L’expérience de la réoccupation des villes palestiniennes en 2002, et plus particulièrement sur les opérations qui ont eu lieu dans le camp de réfugiés de Balata et dans la casbah de Naplouse a fait émerger une nouvelle doctrine tactique du combat de rue assymétrique. Dans ces lieux constitués de rues étroites et d’une forte densité de logements, propices à une défense basée sur la guérilla urbaine (effet de surprise d’un défenseur connaissant parfaitement le terrain, pièges explosifs installés aux portes ou dans la rue, tireurs embusqués), les soldats israéliens n’ont donc pas attaqué en suivant l’ordre géométrique des rues mais ont préféré pénétrer dans les habitations pour s’y déplacer ensuite en perçant un trou dans les murs et pousser les combattants palestiniens à sortir, où ils pouvaient ensuite être arrêtés ou abattus. Faisant de l’extérieur un espace interdit, les soldats israéliens ont ainsi érigé l’intérieur comme l’environnement de la guerre urbaine. C’est cette tactique qui a été appliquée systématiquement l’année passée à Gaza.

Cette tactique visant à passer à travers les murs dans le cadre de la guerre urbaine s’inscrit dans le cadre des réflexions engagées par l’Operational Theory Research Institute (OTRI), un centre de recherche opérationnel rattaché aux forces armées sionistes. L’OTRI et les pratiques contre-insurrectionnelles qui en découlent proposent elles une ‘géométrie urbaine inversée’ parfaitement résumée par Aviv Kochavi, officier israélien qui a commandé l’offensive de 2002: ‘Nous, nous avons interprété la ruelle comme un endroit par lequel il est interdit de passer, la porte comme un élément qu’il est interdit de franchir, la fenêtre comme un élément par lequel il est interdit de regarder, pour la simple et bonne raison qu’une arme nous attend dans la ruelle, un piège nous attend derrière les portes. C’est que l’ennemi interprète l’espace de façon traditionnelle et classique, et que moi, je ne veux pas obéir à son interprétation pour tomber dans ses pièges‘.

Technique de contre-guérilla à Gaza

Technique de contre-guérilla à Gaza

130 personnes ont assisté au meeting de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah ce vendredi 15 mai à la Bourse du Travail de Saint-Denis. Georges Abdallah, détenu en France depuis 25 ans s’est vu confirmer, ce 5 mai 2009, le rejet de sa demande de libération conditionnelle déposée en octobre 2007. Arrêté en 1984, Georges Abdallah n’a jamais renié son engagement révolutionnaire aux côtés de la résistance palestinienne et c’est ce qui lui vaut cet acharnement judiciaire. Une délégation de notre Secours Rouge avait fait le déplacement pour assurer une présence solidaire et tenir un stand d’information.

Le meeting était animé par le collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Y sont intervenus Abdallah ABDALLAH (Union des jeunes progressistes arabes), Jean-Pierre BASTID (écrivain), Alima BOUMEDIENE (les Verts), Youssef BOUSSOUMAH (Les indigènes de la république), Patrick BRAOUEZEC (Communistes Unitaires), Vanina GIUDICELLI (Nouveau Parti Anticapitaliste), Gabi MOUESCA (Observatoire international des prisons) et Nicolas SHAHSHAHANI (CAPJPO – EuroPalestine).

Tribune du meeting pour G.I. Abdallah

Stand du SR au meeting pour G.I. Abdallah

Tribune du meeting pour G.I. Abdallah
Stand du SR au meeting pour G.I. Abdallah

Une quarantaine de personnes ont assistés au meeting pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah à Méricourt. La soirée a commencé par une intervention du comité organisateur ‘Liberez-les!’ sur le thèse de ‘L’actualité du sionisme en Palestine et au Liban’, puis d’une intervention du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah: ‘Georges Ibrahim Abdallah: son combat politique et sa situation’. Ces interventions ont été suivies de la projection du film Retour au pays du Hezbollah de Soha Béchara, d’une intervention de Walid Atallah, de l’Association des Palestiniens en France (Al Jaliya), et du passage d’un enregistrement fait par Georges Ibrahim Abdallah à l’intention des particpants à cette initiative. Plusieurs groupes avaient déployés des stands d’information et de solidarité, et notament notre Secours Rouge.

Meeting à Méricourt

Délégation SR au meeting

Meeting à Méricourt
Délégation SR au meeting

La chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Paris a examiné hier jeudi 26 mars la demande de libération conditionnelle du communiste arabe Georges Ibrahim Abdallah. Elle a mis en délibéré au 5 mai 2009 sa décision. Ce délai de deux ans et trois mois entre le dépôt d’une demande de libération, le 6 février 2007, et la décision de justice en appel illustre parfaitement le traitement judiciaire spécifique que subit Georges Abdallah.

Georges Ibrahim Abdallah est détenu depuis bientôt 25 ans. Et au fil des ans, les lois se durcissent. Depuis la loi sur la rétention de sûreté, les prisonniers condamnés à perpétuité doivent être examinés par une commission pluridisciplinaire chargée de se prononcer sur leur ‘dangerosité’. Elle donne son avis aux juges qui peuvent ne pas en tenir compte. La commission a délibéré le 22 janvier et émis un avis défavorable à sa libération. Selon elle, la dangerosité de Georges Abdallah est démontrée ‘par la force intacte de ses convictions qui peuvent à nouveau, si le contexte politique s’y prêtait, le pousser à se comporter en activiste résolu et implacable.

Vendredi 10 avril, le Comité ‘Libérez-les’ (en collaboration avec le collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah et sa section PCF de Méricourt) organise un meeting-débat de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah.

Le meeting se tiendra à partir de 18h30 jusqu’à 22h00 à Méricourt (Pas de Calais, près de Lens), au Centre Max-Pol Fouchet, salle Daquin, (derrière l’église), rue Jean-Jacques Rousseau (à droite face à la Mairie).

Progamme dès 19h00:

-‘Georges Ibrahim Abdallah: son combat politique? Sa situation?’ présenté par le Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah.
-‘L’actualité du sionisme en Palestine et au Liban’ présenté par le Comité ‘Libérez-les!’
-Projection du film ‘Retour au pays du Hezbollah’ de Soha Béchara.
-Intervention de Walid Atallah, de l’Association des Palestiniens en France (Al Jaliya).
-Débat ouvert avec la salle.

Table de lectures, rafraichissements, sandwichs… Entrée gratuite.

Hier, jeudi, les forces de sécurité israéliennes ont transféré Ahmed Saadat, le secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine condamné à 30 ans de détention, de la prison de Hadarim à la prison d’Asqelon, où il a été placé à l’isolement. Il y a actuellement 11.000 prisonniers politiques palestiniens détenus par Israël.

Visiter le site de la campagne en faveur d’Ahmed Saadat

Après Georges Cipriani, prisonnier d’Action Directe, qui a reçu il y a quelques jours un avis défavorable la part de la commission pluridisciplinaire de sûreté, un deuxième prisonnier politique révolutionnaire se voit signifier un avis défavorable à une demande de libération conditionnelle. Il aura fallu 25 semaines à cette commission pour transmettre cet avis à Georges Abdallah qui est sorti du Centre National d’Observation de Fresnes le 23 septembre 2008. Les motifs sont clairement politiques: ‘A des convictions politiques intactes et très solides’ (…) ‘A affirmé que si son pays était occupé, personne ne pourrait lui dicter son comportement’.

Le 26 mars prochain, la demande de libération de Georges Abdallah doit être examinée en appel. L’avis de la commission n’est que consultatif mais quel juge osera faire preuve d’indépendance et prendre la décision de la libération de Georges Abdallah? 25 ans déjà que Georges Ibrahim Abdallah est enfermé dans les prisons de l’Etat français impérialiste. 25 ans que tous les moyens sont utilisés pour pousser Georges Ibrahim Abdallah à renier son engagement communiste et antisioniste. 25 ans que ce militant révolutionnaire ne cesse de revendiquer et de défendre son idéal révolutionnaire. Aujourd’hui plus que jamais, Georges Ibrahim Abdallah a besoin de la solidarité de tous ceux qui sont attachés à sa libération.

Affiche de soutien à Georges Ibrahim Abdallah

Affiche de soutien à Georges Ibrahim Abdallah

Le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah a présenté les premières initiatives de la campagne 2009 pour la libération du camarade. Il appelle tous les groupes, organisations, soutiens qui se mobilisent pour Georges Abdallah de l’informer de leurs initiatives.

Ecrire au Collectif

A eu lieu:

Samedi 21 février – Ensisheim

Participation au rassemblement devant la prison d’Ensisheim en solidarité avec les prisonniers d’Action directe et Georges Ibrahim Abdallah.

Prochainement:

Samedi 7 mars, à 19h – Belgique

Soirée de soutien aux membres du Secours Rouge inculpés.
Conférence de Claude Guillaumaud-Pujol + projection du film ‘The murder of Fred Hampton’. Avec une table de presse tenue par le collectif pour la libération de G. I. Absdallah.

Dimanche 22 mars – Bordeaux

Spectacle et repas de soutien à Georges Ibrahim Abdallah.
‘La boite à jouer’, 50 rue Lombard 33 300 Bordeaux. 13h apéro slam avec ‘constat d’habitation’. A la jactance, Laurent Mariette et Fred Paquet en escorte. Plat à 8 euros.

Jeudi 26 mars – Paris

Examen en appel de la 7ième demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah, si la justice ne décide pas de décaler une troisième fois la date.

Samedi 28 mars – Paris

Le collectif est invité à la librairie Résistances à l’occasion de la Journée de la Terre à animer l’une des différentes interventions et projections de 17H à 22H. www.librairie-resistances.com

Samedi 4 avril – Strasbourg

Participation du collectif à la mobilisation Anti-Otan

Vendredi 10 avril – Méricourt – Pas de Calais

Meeting de soutien à Georges Ibrahim Abdallah.
Organisé avec le comité Libérez-Les. http://liberez-les.info

Affiche de soutien à Georges Ibrahim Abdallah

Le Forum International de Beyrouth pour la Résistance, l’Anti-Impérialisme, la Solidarité entre les peuples s’est tenu les 16-17-18 janvier 2009 à Beyrouth, à l’initiative du Centre Consultatif des Etudes et de la Documentation (Beyrouth), en collaboration avec le ‘Rassemblement National de Soutien au Choix de la Résistance’ (Liban), ‘la Campagne Internationale contre l’occupation américaine et sioniste’ (Conférence du Caire); ‘le Forum International de l’Anti-impérialisme et de la Solidarité entre les Peuples’ (Conférence de Calcutta) et la coalition ‘Stop The War’ (Londres).

Lire la déclaration de Georges

Des dizaines de milliers de manifestants (50.000?) ont défilé à Bruxelles pour dénoncer l’opération militaire israélienne à Gaza. C’était l’occasion pour le Secours Rouge/APAPC de porter la revendication de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, avec un calicot et une diffusion massive de tracts. De nombreuses occasions ont ainsi été créées d’exposer l’histoire et la situation actuelle de Georges.

Manifestation pour Gaza

Manifestation pour Gaza