Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

L’opération militaire pour la capture du ‘camarade Artemio’, un important dirigeant de l’Armée Populaire de Guérilla (force armée du Parti Communiste du Pérou), opération qui a mobilisé des forces spéciales et des hélicoptères, a été un échec. Et non contents de se soustraire aux opérations des forces répressives, les guérilleros maoïstes ont attaqué la base anti-subversive de Sanabamba dans le district d’Ayahuanco. L’attaque, qui a duré une heure, a mobilisé une colonne de guérilla. La base de Sanabamba avait déjà été attaquée au début du mois de juin: un militaire avait été tué, six autres blessés et un hélicoptère avait été endommagé. On ne connait pas encore le bilan de la dernière attaque.

Nouvel aveu implicite de l’échec de la contre-guérilla, le gouvernement péruvien payera des récompenses à ceux qui donneront des informations qui permettront la capture des dirigeants et cadres moyens du Parti Communiste du Pérou et de son Armée Populaire de Guérilla, selon un décret publié samedi dans le journal officiel Péruvien. Selon le décret, on octroiera une récompense maximale de 500.000 soles (environ 167.000 dollars) ‘à celui qui permet la capture d’un commandement politique ou militaire‘, la même norme officielle octroiera 300.000 soles (environ 100.000 dollars) à ceux qui ‘permettront la capture des dirigeants logistiques et des dirigeants de compagnies terroristes‘.

La norme officielle a été signée par le président Alan García, le chef du cabinet ministériel et les ministres de la Défense et de l’Intérieur. ‘Cette récompense me semble adéquate pour qu’une personne soit stimulée à donner des informations en échange d’une somme d’argent… de sorte que, cette récompense qui permettra la capture des dirigeants terroristes qui restent, puisse donner des résultats‘, a déclaré le président García sur la chaîne de télévision étatique.

Seraient particulièrement visés le ‘camarade Artemio’, considéré comme le dirigeant du PCP dans la zone de la vallée de l’Huallaga dans la forêt centrale, et le ‘camarade José’, dirigeant du PCP dans la zone de la Vallée du Río Apurímac-Ene (VRAE).

Le gouvernement péruvien a dit et redit qu’il débarassera la région du Vizcatan des guérillas maoïstes. Celles-ci viennent de lui infliger un terrible échec ce jeudi 9 dans cette zone isolée et difficile d’accès du sud-est du Pérou, à 550 kimolètres de la capitale. Selon les témoignages recueillis par la presse locale, 200 combattants fortement armés ont mitraillé et lancé des explosifs sur deux convois militaires, à quelques heures d’intervalle. Treize militaires ont été tués. Ces attaques sont les plus meurtrières depuis celle d’octobre 2008, qui avait fait quatorze morts dans la même région. Elles interviennent alors que les militaires ont lancé une offensive pour récupérer la zone voisine de Vizcatan, aux mains des guérilleros.

Guérilleros péruviens

Guérilleros péruviens

L’ancien président péruvien Alberto Fujimori a été condamné ce mardi 7 à Lima à 25 ans de prison, au terme de son procès de 16 mois. Il a été reconnu coupable pour des massacres de civils perpétrés par des escadrons de la mort, entre 1990 à 2000. Le tribunal a reconnu Alberto Fujimori coupable ‘avec circonstances aggravantes‘. Il a assimilé ses crimes, ‘selon le droit international, à des crimes contre l’humanité‘. Il a précisé que l’ancien président âgé de 70 ans, en raison des deux ans qu’il a déjà passés en prison, devrait exécuter sa sentence jusqu’au 10 février 2032. Il devra aussi verser des dommages et intérêts aux familles de 29 victimes.

Alberto Fujimori avait envoyé dans les années 1990 l’armée combattre la guérilla maoïste du Parti Communiste du Pérou (P.C.P. ‘Sentier Lumineux’), provoquant une longue guerre qui a fait 70.000 morts et disparus, d’après les organisations des Droits de l’Homme. Les escadrons de la mort frappaient des militants progressistes ou jugés ‘sympathisants’ du P.C.P., et commettaient des massacres de paysans qui étaient ensuite attribués (avec l’aide de la presse internationale) à la guérilla maoïste.

Alberto Fujimori était jugé pour son rôle dans le massacre en 1991 de 15 habitants d’un quartier à Lima et l’assassinat en 1992 de 9 étudiants et d’un professeur de l’Université de la Cantuta, perpétrés par un escadron de la mort. Fujimori était aussi jugé pour les séquestrations à la même époque, par ses services secrets, d’un journaliste correspondant du journal espagnol El Païs et d’un entrepreneur. Le tribunal a reconnu Fujimori coupable de toutes les charges, mais n’a pas suivi l’accusation qui avait requis 30 ans de prison.

Charnier au Pérou

Le mois passé, des médecins-légistes ont commencé à exhumer les corps d’une fosse commune à Huanta, dans le sud-est du Pérou, dans la région d’Ayacucho où la guérilla maoïste était particulièrement active. Selon la Commission Vérité et Réconciliation, qui enquête sur les crimes commis durant la guerre civile entre la guérilla et l’Etat, la cinquantaine de victimes enterrées à Huanta sont des personnes, des paysans pour la plupart, disparues entre juillet et août 1984. L’armée péruvienne aurait conduit les victimes au stade de Huanta, transformé en une base militaire. Là, elles ont été torturées, exécutées et on a fait disparaître leurs corps. 4.000 charniers semblables ont été découverts ces dernières années au Pérou.

Charnier au Pérou

Le ‘Plan d’Opérations Excellence’, qui vise à anéantir les guérillas du Parti Communiste du Pérou (PCP, ‘sentier lumineux’), a débuté le 30 août 2008 dans une opération conjointe de 1.200 hommes de la Police et de l’Armée, avec la prise de Valle de los ríos Apurímac-Ene. Le but est de contrôler la région de Vizcatán, l’une des zones les plus importantes des maoïstes péruviens et dirigée par le Comité Régional Principal du Parti Communiste du Pérou. Comme d’habitude dans ce type d’opérations, les forces répressives ont perpétré des atrocités contre la population civile. Le maire du village Jésus de Belén, Tiófantes Camasa Bois, a dénoncé l’incendie des maisons et la disparition de onze personnes. Une survivante de l’incursion de l’armée, Lucy Pichardo, du village Pichis Río Seco, a dénoncé qu’après le passage de l’armée, son époux, ses trois frères et une cousine enceinte avaient disparus.

Le Ministre de la Défense du Pérou, Antero Florez Aráoz, a défendu les militaires en affirmant que ces plaintes faisaient partie d’une ‘opération psychologique de la part des terroristes’. A cette version s’est ajoutée celle de la dirigeante du parti de gouvernement (APRA), Mercedes Cabanillas, qui a déclaré que les disparus supposés étaient des subversifs qui avaient fui. Une commission d’organisations des droits de l’homme a visité le lieu des faits. Le 3 octobre, la commission a recueilli le témoignage de villageois torturés par l’armée. La commission a établi que les militaires avaient violé une femme, détruit 75 maisons, et déplacé 65 familles des villages Canayre, Pichari, Llochegua et Virgen Villa. Confrontée à ces faits, la commission s’est engagée… à demander la constitution d’une Commission d’enquête parlementaire.

Cependant, le 6 octobre, quatre cadavres ont été trouvés dans la Valle del río Apurímac-Ene. Il s’agissait des parents de Lucy Pichardo (Maximiliano Pichardo Fernández, Jésus Pichardo Fernández et José Félix Canchaya Limache). Selon le rapport de l’autopsie, ils ont été tués par balle à bout pourtant et dans le dos. L’autre cadavre est celui de Rosa Chávez Sihuincha, la cousine enceinte. Elle avait deux balles de pistolet de 9mm dans la tête.

Arrestation de paysans péruviens

Arrestation de paysans péruviens