Louise, ancienne président d’Act Up Sud-Ouest, a été condamnée en première instance pour “injures publiques” suite à une action de dénonciation contre La Manif pour Tous, qui a porté plainte. L’audience en appel se déroulera le mardi 8 décembre 2020. Un rassemblement en solidarité est appelé devant le Tribunal de Grande Instance de Toulouse à 13h30.

L’événement Facebook.

Samedi 7 novembre 2020, une manifestation s’est tenue dans les rues de Toulouse à l’initiative des syndicats CGT et Sud du CHU de Toulouse afin de réclamer plus de moyen pour l’hôpital public et dénoncer les mesures liberticides du gouvernement. Plus de 5000 manifestant·e·s étaient présent·e·s malgré le confinement en vigueur en France.

Dans la manifestation, de nombreux secteurs étaient présents. Un pôle rouge et noir a été formé ainsi qu’un cortège de salarié·e·s de l’aéronautique avec une banderole « De l’aéro aux hôpitaux, ensemble contre le macronavirus ». Deux initiatives auxquelles des membres du Secours Rouge Toulouse ont participé.

Crédit photo : Révolution Permanente Toulouse

Une femme trans’ âgée de 38 ans est incarcérée à la maison d’arrêt de Toulouse-Seysses depuis plus de trois mois. Placée en détention provisoire, elle est poursuivie pour des faits de tentative d’homicide volontaire sur un homme qu’elle accuse de viol. Elle a été placée à l’isolement et elle est victime de transphobie de la part de l’administration pénitentiaire. Ses soutiens appellent à la solidarité pour l’aider à faire face à la situation. Une collecte de soutien a été mise en place ici et vous pouvez lui écrire en envoyant un mail à solidaritejennifer@riseup.net

Mardi 15 septembre, 7 personnes ont été arrêtées à Toulouse et condamnées à deux mois de prison ferme pour avoir tagué et collé des affiches dans la rue (voir notre article). Afin de témoigner de votre solidarité, vous pouvez leur écrire à ces adresses (voir l’article de CAMÉ pour des conseils de rédaction) :

Marius Lahaye n°45677 (MAH)
Zoé Van Bryck n°45678 (MAF)
Lucie Gomez n°45679 (MAF)
Brice Poirson n°45681 (MAH)
Simon Duval n°45682 (MAH)
MAF: Maison d’arrêt des Femmes
MAH : Maison d’arrêt des Hommes

Sur la lettre :

Nom et numéro d’écrou
MAF ou MAH de Seysses
10 rue Danielle Casanova
31600 SEYSSES

Une fresque réalisée en soutien par Arthur Plateau.

Une fresque réalisée en soutien par Arthur Plateau.

La semaine dernière, 7 personnes ont été arrêtées à Toulouse pour des tags et affiches et elles ont été condamnées en comparution immédiate à 2 mois de prison ferme (voir notre article). Une soirée est organisée vendredi 25 septembre à L’Obs à 18H (87 rue du 10 avril) pour organiser la solidarité et débattre du contexte politique actuel. Par ailleurs, la Bibliothèque anarcha-féministe organise un atelier d’écriture aux prisonnier·e·s mercredi 23 septembre durant sa permanence au Chat Noir de 16H à 20H (33 rue Antoine Puget).

Une des affiches collées par les 7 militant·e·s

Un militant d’Act Up Sud-ouest est convoqué le vendredi 25 septembre 2020 au Tribunal Judiciaire suite à un contrôle d’identité aux abords d’un rassemblement interdit en raison de l’état d’urgence sanitaire. Act Up Sud-Ouest appelle à un rassemblement de solidarité le vendredi 25 à 8h30 devant le Tribunal Judiciaire et exige l’arrêt des poursuites contre le militant.

Lundi 21 septembre, 7 personnes sont convoquées au commissariat, dont 5 pour une garde à vue, pour des faits supposés avoir été commis lors d’une initiative antifasciste en février dernier contre le Rassemblement National durant les élections municipales à Toulouse. De nombreuses organisations, dont le Secours Rouge Toulouse, appellent à un rassemblement de soutien lundi 21 septembre à 12h devant le commissariat central (métro Canal du midi).

L’événement Facebook

Mardi 15 septembre, 7 personnes ont été arrêtées à Toulouse et sont accusées d’avoir réalisé de nombreux tags, pochoirs et collé des affiches contre le capitalisme et le système pénal. Arrêtées et placées en garde à vue pendant 48H, elles ont été condamnées vendredi 18 septembre à deux mois de prison ferme avec maintien en détention à la maison d’arrêt de Seysses. Les chefs d’inculpation invoqués sont : dégradation aggravée en réunion, identité imaginaire et refus de signalétique et d’ADN. Une autre personne a également été interpellée à l’issue du procès pour « outrage à magistrat ».

une des affiches placardées