Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le leader républicain nord-irlandais Gerry Adams a été libéré dimanche soir, après avoir passé quatre jours en garde à vue, près de Belfast. Le président du Sinn Fein, qui est par ailleurs député de la République d’Irlande, était entendu par la police pour des faits remontant à 1972. C’est à un procureur de décider, à la lecture des interrogatoires de sa garde à vue, de l’inculper ou non.

Quelque 400 personnes se sont réunies samedi après-midi à Belfast pour réclamer la libération du leader républicain Gerry Adams, dont la garde à vue depuis mercredi soir liée à une exécution de l’IRA remontant à 1972 ravive la colère dans la partie du camp républicain qui a choisi l’arrêt de la lutte armée et renoncé à l’indépendance et à la réunification de l’Irlande au profit d’un statut d’autonomie. Ils accusent une partie de la police d’être opposée au processus de paix et de régler ses comptes avec Gerry Adams et le Sinn Fein. Les policiers ont obtenu vendredi une prolongation de la garde à vue de Gerry Adams, jusqu’à dimanche soir.

Irlande du nord: Détention prolongée pour Gerry Adams

Gerry Adams, ancien dirigeant de l’IRA qui avait négocié la fin de la lutte armée pour la majeure partie de l’IRA, a été arrêté mercredi soir par la police nord-irlandaise dans le cadre de l’enquête sur l’exécution fin 1972 d’une Irlandaise accusée par l’IRA d’informer la police. Un homme et une femme d’un cinquantaine d’année avait été arrêtée les 2 et 16 avril pour la même affaire. Adams, 65 ans, président du parti nationaliste Sinn Féin et député (d’abord de Belfast-Ouest, maintenant du comté de Louth) s’était présenté de lui-même au poste de police d’Antrim. Adams a déclaré ne pas se désolidariser des actions de l’IRA mais être étranger à cette affaire particulière.

Marian Price, 59 ans, qui avait reconnu avoir fourni un téléphone portable à des membres de l’IRA Véritable (Real IRA), téléphone qui avait servi à reveniquer la mort de deux soldats britanniques dans une caserne en Irlande du Nord, peu avant leur déploiement en Afghanistan, a été condamnée mardi à une peine de 12 mois de prison fermes et de trois ans de sursis. En raison du temps passé en préventive, elle a été libérée. Marian Price qui avait été détenue sept ans, de 1973 à 1980, pour une attaque à la bombe contre un tribunal londonien, est en mauvaise santé. Au moment de son arrestation 2011, elle a été secrétaire du Mouvement pour la Souveraineté des 32 Comtés.

Irlande du Nord: Marian Price est libre

En 2001, une équipe dirigée par des universitaires du Boston College, aux Etats-Unis, a décidé de faire témoigner des anciens de l’IRA. Pendant cinq ans, vingt-six d’entre eux acceptent de raconter leur histoire, avec une condition absolue : les entretiens ne doivent être dévoilés qu’après leur mort. Parlant librement, ces hommes et femmes expliquent dans ces enregistrements comment ils ont combattu. S’ils se sentaient aussi libres de s’exprimer, c’est parce que leur intervieweur était Anthony McIntyre, lui-même un ancien de l’IRA, qui a passé dix-huit ans en prison avant de devenir universitaire.

Dans le seul témoignage qui ait été diffusé jusqu’à présent, Brendan Hughes, héros des grèves de la faim des prisonniers républicains des années ’80, décédé en 2008, attribue à Gerry Adams la direction de la branche de l’IRA chargée d’exécuter secrètement ceux qu’elle estimait être des traîtres. Les enquêteurs chargés du dossier Jean McConville (abattue en 1972 parce qu’elle était soupçonnée – à tort – de donner des informations aux services britanniques) ont lancé plusieurs procédures judiciaires pour saisir deux autres enregistrements qu’elle soupçonne contenir des informations sur l’affaire. Après un refus initial, le Boston College a accepté d’en remettre un premier à la justice américaine. Anthony McIntyre et Ed Moloney, le directeur du projet, ont fait appel, suspendant le transfert des cassettes aux autorités nord-irlandaises.

Le prisonnier républicain Brian Shivers, atteint d’une mucoviscidose en phase terminale a été victime d’une bastonnade acharnée aux mains des gardiens loyalistes de l’Association des Gardiens de Prison de Maghaberry, le mercredi 15 février. Brian Shivers est maintenant à l’hôpital et tente de se remettre des suites de cet assaut brutal. Cet incident n’est pas un fait isolé. Brian Shivers avait été condamné en janvier à la prison à vie pour l’action revendiquée par l’IRA Véritable (Real IRA), qui avait coûté la vie à deux soldats britanniques le 7 mars2009.

Irlande: Un prisonnier républicain malade sévèrement battu

Dans un communiqué au quotidien The Guardian, la Real IRA a reconnu être responsable des attaques contre deux banques en Irlande du Nord ainsi que de celle contre les bureaux de la ‘City of Culture’ à Derry la semaine dernière. L’organisation affirme qu’elle va continuer à viser les intérêts économiques, comme elle l’avait affirmé en septembre dernier, lorsqu’elle avait publié une déclaration affirmant que les banques et les banquiers pourraient être visés par diverses actions.

Aujourd’hui, un de ses représentants a déclaré au Guardian que les dernières attaques, ainsi que celles à venir, sont la réponse de l’organisation à la cupidité des banquiers et qu’elles visent à délivrer le message que bien que la lutte nationale irlandaise et la lutte des classes soient distinctes, elles ne sont pas séparées. Il a affirmé que les bureaux de la ‘City of Culture’ était une cible symbolique parce que la décision de les attribuer à la ville de Derry sous-tendait l’autorité britannique sur la ville. ‘De telles attaques font partie intégrante de notre stratégie qui consiste à viser l’infrastructure financière qui soutient le système colonial capitaliste du gouvernement britannique en Irlande. L’impulsion pour mettre à exécution ce genre d’attaque est directement liée à la pression des communautés ouvrières en Irlande dans leur ensemble. Il est évident que notre objection à la ‘City of Culture’ est concentrée sur l’exploitation politique du nom et de la culture de Derry par les britanniques’.

Militant de la Real IRA

Militant de la Real IRA

En août 2009 s’est ouvert à Vilnius le procès de Michael Campbell, 39 ans, originaire du comté de Louth en Irlande du Nord et soupçonné d’être membre de la Real-IRA. Il était accusé d’avoir tenté d’acheter des armes, dont des grenades, des fusils, des détonateurs et des explosifs en vue de les ramené dans son pays. Au cours du procès, des images et des conversations enregistrées clandestinement ont été produites devant le juge. Parmi celles-ci, un entretien téléphonique au cours duquel il aurait été en train de planifier une action à l’explosif à Londres. Campbell avait été arrêté à Vilnius en janvier 2008 dans le cadre d’une vaste opération menée conjointement par les autorités lituaniennes et irlandaises. Aujourd’hui, il a été reconnu coupable de soutien à une organisation terroriste, de possession illégales d’armes et de tentative de contrebande. Il écope d’une peine de douze ans fermes.

Michael Campbell

Michael Campbell

Les autorités ont interpellé ce lundi trois hommes qu’elles suspectent d’appartenir à l’IRA et d’avoir préparé des attaques à la bombe dans la ville de Londonderry. Tous trois, âgés entre 46 et 56 ans, ont immédiatement été placés en détention et interrogés dans un centre proche de Belfast. La police a déclaré avoir découvert un engin suspect le long d’une route à proximité de la ville ainsi qu’un autre à côté de la gare de Newry.

Pour la première fois depuis 1922 et l’indépendance de l’Irlande du Nord, un souverain britannique s’y rend en visite diplomatique. 8000 policiers et 2000 militaires ont été déployés suite à l’annonce de plusieurs organisations irlandaises de leur mécontentement quant à cet événement. Deux alertes à la bombe ont été déclenchées lundi soir à Londres. Au même moment, un IED en état de fonctionnement a été désamorcé dans un autobus à Maynooth, près de Dublin. L’alerte avait été donnée par un appel anonyme. Par ailleurs, la police aurait également retrouvé un colis suspect à proximité d’une ligne de chemin de fer dans la banlieue de la capitale. Aucune revendication quant à ces quatre actions n’a encore été rendue publique, mais les autorités ont d’ores et déjà déclaré suivre la piste de l’IRA-continuité. Le mois dernier, à l’occasion d’un meeting, un membre cagoulé de l’organisation avait prononcé un communiqué dans lequel il s’insurgeait contre la visite de la reine et l’accusait de crime de guerre. Il avait conclu son discours en disant: ‘Malgré tous les efforts des médias, des grandes entreprises et d’autres centres de pouvoir pour dépeindre cette visite comme étant acceptable, nous affirmons clairement que le peuple irlandais ne capitulera pas‘.