La Direction contre le terrorisme (Dircote) de la police péruvienne a capturé avant-hier Javier Alcántara Choccña, le «camarade Eloy», militant du PCP-SL. Eloy a été capturé dans le district de Querobamba, province de Sucre. Il était recherché pour « crime de terrorisme » en tant que membre du comité régional du PCP-SL et commandant de la sous-base de Querobamba, dont les guérilleros avaient notamment abattu le gouverneur du district de Caiuga.

Arrestation du

Arrestation du

Un militaire péruvien a été tué et un autre blessé hier jeudi dans un affrontement avec la guérilla du PCP-SL. Le militaire, un sous-officier, a été tué dans une fusillade qui a eu lieu dans la province de Huanta, dans la région méridionale d’Ayacucho, qui fait partie de la vallée des rivières Apurímac, Ene et Mantaro (VRAEM). Un détachement qui faisait une opération de reconnaissance est tombé sous le feu des combattants maoïstes.

Opération antiguérilla dans la région VRAEM

Opération antiguérilla dans la région VRAEM

Le Congrès péruvien a approuvé une loi autorisant la démolition d’un mausolée construit dans le cimetière de Comas, dans le district de Lima, pour les prisonniers maoïstes massacrés par l’armée lors des grandes mutineries de 1986. La décision, qui modifie la loi sur les funérailles, a été prise par la session plénière du Parlement avec 91 voix pour, 1 contre et 9 abstentions. Cette modification devrait permettre de détruire le mausolée dans les semaines qui viennent (voir notre précédent article).

Hommage aux prisonniers maoïstes assassinés au mausolée de Comas

Hommage aux prisonniers maoïstes assassinés au mausolée de Comas

Sixto Benjamín Julca Crisanto, le camarade « Chino », commandant militaire du PCP-SL pour le Huarmaca, a été capturé par des agents des services de renseignements du Département de la lutte contre le terrorisme. Il était recherché pour deux accusations de terrorisme et une pour homicide qualifié. Il est accusé d’avoir participé à l’embuscade survenue à Hualapampa Alta en 1992, au cours de laquelle 14 policiers avaient été tués. Il figurait sur la liste des personnes les plus recherchées du ministère de l’Intérieur qui offrait pour son arrestation une récompense de 20.000 soles.

Sixto Benjamín Julca Crisanto, le camarade

Sixto Benjamín Julca Crisanto, le camarade

Un tribunal péruvien a condamné mardi, 12 septembre, dix dirigeants maoïstes du Sentier lumineux à la prison à perpétuité. Parmis ces dix personnes se trouve le Président Gonzalo du PCP-SL, Abimael Guzman, arrêté en 1992 et qui purge déjà une peine de prison à vie.

Les trois juges de la Cour pénale nationale ont rendu leur sentence, après 20 mois de procès, lors d’une audience de 6 heures retransmises en direct à la télévision, à la veille de l’anniversaire de l’arrestation d’Abimael Guzman, le 12 septembre 1992. Les dix dirigeants devaient répondre d’une attaque à la voiture piégée qui avait eu lieu en juillet 1992 et fait 25 morts. Moises Limaco, un des condamnés, a, lui, est parti vers la France. La justice péruvienne a ordonné sa «localisation et sa capture au niveau national ou international».

Procès de l’attentat de 1992 à Lima

Tomas Rojas Márquez, alias « Tomas », 72 ans, commandant militaire de la Base d’appui 21 de la guérilla maoïste dans les années ’80 et ’90, a été capturé hier après-midi par des agents de la direction anti-terroriste (DIRCOTE) dans le centre-ville de Titimina (district de San José de Ticllas, Ayacucho).

La base d’appui 21 faisait partie du Comité Zonal Centre, couvrant Ayacucho et Huancavelica, longtemps commandé par Oscar Ramirez Durand « Feliciano », capturé en juillet 1999. Tomas Rojas était recherché depuis longtemps, et sa tête avait été mise à prix par les autorités. Il est notamment accusé d’avoir commandé, le 22 janvier 1991, l’embuscade à l’IED et à l’arme automatique qui avait coûté la vie à 11 policiers sur la route reliant les villes de Rancha et de Huascahura (Ayacucho), lors d’une grève armée décrétée par le PCP-SL dans cette région.

Arrestation de Tomas Rojas Márquez

Arrestation de Tomas Rojas Márquez

Les forces armées et la police nationale du Pérou (PNP) ont localisé des dépôts de la guérilla maoïstes en cinq endroits différents de la région de la vallée des fleuves Apurímac, Ene et Mantaro. Les opérations ont eu lieu les 16 et 17 août et les dépôts ont été découverts dans les districts de Sivia et d’Uchuraccay (province de Huanta), dans le district d’Ayna (province de La Mar) et dans la région d’Ayacucho. Ces dépôts contenaient une grande quantité de munitions, d’explosifs et d’accessoires pyrotechniques (détonateurs etc.), des publications politiques, des provisions, etc.

Un des dépots découverts dans la région VRAEM

Un des dépots découverts dans la région VRAEM

L’unité des forces spéciales de police « Terna » a réussi à capturer hier après-midi, dans le district de Nuevo Chimbote, Bernardo Laos Valencia (55 ans), le « camarade Carlos », qui aurait d’importante responsabilité dans le PCP-SL clandestin dans les provinces de Barranca et Chancay. C’est en tout cas à ce titre qu’il faisait l’objet de deux mandats d’arrêts pour « terrorisme aggravé » émis par la Cour pénale nationale de Lima.

Bernardo Laos Valencia

Bernardo Laos Valencia

Le matin du 28 juillet, les agents de la Direction contre le terrorisme (DIRCOTE) ont arrêté deux étudiants alors qu’ils arboraient un drapeau favorable à Abimael Guzman, le « Président Gonzalo » du PCP-SL. L’arrestation a été suivie de perquisition qui a permis de trouver des publication du MOVADEF, accusé par les autorité d’être le paravent légal du PCP-SL. Une audience préliminaire a décidé ce lundi de la détention provisoire des deux étudiants pour 9 mois en attendant leur procès pour « affiliation à une organisation terroriste », un délit passible d’une peine d’emprisonnement d’au moins 20 ans.

Les deux jeunes présentés par la police avec une banderole du MOVADEF dénonçant la justice

Les deux jeunes présentés par la police avec une banderole du MOVADEF dénonçant la justice

Un sous-officier des forces spéciales de la Force aérienne du Pérou a été tué hier vendredi, dans l’après-midi, lors d’un affrontement avec les guérilleros du PCP-SL dans le district de Huanta Canayre (région de la vallée des rivières Apurímac, Ene et Mantaro). Le sous-officier faisait partie d’une patrouille qui était allé renforcer les forces combinées (forces aériennes, armée et marine) qui étaient en état d’alerte dans la région. La patrouille était active depuis trois jours lorsqu’elle a été prise dans la jungle sous le feu des maoïstes.

Opération antiguérilla dans la région Vraem (archives)

Opération antiguérilla dans la région Vraem (archives)