Ce mercredi 1er décembre, la Police nationale du Pérou a fait état de la capture de Cristian Samaniego Herrera, alias « Cris » ou « Daniel » le 15 novembre dans le district de La Victoria. Cette arrestation a eu lieu dans le cadre de l’opération « Cristal 2021 », menée par Direction antiterroriste de la police et les Forces armées. Cristian Samaniego Herrera est accusé d’avoir organisé l’approvisionnement de la guérilla maoïste du PCP en matériel de communication dans la région Vraem.

 

Le juge Rafael Martínez Vargas, de la Cour pénale nationale transitoire pour le crime organisé, a décidé d’imposer 18 mois de détention préventive supplémentaires à 51 membres du MOVADEF poursuivis pour « crime de terrorisme, sous forme d’adhésion ou d’affiliation ». En décembre dernier, une grande opération policière avait débouché sur l’arrestation de 77 membres du MOVADEF, dont Edilberto Macarlupu García, Alfredo Víctor Crespo Bragayrac, Fernando Olortegui Crispín, Nérida Espinoza Montano et Isabel Meza Quintana. (voir notre article). La police persécute ce mouvement politique en l’affirmant subordonné au PCP-SL.

Membres du MOVADEF arêtés

Le bureau du procureur a demandé 18 mois de détention préventive pour 85 personnes accusées de faire partie des structures clandestines du PCP-SL. Sur les 85 personnes visées, 77 sont déjà détenues sous l’autorité du tribunal pénal supraprovincial transitoire spécialisé dans le crime organisé (voir notre article). La plupart des personnes arrêtées militent eu sein du Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux (Movadef).

Une manifestation du MOVADEF

Une manifestation du MOVADEF

Dossier(s): Amérique Latine Tags: , ,

En quelques jours, la Police nationale du Pérou a arrêté 77 personnes, sur une liste de 94 personnes visées, en les accusant d’être membre du Parti Communiste de Pérou (dit « sentier lumineux »). Cette opération policière, commencée le 2 décembre, et dénommée « opération Olimpo », prétend viser  les « bases clandestines » du PCP-SL à Lima et Callao. En fait, la plupart des personnes arrêtées font partie du Movimiento por Amnistía y Derechos Fundamentales (Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux: le Movadef, que les autorités péruviennes ont persécuté à plusieurs reprises (voir notre article). Parmi les personnes arrêtées, Alfredo Crespo, qui est l’avocat du président du PCP-SL et l’un des principaux dirigeants du Movadef. Alfredo Crespo a été arrêté et détenu à plusieurs reprises sous des accusations de ce genre (voir notre article).

Alfredo Víctor Crespo Bragayrac

Alfredo Víctor Crespo Bragayrac

Dossier(s): Amérique Latine Tags: , ,

Les policiers de la Direction contre le terrorisme (DIRCOTE) ont arrêté une femme qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour « terrorisme »: Paulina Pinco Huamán. L’arrestation a eu lieu à Santa Rosa de Pihuan, dans le district de Santiago de Pischa (province de Huamanga). Les forces de sécurité péruviennes accusent Paulina Pinco Huamán, 51 ans, d’avoir été un membre importante de la Force principale de la Base d’appui révolutionnaire 21, du Comité de zone d’Ayacucho. Elle est entre autre accusée d’avoir participé à une grande embuscade de la guérilla maoïste où 11 policiers avaient été tués.

Arrestation de Paulina Pinco Huamán

Le mercredi 4 mars, un convoi de plusieurs véhicules de la Police nationale péruvienne a été pris en embuscade dans la région des rivières Apurimac et Mantaro (VRAEM), dans la province d’Ayacucho. Les forces de sécurité effectuaient une opération anti-guérilla dans le district de Canayre. Les policiers étaient guidés par deux repentis du PCP-SL, connus sous les pseudonymes de « Raulito » et de « Luciano ». Les guérilleros ont fait exploser une charge de dynamite puis ont ouvert un feu nourri sur les véhicules de police, tuant les deux repentis et blessant quatre policiers. Un des véhicules a été incendié. Ces dernières semaines, plusieurs guérilleros, dont feus « Luciano » et « Raulito », se sont rendus aux forces de sécurité. Celles-ci essaient d’exploiter ces défections pour tenter d’éliminer les guérillas de leur bastion de la région VRAEM.

Le véhicule de police incendié après l'embuscade

 

Les agents de la Direction Contre le Terrorisme (Dircote) de la Police nationale du Pérou (PNP) ont arrêté Abilio Palomino Ñaña (Eracliyo Palomino Limache), dans le district de Llochegua (province d’Ayacucho). Palomino est accusé notamment d’avoir aurait participé à l’attaque du poste de police de la mine Cobriza, le 30 août 2007, par la guérilla du PCP-SL. Un sous-officier de la PNP  et un garde privé avaient été tués lors de cette action.

La maoïste arrêté aujourd'hui

Un responsable de la guérilla maoïste recherché, connu sous le nom de « Julio Chapo », mais s’appellant Hugo Sixto Campos Córdova, a été capturé par des militaires vendredi matin dans le district de Chinchihuasi, province de Churcampa (région de Huancavelica). Il était porteur d’un pistolet lors de son arrestation et a été transféré immédiatement à Lima par avion. Il est accusé d’avoir participé à plusieurs embuscades meurtrières de la guérilla maoïste dans la région VRAEM.

Le prisonnier lors de son transfert à Lima

Le prisonnier lors de son transfert à Lima

A une heure du matin, les membres de l’Association des familles de prisonniers politiques disparus et de victimes de génocide (Afadevig) ont organisé un sit-in devant la Cour constitutionnelle à Arequipa pour demander l’inconstitutionnalité de la loi n°30868. C’est sur base de cette loi, modifiant le règlement des cimetière, et appliquée de manière rétroactive, que les autorités péruviennes ont exhumé les dépouilles de maoïstes assassinés par les forces de l’ordre lors des grandes mutineries de 1986.

Plusieurs de ces dépouilles étaient en effet placée dans un mausolée du cimetière du district de Comas à Lima. Les autorités les ont déplacées et les ont enterrées en janvier de cette année, dans différents endroits, sans dire aux familles où se trouvaient désormais le corps de leur proche. Elles ont ensuite procédé à la destruction du mausolée (voir notre article).

La manifestation devant la Cour constitutionnelle

La manifestation devant la Cour constitutionnelle

Les policiers de la Direction contre le terrorisme (Dircote) ont réussi à identifier, localiser et capturer Herlinda Ventura Clemente, 40 ans, recherchée pour diverses actions de la guérilla maoïste depuis 1997 dans le département de Huancavelica. Connue sous les noms de guerre de ‘Marleni’ ou ‘Nora’, militante active du PCP-SL, membre de la force principale du Comité zona du PCP-SL, elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour « terrorisme » délivré par la chambre criminelle de Lima. Le dimanche 26 mai, une autre membre supposée du PCP-SL a été capturée à Huánuco: Adelina Mariluz Trujillo, 64 ans, une proche de Florindo Eleuterio Flores Hala, le « camarade Artemio ».

Herlinda Ventura Clemente

Herlinda Ventura Clemente