Une cinquantaine de personnes, parmi lesquelles une délégation de notre Secours Rouge, avaient répondu à l’appel du Comité Mapuche de Belgique à manifester ce mercredi devant l’ambassade du Chili. Il s’agissait de se solidariser avec les 50 prisonniers politiques mapuches et particulièrement avec Pascual Pichún Collonao, arrêté le 26 février et détenu à la prison de Traiguén, avec d’autres prisonniers politiques mapuches.

Manifestation devant l’ambassade du Chili à Bruxelles


Manifestation devant l’ambassade du Chili à Bruxelles (2)

EDIT: A l’issue de la manifestation, deux personnes ont été brièvement arrêtées.

Manifestation devant l'ambassade du Chili à Bruxelles
Manifestation devant l'ambassade du Chili à Bruxelles (2)

Pascual Pichùn Collonao est un étudiant mapuche de 27 ans de la Faculté de journalisme de la UNLP, Argentine. Il est accusé d’avoir participé en 2002 à l’attaque incendiaire d’un camion transportant du bois, non loin du village dans lequel il vit avec sa famille. En 2003, il est condamné, au même titre que son frère Rafael à 5 ans et un jour de prison, suite à un procès inéquitable et irrégulier. La loi anti-terroriste a été appliquée, ce qui signifie dans cette affaire des peines trois fois supérieures aux peines de droit commun.
Pascual Pichun a longtemps échappé à l’arrestation, mais il a finalement été arrêté à Temuco le 26 février 2010, et il est aujourd’hui détenu à la prison de Traiguen avec d’autres prisonniers politiques mapuches. Parallèlement le père de Pascual à lui-même été condamné sur base de la loi antiterroriste, héritage du régime pinochétiste et essentiellement appliquée dans les conflits politiques opposant gouvernement et communautés mapuches. Cette loi permet notamment que des civils soient jugés par des tribunaux militaires utilisant des « témoins sans visage »

Pour exiger la liberté immédiate de Pascual Pichun, la cessation du harcèlement quotidien vécu par sa famille et son peuple, la liberté de tous les prisonniers politiques de l’État Chilien, l’abrogation de la loi anti-terroriste et le respect des droits des peuples indigènes, une manifestation aura lieu ce mercredi 23 juin devant l’ambassade du Chili, Rue des Aduatiques, 106 (Metro Montgomery), de 15 à 17 H.

Affiche de la manifestation pour les prisonniers mapuches

Affiche de la manifestation pour les prisonniers mapuches

Mercredi 10 mars, un engin explosif a visé le service social privé de la société Petróleo y ‘Gaz’ de Neuquén, en territoire Mapuche, dans la Patagonie argentine. L’action a été revendiquée par la ‘Cellule Armée pour la Défense du Paxamama (en langue quecha: la Terre-Mère) Marco Camenisch’. Le communiqué revendique le retrait du territoire mapuche des propriétaires fonciers, des latifondistes, des entreprises agricoles et forestières, ainsi des forces de police de l’Etat argentin.

Marco Camenisch est un prisonnier vert-anarchiste qui, pour avoir dynamité les pylônes de trust de l’énergie nucléaire et pour avoir résisté les armes à la main à ses arrestations, a purgé en raison de son opposition déclarée et irréductible au système. Les autorités suisses lui refusent les congés pénitentiaires dont il pourrait bénéficier en invoquant ouvertement le refus de Marco de se repentir.

Le 8 janvier 2010 devrait s’ouvrir le procès d’Elena Varela à Villarrica, à 650 kilomètres au sud de Santiago, après que son avocat ai par deux fois réussi à lui éviter le tribunal. La cinéaste et militante de gauche chilienne est accusée de ‘terrorisme’ pour avoir réalisé des documentaires sur les Mapuches.

Ces derniers sont le principal groupe ethnique du Chili (6% des 17 millions d’habitants). Depuis la fin du 19ème siècle, ils subissent une politique répressive de l’Etat qui prend la forme d’expropriations, souvent violentes, en vue d’installer des filiales de multinationales. Les Mapuches vivent pauvrement sur leurs terres ancestrales, qui sont pour la plupart infertiles. Ils sont souvent privés du système de santé et d’éducation. Une partie d’entre eux s’est radicalisée ces derniers mois, dénonçant les violences de la police militaire, ainsi que la militarisation de leur territoire par l’armée chilienne. Des dizaines de dirigeants mapuches sont actuellement en prison, et des centaines attendent d’être jugés.

C’est pour avoir filmé ces tribus qu’Elena Varela risque aujourd’hui 15 ans de prison. Elle a été arrêtée en mai 2008 et a passé trois mois en prison avant d’être mise en liberté provisoire. Son avocat dénonce ‘un montage politico-judiciaire contre une intellectuelle qui veut montrer la discrimination dont sont victimes les Mapuches. Le gouvernement n’écoute pas les Mapuches, et les traite comme des mouches qu’il faut chasser.

William Henry Fische est un entrepreneur américain, dont le projet actuel consiste en la mise en place de mégaprojets touristiques dans le Sud de l’Argentine. Or, cette zone constitue le territoire ancestral d’une grande communauté mapuche. Fische, disposant d’une grande fortune personnelle ainsi que des contacts argentins adéquats, a délogé les membres de la communauté Paicil Antriao de leur village. Mercredi dernier, des dizaines de familles mapuches de la localité Villa la Angustora ont violemment été chassées et ont vu leurs maisons détruites. L’expulsion a été réalisée en présence du Secrétaire de la Sécurité de la Province et d’un procureur.

Expropriation des mapuches

Expropriation des mapuches

Le Comité Mapuche Belgique organise le 5 juin une soirée de solidarité en la présence de la poète et militante mapuche Rayen Kvyeh. Rayen Kvyeh est née à Huequén et a vécu toute son enfance à la campagne où elle a suivi l’école primaire. Durant les années 1976-1978, elle dirige le Théâtre Trigal à Conception. En décembre 1981, persécutée et emprisonnée par la dictature, elle est contrainte à l’exil et part en l’Allemagne. Elle y dirige le théâtre Las Hormigas à Freibourg et écrit chroniques et poèmes. Elle a également dirigé et publié des chroniques dans la revue Huerquén du Comité Extérieur Mapuche. En 1992 est publié en Allemagne son livre Wvne Coyvn Ñi Kuyeh en mapudungun (langue des mapuches) et en allemand. Un hommage lui a été rendu en 1993 pour son travail littéraire à l’Atelier International de Poésie des Caraïbes et du Monde. Elle est récompensée en 1995 de la ‘Placa José María Heredia’ au Festival International de Poésie des Caraïbes et du Monde et participe à une anthologie de poésie de l’Union Nationale des Écrivains et Artistes Cubains. Elle vit actuellement à Temuko (Chili) où elle dirige la Casa de Arte Mapuche et la revue d’Art, Science et Pensée Mapuche.

Ne manquez pas sa conférence et lecture de poèmes, le vendredi 5 juin à 19h à la Maison de l’Amérique Latine – 27 rue du Collège à 1050 Bruxelles.

Affiche pour la soirée pour le peuple mapuche

Affiche pour la soirée pour le peuple mapuche

Le Peuple Mapuche et le Centenaire de la naissance de Salvador Allende

Le 5 novembre 1970, au stade national de Santiago, on célébrait le triomphe de l’Unité Populaire: Salvador Allende devenait président socialiste du Chili. ‘Nous sommes ici aujourd’hui pour commémorer le commencement de notre triomphe, mais aussi celui des autres qui ont aujourd’hui vaincu avec nous. Ils sont ici: Lautaro et Caupolicàn fraternisant malgré la distance avec Tupac Amaru et Cauthémoc’

Lire le communiqué – format pdf

Reçu sur le mail du SR:

Le soir du 7 février, nous avons été bomber ‘JUSTICE POUR LES MAPUCHES’ sur l’ambassade du Chili à Bruxelles. Par cette initiative, nous montrons notre solidarité avec le peuple mapuche et avec tout le peuple chilien vendu par la social-démocratie, comme il l’avait été par les fascistes, aux multinationales.’

Bombage pour les mapuches

[rouge]Vive l’internationalisme prolétarien! La solidarité est notre arme![/rouge]

Bombage pour les mapuches