Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La grève dans la province d’Islay contre le projet minier Tía María, dure depuis plus de 40 jours. Des affrontements entre manifestants et policiers ont eu lieu à Mollendo et à Matarani. Parti des localités et de barrages routiers, les affrontements se sont étendus dans les pâturages alentours. Plus de 500 policiers avaient été déployés dans la zone, appuyés par un hélicoptère. Des gaz lacrymogènes ont été dispersés en masse dans tout le secteur. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées dont un policier, et il y a eu au moins cinq arrestations.

Affrontements à Islay

 

Après l’échec des négociations entre les autorités locales d’El Alto (Piura) et les responsables de la société pétrolière chinoise CNPC, des manifestants ont incendié les bureaux de Confipetrol. Cela fait déjà plusieurs jours que la population d’El Alto proteste contre la société chinoise CNPC, en raison de la violation de plusieurs accords par la société pétrolière, surtout ceux concernant l’embauche de main-d’œuvre locale. L’entreprise a tenté de contourner ses obligations et de tromper les travailleurs en n’engageant que des travailleurs locaux pendant 20 jours et en les sous-payant. Mais pour le Front de défense d’El Alto, le personnel doit être embauché pour une période plus longue et ne doit pas être exempté de tous les avantages de la loi. Selon les procès-verbaux signés par la compagnie pétrolière chinoise, ils ont promis que 70% de leurs travailleurs, qu’ils soient qualifiés ou non, seraient des habitants d’El Alto. Les manifestants ont commencé à bloquer les routes principales d’El Alto et de Panamericana Norte depuis mercredi matin sous forme de manifestations.

L'incendie des locaux de Confipetrol.

Roger Huanangoy Enrique, 36 ans, a été arrêté par les forces de sécurité péruviennes. Il est accusé d’avoir participé à une opération de la guérilla maoïste en août dernier. Une colonne de guérillero avait pénétré dans la localité de Libertad de Mantaro, situé dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro, (district de Santo Domingo de Acobamba, province de Junín) comme chaque mois pour s’y approvisionner et recueillir des information. Mais cette fois là, les guérilleros avaient abattus trois habitants, deux accusés d’avoir trahis le PCP-SL, un troisième d’être un informateur de police.

Roger Huanangoy

Un homme qui est accusé par les autorités péruviennes d’avoir été le “médecin de la guérilla” (du PCP-SL) a été arrêté hier par la police italienne dans un hôtel du centre de Gênes. Luis Enrique Paredes Del Pino, alias “Juan Carlos” faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Le Procureur de la Cour d’appel de Gênes sera appelé dans les quarante prochains jours à évaluer la demande d’extradition. Luis Enrique Paredes Del Pino, qui est détenteur de la double nationalité et d’un passeport espagnol, avait déjà été arrêté en 2013 à Tolède. Madrid avait refusé l’extradition et, depuis lors, le médecin avait obtenu l’autorisation de rester en Espagne, où il travaille comme urgentologue dans le district de Castilla-La Mancha. Après le rejet de l’Espagne, le Pérou avait lancé un nouveau mandat d’arrêt international.

Luis Enrique Paredes Del Pino, lors d'une précédente arrestation

 

Un responsable de la guérilla maoïste recherché, connu sous le nom de “Julio Chapo”, mais s’appellant Hugo Sixto Campos Córdova, a été capturé par des militaires vendredi matin dans le district de Chinchihuasi, province de Churcampa (région de Huancavelica). Il était porteur d’un pistolet lors de son arrestation et a été transféré immédiatement à Lima par avion. Il est accusé d’avoir participé à plusieurs embuscades meurtrières de la guérilla maoïste dans la région VRAEM.

Le prisonnier lors de son transfert à Lima

Le prisonnier lors de son transfert à Lima

A une heure du matin, les membres de l’Association des familles de prisonniers politiques disparus et de victimes de génocide (Afadevig) ont organisé un sit-in devant la Cour constitutionnelle à Arequipa pour demander l’inconstitutionnalité de la loi n°30868. C’est sur base de cette loi, modifiant le règlement des cimetière, et appliquée de manière rétroactive, que les autorités péruviennes ont exhumé les dépouilles de maoïstes assassinés par les forces de l’ordre lors des grandes mutineries de 1986.

Plusieurs de ces dépouilles étaient en effet placée dans un mausolée du cimetière du district de Comas à Lima. Les autorités les ont déplacées et les ont enterrées en janvier de cette année, dans différents endroits, sans dire aux familles où se trouvaient désormais le corps de leur proche. Elles ont ensuite procédé à la destruction du mausolée (voir notre article).

La manifestation devant la Cour constitutionnelle

La manifestation devant la Cour constitutionnelle

Au moins trois militaires de l’armée péruvienne, un sous-lieutenant et deux sous-officiers, sont morts mardi dernier lors de deux affrontements successifs entre des patrouilles militaires et la guérilla maoïste du PCP-SL. Les militaires appartenaient à un contingent de la 31e brigade d’infanterie qui menait une opération de reconnaissance et de combat anti-guérilla dans les environs de Valle Manantial, dans le district de Vizcatán del Ene (région de Junín).

Combattants du PCP-SL

Combattants du PCP-SL

Les policiers de la Direction contre le terrorisme (Dircote) ont réussi à identifier, localiser et capturer Herlinda Ventura Clemente, 40 ans, recherchée pour diverses actions de la guérilla maoïste depuis 1997 dans le département de Huancavelica. Connue sous les noms de guerre de ‘Marleni’ ou ‘Nora’, militante active du PCP-SL, membre de la force principale du Comité zona du PCP-SL, elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour “terrorisme” délivré par la chambre criminelle de Lima. Le dimanche 26 mai, une autre membre supposée du PCP-SL a été capturée à Huánuco: Adelina Mariluz Trujillo, 64 ans, une proche de Florindo Eleuterio Flores Hala, le “camarade Artemio”.

Herlinda Ventura Clemente

Herlinda Ventura Clemente

Le 28 mai, une audience publique relative à la procédure judiciaire “Perseus” s’est tenue dans la salle d’audience de la base navale de Callao. Au cours de l’audience, l’apparition d’Abimael Guzmán, le Président Gonzalo du PCP-SL, a été accueillie par l’assistance par des applaudissements nourris et des acclamations enthousiastes. Le tribunal a rappelé en vain l’assistance à l’ordre et a fini par faire évacuer purement et simplement la salle.

L’opération “Perseus” est une suite d’enquêtes policières menées entre 2012 et mars 2013, suite à quoi 34 membres du Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux, le MOVADEF, ont été arrêtés (voir notre article). C’est un procès par lequel les autorités péruviennes accusent le MOVADEF d’être la façade légale du PCP-SL. La police affirme avoir des enregistrements établissant que, de sa prison, le Président Gonzalo donnait des instructions au mouvement tandis que la guérilla maoïste du Huallaga, dirigée par le “camarade Artemio”, le finançait. Ces accusations sont rejetées en bloc par le MOVADEF qui dénonce un procès politique visant à empêcher que se fasse entendre la voix communiste dans le pays.

Les acclamations à l’audience

Les acclamations à l'audience

La police péruvienne a arrêté hier dimanche, après des années de recherche, Adelina Mariluz Trujillo dans le secteur de Campo Grande du district de Pueblo Nuevo à Huánuco. Adelina Mariluz Trujillo, la “camarade Susana” du PCP-SL, âgée de 64 ans, était recherchée pour ses responsabilité dans la comité régional du Huallaga. Elle faisait l’objet d’une avis de recherche de la Chambre pénale nationale. Adelina Mariluz Trujillo avait échappé à la police en quittant son domicile à Ventanilla pour se rendre dans le Haut Huallaga.

Guérilleros maoïstes dans le Huallaga

Guérilleros maoïstes dans le Huallaga