Les représentants du gouvernement des Philippines et de l’insurrection maoïste ont entamé leurs premiers pourparlers officiels mardi en Norvège, dans la banlieue d’Oslo. Les pourparlers, qui pourraient amener à une prolongation de la trève, portent d’abord sur des questions économiques. Les négociations se concentreront ensuite sur les questions politiques et constitutionnelles.

Les autorités ont annoncé aujourd’hui avoir arrêté Tirso Alcantara (alias Ka, ou camarade Bart), membre du Bureau politique du Parti Communiste des Philippines et commandant en charge de la NPA. Cette arrestation intervient quelques heures après la fin de la ‘trêve de Noël’ qui a duré 18 jours. Selon le chef de l’armée, Ka Bart a été capturé à Lucena City, au sud de Manille alors qu’il tentait de dégainer son arme. Blessé au cours de son arrestation, il a été transféré dans l’établissement médical du camp de l’armée Fort Bonifacio à Manille. Il s’agit du plus haut responsable maoïste arrêté depuis quatre ans. Alcantara était impliqué dans la reprise des négociations, prévue en février à Oslo et que son arrestation compromet.

Une trêve de Noël a été convenue entre l’armée gouvernementale et la guérilla communiste à partir du 16 décembre. Cette trève se fait sur un double fond de pourparlers pour trouver une solution politique et d’un regain des combats. Actifs dans presque 80 provinces de tout le pays, les combattants de la NPA ont dernièrement attaqués de nombreuses plantations, mines d’or et de cuivre, des tours de relais de téléphone portable.

Depuis que Gloria Macapagal-Arroyo a pris le pouvoir aux Philippines en 2001, plus d’un millier de militants et militantes sociaux et politiques ont fait l’objet d’exécutions extrajudiciaires. Ces crimes demeurent largement impunis. Un exemple emblématique de la répression est l’arrestation, le 6 février dernier, de 43 personnels médicaux de la ville de Morong accusés par les militaires d’être des membres de la NPA.

Paris : Lundi 22 novembre, à partir de 19h30, au CICP,

Nanterre : Mardi 23 novembre, 12h, campus de l’Université de Nanterre (Amphi C2 / RER Nanterre université)

Lyon : Mardi 23 novembre, 19h, campus des quais de l’université Lyon II (arrêt de tram T1, rue de l’université)

Toulouse : Mercredi 24 novembre dès 19h30 à l’Université Toulouse 2 Le Mirail – Amphi 9 (dans l’Arche)
Métro Mirail Université – Ligne A

En présence de :
– Gwenola Ricordeau, porte parole de Karapatan-France (ONG philippine de défense des droits humains), sociologue
– Concepción Empeño, membre de Desaparecedos (une organisation de proches de « disparus »), dont la fille, Karen, une étudiante de l’Université des Philippines a disparu en 2006
– Dan, militant philippin, réfugié politique aux Pays-Bas

France/Philipines: Série de conférences

Quatre combattants de la NPA ont été tués mardi pendant une fusillade avec des soldats de la 93e Cie de Reconnaissance divisionnaire dans le village de Maria, près de la ville de Mobo. Selon le porte-parole de l’armée, les guérilleros allaient placer des IED pour tendre une embuscade à l’armée.

Le Parti Communiste des Philippines a ordonné à la NPA de lancer de nouvelles attaques dans la zone de Mindanao contre des ‘cibles militaires légitimes’ comme une forme de ‘résistance face au regain d’activités d’offensives militaires’. Cet appel pour une action offensive renforcée est destinée à répondre de front au renforcement des opérations militaires en vertu de la campagne prolongée de contre-insurrection, Oplan Bantay Laya (OBL). Le Parti Communiste agit pour contrecarrer l’objectif gouvernemental d’écraser le mouvement révolutionnaire maoïste en trois ans, comme prévu par la nouvelle administration du président Benigno Aquino III. Un ordre similaire d’attaque a été également relayé vers d’autres unités de la NPA dans d’autres régions du pays.

Les activités militaires vigoureuses à Mindanao sont un résultat direct du prolongement de la campagne OBL. A l’origine, elle devait prendre fin en juin 2010, mais Aquino a cherché à étendre son exécution jusqu’à la fin de l’année. La NPA est donc prête à répondre à l’action du gouvernement, comme elle l’a d’ailleurs fait au cours de ces deux derniers mois par l’intermédiaire de plus de cinquante opérations.

Les guérilleros du Front 6 (Commandement Régional Centre-Nord) de la NPA, ont attaqué le 26 août dernier des soldats de la Compagnie de reconnaissance de la 4e Division d’Infanterie, opérant à Sitio Gamit, barangay de Santa Filomena, Quezon. Trois soldats dont un caporal ont été tués. D’avril à août de cette année, au moins 24 soldats des Forces Armées philippines (AFP) ont été tués dans différentes combats avec les guérilleros de la NPA.

Cinq soldats avaient été tués et un autre blessé quand environ 30 combattants de la NPA ont attaqué un poste d’armée à proximité de la commune de Veruela dans la province d’Agusan del Sur. Les troupes d’un camp militaire voisin sont venus à la rescousse de l’avant-poste assiégé, mais les guérilleros ont pu disparaître. Une opération de ratissage est en cours dans le secteur pour capturer les attaquants. il y a trois jours, huit soldats ont été tués dans une attaque semblable près deCatarman, dans la province du Samar du Nord.

Guérilléros de la NPA

Guérilléros de la NPA

La lutte organisée contre les disparitions en garde à vue a commencé en Amérique Latine. La lutte des « Mères de la Place de Mai » en Argentine a été un exemple pour beaucoup des personnes dans divers pays du monde. Aussi en Turquie où la résistance a débuté avec la campagne pour un militant révolutionnaire, Hasan Ocak disparu en 1995, dont on a fini par retrouver la dépouille portant des traces de tortures.

C’est suite à cette campagne que fut fondé, en 1996, le “Comité International Contre les Disparitions” (ICAD) dans le but de coordonner et d’organiser la résistance contre les disparitions à l’échelle internationale. La 2e Conférence Internationale Contre les Disparitions s’est tenue à Bogota en 1997. Deux membres d’une organisation que soutenaient la Conférence, ont été assassinés par les forces paramilitaires, avant la Conférence, le 19 mai 1997. Ils avaient enquêté et éclairci beaucoup des cas de disparition en garde à vue. La 3e Conférence a été réalisée aux Philippines, à Manille, en 1999, et la 4e en 2002 à Nuremberg. La 5e Conférence internationale d’ICAD est en préparation, elle se tiendra à Londres.

Ce dimanche 22 août à 13h, une soirée de présentation d’ICAD sera organisée à l’Institut kurde de Bruxelles, au 16 rue Bonnels à Saint-Josse.
Au programme : Présentation d’ICAD et de son histoire, projection d’un film documentaire, musique.

Logo d’ICAD

Lien vers le site d’ICAD

Logo d'ICAD