Trois prisonniers politiques mapuche – Luis Humberto Marileo, Cristian Pablo Levinao Melinao et Leonardo Quijon Pereira – sont en grève de la faim depuis le 7 avril 2014 à la prison d’Angol pour la troisième fois depuis leur détention. Ils revendiquent la révision de leurs condamnations, leur transfert immédiat dans le Centre d’Education et de Travail (CET) d’Angol, mesure déjà octroyée par différents gouvernements à la suite de trois grèves de la faim antérieures, la grâce humanitaire pour José Mariano Llanca Tori, également prisonnier politique mapuche à Angol, atteint d’une hépatite aiguë et transféré depuis mercredi 7 mai à l’hôpital de Temuco.

Chili: Longue grève de la faim de 3 prisonniers mapuches

Vendredi, des centaines de personnes ont défilé dans le centre de Santiago en hommage à Matias Catrielo. Il y a six ans, le jeune mapuche de 21 ans, étudiant en architecture, a été tué par la police dans un domaine appartenant à un grand propriétaire, Werner Luchsinger, dont une partie est revendiquée par les communautés capuches. De violents affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants qui dénonçaient par ailleurs la violente répression dont sont victimes les communautés autochtones.

Répression d'une manifestation en mémoire d'un jeune mapuche

Vendredi soir et tôt ce matin, la police militaire a organisé une descente à l’intérieur de Lof Chequenco de Ercilla où réside la communauté mapuche Newen Mapu. Les soldats sont intervenus contre les familles mobilisées qui tentent d’empêcher l’appropriation de leurs terres par des entreprises privées. Un enfant et deux femmes ont été grièvement blessés lors de cette intervention. Le jeune garçon de onze ans a été touché par des balles en caoutchouc à sept reprises, tandis que les deux femmes souffrent de multiples blessures aux jambes et aux pieds. L’une d’elle est la soeur de Millacheo Fernando, détenu à la prison d’Angol et qui mène depuis vingt jours une grève de la faim pour exiger l’annulation de sa condamnation. Il a été condamné en février dernier pour ‘vol, tentative de meurtre et incendie volontaire’. Fernando est surtout un militant qui lutte contre la militarisation et la vente à des intérêts privés de l’Araucana, territoire ancestral mapuche.

Raid contre une communauté mapuche

Raid contre une communauté mapuche

Des centaines de personnes ont pris part à la procession funéraire de Rodrigo Melinao. Le jeune homme avait été retrouvé mort, abattu de deux balles dans le thorax, à proximité d’une ferme dans une zone très militarisée où les forces spéciales de police effectuent des raids quotidiens. Elles y répriment la communauté mapuche qui lutte contre l’appropriation par des sociétés privées de son territoire ancestral. Melinao y vivait dans la clandestinité après avoir été condamné en juillet dernier pour avoir mené des actions de libération des terres. La procession, longue de plusieurs dizaines de mètres, a été violemment réprimée du début à la fin, et de violents affrontements ont opposé les Mapuches et les forces de l’ordre.

Répression de la procession funéraire de Rodrigo Melinao
Affrontements à la procession funéraire de Rodrigo Melinao

Hier, le corps sans vie de Rodrigo Melinao a été retrouvé à proximité d’une ferme revendiquée comme étant sur son territoire par la communauté mapuche. Le jeune homme de 26 ans a été abattu de deux balles dans le thorax. Il vivait dans la clandestinité depuis le 26 juillet, jour où il a été condamné pour avoir pris part aux événements d’octobre 2011 au cours desquels un groupe de villageois avait mis le feu à des terres que s’était appropriée une entreprise privée et endommagé plusieurs de ses véhicules. Dans la soirée, plus de 200 personnes se sont rassemblées à Santiago pour dénoncer le meurtre de leur ‘frère’ et exiger que soient entendues les revendications de la communauté Mapuche. Vers 21h, les forces spéciales de la police sont violemment intervenue pour disperser la foule. Des affrontements s’en sont suivis et une dizaine de personnes auraient été interpellées.

Hommage à Rodrigo Molinao réprimé

Hommage à Rodrigo Molinao réprimé

Mardi, un groupe de Mapuches s’était réuni devant le tribunal de Collipuli, dans le sud du Chili pour soutenir Fernando Millacheo qui devait y comparaitre dans la journée. Millacheo est détenu dans l’attente d’un éventuel procès, poursuivi par les autorités chiliennes pour vol, tentative de meurtre et incendie volontaire. Depuis sept semaines, tout comme les autres prisonniers Mapuches dans le reste du pays, il mène un grève de la faim pour dénoncer les spoliations dont est victime le peuple mapuche. En effet, depuis plusieurs mois, la militarisation de l’Araucania, territoire mapuche, s’intensifie. Hier, le rassemblement a tourné à l’affrontement entre les indigènes et les forces de l’ordre, celles-ci arrêtant vingt manifestants pour avoir lancé des pierres à l’extérieur du bâtiment.

Une quarantaine de personnes, dont une délégation de notre Secours Rouge, étaient présentes devant l’ambassade du Chili à Bruxelles pour dénoncer la répression qui frappe le peuple Mapuches luttant contre les spoliations et pour soutenir la grève de la faim des prisonniers politiques mapuches. Si la grève de la faim se poursuit, un nouveau rassemblement aura lieu devant l’ambassade vendredi “en huit”.

Belgique/Chili: Manifestation pour les Mapuches

La militarisation des territoires Mapuche s’intensifie et l’Araucania est en état de siège et les prisonniers mapuches sont en grève de la faim. Un rassemblement est organisé ce jeudi 10 janvier17h devant l’ambassade du Chili, 106, rue des Aduatiques á 1040 Bruxelles (métro Montgomery).

Belgique/Chili: Rassemblement de soutien aux Mapuches ce jeudi

Des manifestants masqués ont attaqué le domaine d’un grand propriétaire bien connu de la région, Werner Luchsinger, qui a péri dans l’attaque, ainsi que son épouse. Les Luchsinger descendent de citoyens suisses qui ont colonisé la région au début du XXe siècle, ayant des responsabilités dans les massacres et la dépossession des Mapuches. Ils possèdent encore 1.200 hectares dans la région, dont beaucoup sont revendiqués par les communautés mapuches.

Le président chilien a annoncé l’activation de la loi anti-terroriste, de nouveaux équipements pour la police, un nouvel hélicoptère de surveillance, quatre nouvelles voitures de police blindés, la mise en œuvre de la technologie de vision nocturne et la création d’une unité spécialisée dans la lutte contre le terrorisme. La police a arrêté un mapuches, Celestino Cordova Transito Cerafin, 26 ans, qui a reçu une balle dans le poumon qui pourrait être tirée du fusil de Luchsinger. Cette attaque coïncidait avec le cinquième anniversaire de la mort du jeune étudiant mapuche Matias Catrileo, tué par la police dans un autre domaine des Luchsinger.

A Santiago du Chili, des manifestations ont également eu lieu pour la 5e commémoration de la mort de Matías Catrileo. A l’arrivée sur Plaza de Armas, des manifestants masqués ont lancé des molotovs contre deux agences bancaires, érigé et incendié des barricades, attaqué d’autres locaux commerciaux. Des affrontements avec les Forces Spéciales des carabiniers ont eu lieu, ces derniers utilisant leurs véhicules blindés pour lancer eau et gaz, et disperser les manifestants. Tout le centre de Santiago est vite devenu un grand chaos.

Chili: Escalade meurtrière dans les territoire mapuches