L’enquête se poursuit pour déterminer les responsabilités dans les morts des mineurs tués le 16 août dernier en marge de la grève des mineurs de Marikana. Hier, de nouveaux éléments accablants la police ont été révélés. Des photos suggèrent que de grands couteaux auraient été déposés à proximité des corps après qu’ils aient été touchés par balles. Su une photo, un homme mort est couché à même le sol près de la mine. Une seconde photo, prise plus tard le même jour, est identique mis à part qu’une machette se trouve sous la main droite de l’homme. L’enquête porte sur un total de 44 morts, alors que 34 grévistes sont décédés après que la police ait ouvert le feu sur la foule de mineurs. Cette dernière affirme avoir agi pour se protéger.

Dossier(s): Afrique Archives Tags: ,

Les étudiants de l’université, le personnel administratif et technique des universités de Madagascar mènent des grèves à répétition depuis les débuts de l’année et manifestent pour réclamer le paiement de leurs bourses ou de leurs salaires. Ce lundi, des étudiants d’Ankatso sont encore descendus dans la rue, érigeant des barrages et bloquant la route de l’université, empêchant ainsi les véhicules de circuler. Ils réclamaient non plus seulement le payement des bourses et équipements mais également la libération de leurs collègues placés sous mandat de dépôt. Les échauffourées se sont poursuivis jusque dans l’après-midi, les policiers de l’Emmoreg ripostant à coup de gaz lacrymogènes aux jets de pierres des étudiants.

Lors des manifestations des étudiants à Ankatso, mardi et mercredi derniers, 13 étudiants manifestants ont été arrêtés par les éléments de l’Emmoreg, dépêchés sur place. 6 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de Tsiafahy après leur déferrement au Parquet. Leur procès se déroule cet après-midi au tribunal à Anosy. Ils sont accusés de « vandalisme » et de « comportements répréhensibles envers les Forces de l’ordre ». Les éléments de l’Emmoreg sont allés jusque dans l’enceinte de l’université pour traquer les manifestants lors des dernières manifestations, ce qu’ils ne sont pas autorisés à faire (une plainte contre la police a été déposée par le président de l’Université d’Ankatso pour violation de la franchise universitaire).

ankatso.jpg

Une centaine de grévistes ont tenté de prendre d’assaut l’armurerie de la mine de Magdalena, exploitée par le groupe canadien Forbes & Manhattan près de Dannhauser, dans le nord du KwaZulu-Natal (est), quand ils en ont été empêchés par des vigiles. Les vigiles ont pourchassé les manifestants jusqu’au bidonville voisin, et en ont blessé deux, qui sont morts à l’hôpital. La police est alors intervenue. Les mineurs de la mine de charbon bitumineux de Magdalena sont en grève depuis le 17 octobre, et réclament d’importantes augmentations de salaires.

rsa5q.jpg

Vers 4h du matin cette nuit, une station électrique du site d’Anglo American à Rustenburg (où les mineurs sont en grève depuis le 12 septembre) a été incendiée. Plus d’un millier de mineurs étaient rassemblés aux alentours de la mine et ont fait barrage à l’arrivée des pompiers. Ces derniers ont immédiatement fait appel aux forces de l’ordre pour qu’elles dégagent la voie. La police a tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Depuis lors, les heurts se poursuivent mais aucun bilan quant aux victimes des affrontements n’a été communiqué.

Policiers sud-africains

Policiers sud-africains

Hier, des centaines de mineurs grévistes s’étaient rassemblés devant le stade de Rustenburg à 110 km de Pretoria pour empêcher la tenue d’une réunion du Congrès des syndicats sud-africains dont est membre le Syndicat national des mines. Les travailleurs mécontents voulaient s’opposer à l’accord conclu entre le syndicat et le producteur Anglo American Platinium (Amplats) pour réembaucher 12000 grévistes licenciés, accord à propos duquel les grévistes n’ont pas été informés, ni consultés. Cet accord pourrait dès lors signifier la reprise des grèves sauvages. ‘Nous ne savons rien de cela. Nous n’avons pas été consultés, nous l’avons simplement appris par la radio (…) Nous ne pouvons pas retourner travailler tant que nos demandes ne sont pas satisfaites’. Hier, la police a tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour disperser les centaines de manifestants qui bloquaient l’entrée du stade. Elle a expulsé 300 grévistes de l’enceinte et bloqué l’entrée avec des véhicules blindés. Des douilles jonchaient le sol et un hélicoptère a poursuivit des rondes au-dessus du stade après l’intervention des forces de l’ordre.

Mardi, les autorités ont arrêtés quatre mineurs dans le cadre de leur enquête sur les violences qui se sont déroulées en marge de la grève longue de six semaines à la mine de Marikana (nord du pays). Les quatre hommes interpellés sont poursuivis pour meurtre et font l’objet d’une garde à vue qui peut durer jusqu’à 48h. La semaine dernière, quatre autres mineurs grévistes avaient déjà été arrêtés dans le cadre de la même enquête. Le 16 août dernier, la police avait ouvert le feu sur la foule, abattant 34 grévistes et entraînant une flambée de contestation à travers le pays. Depuis lors, les actions de grève se multiplient dans toutes les mines et font toutes l’objet de la même répression policière et des mêmes vagues de licenciements en masse des grévistes.

Mardi, de violents affontements ont opposé des employés du groupe Hallmark et la police. Tôt mardi matin, lorsqu’ils ont appris qu’ils ne toucheraient pas encore leurs arriérés de salaires ni la prime pour l’Eid-ul-Adha, entre 5000 et 6000 travailleurs se sont rassemblés pour bloquer l’autoroute entre Dhaka et Aricha pour réclamer leur argent. Vers 11h, la police est intervenue pour tenter de disperser la foule afin de rétablir la circulation. Elle a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, ce à quoi les travailleurs ont répliqué avec des jets de pierre. Plus de 200 manifestants ont été blessés.

Heurts au Bangladesh

Heurts au Bangladesh

Mardi, de violents heurts ont une nouvelle fois opposés des grévistes et les forces de l’ordre dans plusieurs mines du pays. A Sishen (nord-ouest), la police est intervenue à la mine de fer exploitée par une filiale d’Anglo American pour déloger la centaine de grévistes qui bloquait l’entrée du site depuis le 3 octobre. La veille, la direction avait annoncé le licenciement de 300 employés, les grévistes menaçant alors de détruire du matériel. La police a arrêté 40 manifestants et sept personnes ont été blessées dans les affrontements. Sur le site exploité par Sarmancor près de Marikana (nord), la police a dispersé un rassemblement non autorisé de mineurs. Ceux-ci ont résisté et les forces de l’ordre ont procédé à 26 arrestations.

Hier, la police est intervenue dans le quartier d’Abobo à Abidjan pour libérer les voies occupées par des marchands ambulants. Plusieurs centaines de jeunes manifestants s’étaient rassemblés sur place pour s’opposer à cette opération d’évacuation. Dans un premier temps, les forces de l’ordre ont tenté de les disperser à l’aide de gaz lacrymogène, ce a quoi les manifestants ont riposté par des jets de pierre. Renforcée par l’arrivée en renfort de la gendarmerie et des soldats des Forces républicaines (FRCI), la police à ensuite procédé à des tirs de sommation et de nombreux coups de feu s’en sont suivis, blessant de nombreux manifestants.

Manifestation à Abidjan

Manifestation à Abidjan

Des affrontements ont opposé dans la nuit de vendredi à samedi des policiers à des manifestants non loin d’un puits de mine d’Anglo American Platinum près de Rustenburg, à 120 kilomètres au nord-ouest de Johannesburg. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc pour disperser un millier de manifestants qui défilaient en direction d’un puits de la mine de Khomanani, exploitée par Amplats. Les manifestants ont riposté par des jets de cocktails Molotov, endommageant un véhicule de police. Les forces de l’ordre n’ont pas fait état de blessés. Quatre personnes ont été arrêtées.

Une grande partie de l’industrie des mines de platine et d’or est paralysée par des grèves sauvages qui ont commencé début août et se sont intensifiées après que la police a tué 34 grévistes à la mine de platine de Marikana exploitée par Lonmin. Des centaines de mineurs ont également manifesté devant le siège d’Imapala Platinum samedi à Johannesburg pour déposer une liste de doléances.

mineursrsa.jpg