête, leur reproche d’avoir participé à une grève illégale et paralysé le système de transport public. D’autres syndicats sont également inquiétés. Le président de l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) confirme que deux membres devront se présenter à la CID à la même date. Cette grève, qui s’était tenue au siège de la compagnie, à Bonne-Terre, avait été provoquée à la suite de la décision de la direction d’allouer certaines lignes à d’autres opérateurs. Leur faisant ainsi craindre des licenciements.

Maurice: Syndicalistes et grévistes menacés de poursuites

En grève depuis dimanche pour réclamer de meilleures conditions de travail, près de 450 ouvriers bangladais se sont violemment affrontés avec la police anti-émeute mardi en début de soirée aux alentours de leur usine implantée à la Tour Koenig, à la Pointe-aux-Sables (Nord).

Des pierres ont été lancées sur les forces de l’ordre qui ont répliqué en utilisant du gaz lacrymogène. Plusieurs blessés ont été transportés à l’hôpital. Les policiers ont pu rétablir l’ordre au bout d’une heure d’échauffourées. 14 ouvriers bangladais, considérés comme les principaux meneurs du mouvement de protestation, risquent d’être expulsés du territoire mauricien par les autorités. La veille les ouvriers bangladais avaient manifesté dans les rues de Port-Louis et s’étaient rendus au ministère du Travail pour soumettre leurs revendications, Mais le ministre mauricien du travail a prévenu les ouvriers “de ne pas menacer la paix industrielle” de l’île sous peine de les expulser dans leur pays d’origine s’ils ne reprenaient pas leur travail.

répression des ouvriers bangladais à l’île Maurice

répression des ouvriers bangladais à l'île Maurice

Hier vendredi matin, devant le centre de conférence international Swami Vivekananda à Maurice où se tient actuellement le 63è congrès des 208 pays membres de la FIFA, 10 syndicalistes locaux et 2 belges membres de l’International Trade Union Confederation (ITUC) ont dénoncé l’exploitation faite sur les ouvriers Qatariens qui ont été recrutés dans le cadre des préparatifs du Mondial de 2022.

Les manifestants ont profité de la tenue du congrès pour interpeller les hauts dirigeants de la FIFA qui doivent justement débattre sur le mode de sélection des pays hôtes de la Coupe du monde. Bien que l’édition 2022 ait déjà été attribuée au Qatar en décembre 2010, les syndicalistes réclament un nouveau vote afin que l’organisation de l’évènement soit confiée à un autre pays. L’interpellation n’a duré que quelques instants: ils ont été arrêtés pour manifestation illégale.

La police criminelle mauricienne a convoqué les syndicalistes accusés de non-respect de l’ordre d’arrêt des préparatifs de grève, émis le 3 août par le tribunal du travail pendant les négociations avec le patronat au début du mois. Les syndicalistes dénoncent la partialité du président de ce tribunal. Malgré l’ordre d’arrêt, les syndicalistes de l’industrie sucrière avaient maintenu l’exercice de vote à bulletin secret en faveur de la grève, le lundi suivant. Un accord avait été arraché in extremis entre employés et employeurs le 16 août et la grève n’a pas été déclenchée. Mais la procédure judiciaire anti-syndicale a donc commencée.

Ile Maurice: Syndicalistes poursuivis en justice