Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Lundi soir, un véhicule piégé a explosé devant le tribunal de la ville de Newry, à 35 kilomètres au sud de Belfast. Vers 22h, la police locale a été avertie de la présence d’un véhicule suspect et était en train de faire évacuer la zone lorsque la bombe a explosé vers 22h30. Il semblerait, selon certaines sources, que cette action soit l’oeuvre d’un groupe dissident de l’IRA, condamnant les accords conclus au début de mois entre les premiers ministres anglais et irlandais. Si cela se confirme, cet action serait le premier perpétré par l’IRA depuis plus de dix ans. Il y avait eu quelques tentatives qui s’étaient soldées par des échecs. Néanmoins, l’Irlande du Nord reste le terrain de tentatives d’explosion, d’action contre les forces de l’ordre, attaques de commissariats,… revendiqués par différents collectifs républicains.

Une voiture piégée a été garée aux abords du bâtiment de la police de Belfast par des militants de l’IRA-Véritable ou de l’IRA-continuité ce samedi. Elle contenait près de 180 kilos d’explosifs. Le véhicule a pris feu mais n’a pas explosé et n’a fait aucun dégâts. Le bâtiment visé était le siège du Policing Board, qui supervise toutes les opérations de la police.

Dans le même temps, une patrouille de police essuyait plusieurs coups de feu près d’Enniskillen, en Irlande du Nord. L’attaque est attribuée à une des organisations républicaines dissidentes refusant l’Accord du Vendredi Saint, IRA-Véritable ou IRA-Continuité. C’est à Enniskillen, fief du mouvement républicain, qu’en 1981, Bobby Sands fut élu à la Chambre des Communes. Deux hommes ont été interpellés en Irlande du Nord et un troisième en République d’Irlande.

Marian Price (photo) a été une première fois arrêtée et emprisonnée pour son rôle dans la plus grande campagne de l’IRA sur le sol britannique: quatre voitures piégées ont frappés le parlement, le palais de justice et des casernes. 200 personnes ont été blessées et un homme est mort d’une crise cardiaque. Marian Price, sa soeur et huit autres militants de l’IRA ont été condamnés à la prison à vie, peine qui a finalement été réduit à vingt ans. Leur grève de la faim de 200 jours (avec nutrition forcée par intubation) pour obtenir leur détention en Irlande a été une cause fameuse pour le mouvement républicain.

Dans les années 90, Marian Price a manifesté son opposition à l’accord de paix signé par le Sinn Fein. A propos des Accords du Vendredi Saint, elle a déclaré: ‘Ce n’est certainement pas pour cela ce que je suis allé en prison.’ Elle avait d’ailleurs prononcé un discours d’hommage aux funérailles de Joseph O’Connor, un membre de l’IRA Véritable assassiné par l’IRA Provisoire. Elle jouait un rôle de premier plan dans le Mouvement pour la Souverainté des 32 Comtés et était porte parole d’une association de soutien aux prisonniers républicains: l’Irish Republican Prisoners Welfare Association.

Des policiers lourdement armés avaient effectué hier un raid sur sa maison à l’ouest de Belfast et l’ont arrêté parce qu’elle aurait été en relation avec une des deux personnes accusée de l’attaque contre la caserne de Masereene en Irlande du Nord en mars 2009, au cours de laquelle deux soldats britanniques ont été abattus – une action revendiquée par l’IRA Véritable. Marian Price a été libérée aujourd’hui de sa prison de la caserne d’Antrim.

Marian Price

Marian Price