La ville d’Iquitos vit des moments de tension en raison de manifestations qui ont tourné en affrontements violents entre la police nationale et des habitants. Ces manifestations ont pour origine les coupures d’électricité intempestives qui ont affecté la population et diverses industries, dont celle de la construction. L’entreprise Electro Oriente, pointée du doigt par les manifestants, se présente comme une agence de recouvrement et nie toute responsabilité, affirmant que c’est l’entreprise Genrent del Perú S.A.C. qui est responsable de la gestion de l’électricité. Les affrontements ont entraîné l’évacuation d’une école en raison de l’utilisation excessive de gaz lacrymogènes et la confrontation a perturbé les activités quotidiennes dans la région.

 

Dossier(s): Non classé Tags: ,

La vaste opération anti-guérilla lancée par les forces armées péruvienne se poursuit dans la vaste région de la vallée des rivières Apurímac, Ene et Mantaro (voir notre article). Un sous-officier a été tué lundi par les maoïstes lors de l’attaque d’un camp de la guérilla par les militaires. Les militaires péruviens ont attaqués trois camp qui avaient été évacués par la guérilla et se sont emparé de stocks divers, dont de grande quantité de produits servant à fabriquer des explosifs.

opération anti-maoïste (archive)

 

Depuis les premières heures de ce lundi, une vaste opération militaire a lieu dans la région de Vizcatán del Ene, dans le but de neutraliser la guérilla maoïste. Les forces terrestres, aériennes, navales et les forces spéciales péruviennes, mènent conjointement cette opérations destinées à éliminer les bases du Parti communiste du Pérou Militarisé.

opération anti-maoïste (archive)

Mardi après-midi, dans la ville de Tarapoto (région de San Martin), la police nationale péruvienne (PNP) a signalé la capture d’un membre présumé du Parti Communiste du Pérou. Edmundo Ampuelo Onorme (54 ans) était recherché depuis 15 ans. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la quatrième cour pénale nationale de Lima en 2008.

Le procès de l’ancien président Alberto Fujimori a commencé lundi 18 décembre par un réquisitoire du parquet qui accuse  d’homicide aggravé et d’être le cerveau de l’assassinat de six paysans dans la province de Pativilca, au nord de Lima. Les six hommes avaient été enlevés, torturés et exécutés en janvier 1992 par le groupe paramilitaire Colina, responsable de plusieurs massacres durant la guerre sale contre la guérilla du Parti communiste du Pérou (dit « Sentier lumineux »). Parmi les autres massacres du groupe Conia: celui de 15 personnes dont un enfant de 8 ans le 3 novembre 1991, et celui de neufs paysans le 2 mai 1992. Les paramilitaires avaient tracé sur place des slogans maoïstes pour qu’on accuse le PCP (intoxication reprise par la presse nationale et internationale). Le parquet a requis contre Alberto Fujimori jusqu’à 25 ans de prison. La même peine a été requise contre son bras droit, Vladimiro Montesinos. À la suite des déclarations d’un ancien membre du groupe Colina, Jorge Ortzim, qui avait dénoncé tous ses complices, le procès inclut également Nicolas Hermoza, l’ex-commandant en chef des forces armées, des officiers du renseignement et les membres du commando.

Dossier(s): Amérique Latine Tags:

Samedi, dans la région d’Ica, une confrontation a éclaté entre des manifestants et la Police Nationale, faisant 18 blessés parmi les agents. L’affrontement a eu lieu au kilomètre 263 de l’autoroute panaméricaine lorsque quelque 200 travailleurs agricoles ont tenté d’emprunter la route panaméricaine, provoquant l’intervention de la police. Les manifestants ont résisté aux forces de l’ordre à coups de pierres et de bâtons, ce qui a entraîné l’utilisation de gaz lacrymogènes et au moins trois arrestations. Depuis jeudi dernier, des affrontements et des tentatives de blocage de la route ont été signalés. Cela coïncide avec le premier anniversaire des manifestations contre le gouvernement et la classe politique suite à la destitution de l’ancien président Pedro Castillo par le Congrès.

Le 18 octobre, des policiers de la Direction antiterroriste (DIRCOTE) ont arrêté sept membres présumés de l’organisation « Voluntad Transformadora » (Volonté transformatrice), que les autorités péruviennes prétendent liée au Parti Communiste Militarisé du Pérou . Cinq maisons ont aussi été perquisitionnées dans les districts d’El Porvenir, La Esperanza et Huanchaco, dans la province de Trujillo, dans le cadre de l’enquête sur le crime « d’affiliation à une organisation terroriste ». Juan Santos Romero, José Ismael Orbegoso Romero, José Dominio Orbegoso, Lucio Noé Orbegoso Romero, Angelita Cerna Calderón, Flor Orbegoso Romero et Erika Lisset Namoc Loyola ont été transférés à l’unité de la Police Nationale, afin de poursuivre les procédures judiciaires et les enquêtes.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Samedi après-midi, des agents de la Police Nationale du Pérou ont capturé deux membres présumés du Parti Communiste Militarisé du Pérou (dit « Sentier lumineux) dans la vallée des rivières Apurímac, Ene et Mantaro (Vraem). Quelques heures plus tard, ils ont été transférés dans la capitale pour enquête et procès. Alexi Berrocal Matute, alias « Camarade Rafael » et Marco Quispe Vargas, alias « Gabrielito » (le fils de deux maoïstes recherchés, Gabriel Quispe Palomino et Florabel Vargas Figueroa) transportaient des munitions et des explosifs. Tous deux sont accusés d’être impliqués dans l’embuscade qui a fait sept morts et un blessé parmi les policiers dans la région Vraem en février de cette année (voir notre article).

Au moins quatre militaires péruviens tués dans un affrontement avec les combattants du Parti Communiste Militarisé du Pérou dans la province de Huanta, dans la vallée la plus importante du pays, la Madrugada de ces Lunes.Parmi les quatre militaires tués, un  officier et deux sous-officiers. Trois autres militaires ont été blessés et transportés à l’hôpital d’Ayacucho Les militaires effectuaient une patrouille anti-guérilla dans la zone de Putis de la province de Huanta, lorsqu’ils sont tombés dans l’embuscade.

Les Archives nationales de sécurité des États-Unis ont publié des documents déclassifiés sur la répression, dans les années ’80 et les années ’90, de l’insurrection maoïste au Pérou sous les gouvernements d’Alan García et d’Alberto Fujimori. Les câbles et les rapports des services de renseignement décrivent en détail la stratégie anti-insurrectionnelle brutale du gouvernement péruvien, qui consistait à ne pas faire de prisonniers, et ses efforts pour soustraire à la justice les membres des forces de sécurité responsables de crimes.

Ces documents décrivent l’aggravation de la répression sous le gouvernement APRA (social-démocrate) de García, comme en témoigne le massacre de Cayara (Ayacucho). Le 14 mai 1988, les militaires sont arrivées dans la ville de Cayara après une embuscade de la guérilla qui avait coûté la veille la vie à quatre soldats. Les ont torturé et tué 24 personnes, hommes et femmes, et ont pillé le village. Les jours suivant, les militaires ont saboté l’enquête en vidant les fosses communes pour incinérer les cadavres et en procédant à l’assassinat systématique des témoins du massacre portant le total des victimes à 33 morts et 7 disparus. Une commission d’enquête du Congrès, présidée par un élu de l’APRA, a conclu qu’il n’y avait pas eu d’abus de la part des militaires à Cayara. Mensonge répété dans un communiqué signé par le premier ministre et le ministre de la défense.

Militaires péruviens (en 1988)

Dossier(s): Amérique Latine Tags: