Tous les participants belges à la mission internationale “Bienvenue en Palestine”, qui avaient été arrêté à l’aéroport de Ben-Gourion-Tel-Aviv, sont donc revenu au pays depuis dix jours. Reste un membre de la mission qui a réussi à entrer en Palestine et qui a pu participer à une manifestation. voici la vidé de son arrestation brutale en Cisjordanie. Le militant est toujours détenus par les Israéliens.

et pour le plaisir, la vidéo de l’arrivée du premier groupe de 22 militants libérés, parmi lesquels ceux de notre Secours Rouge, à Zaventem le 11 juillet.

Le « Projet de loi sur le boycott » a été adopté en dernière lecture au parlement israélien lundi 11 juillet avec 47 voix pour et 38 contre. La nouvelle loi permet aux citoyens de mener des poursuites civiles contre des personnes et des organisations qui appellent à des boycotts économiques, culturels ou universitaires contre Israël, les institutions Israéliennes ou des régions sous « contrôle Israélien ». La loi visant les campagnes de boycott contre les colonies sionistes dans les territoires occupés. Elle empêche également le gouvernement de faire des affaires avec des entreprises qui lancent ou réalisent de tels boycotts.

Les 3 derniers militants belges de la mission “bienvenue en Palestine” qui étaient en prison ont été accueilli hier à Zaventem. Un militant belge qui avait réussi à passer les check-points de Ben-Gourion s’était arrêter dans la journée par l’armée israelienne, alors qu’il participait à une manifestation.

Quatorze militants pro-palestiniens belges qui étaient incarcérés depuis vendredi en Israël sont arrivés lundi soir à Brussels Aiport. Ils ont été accueillis à Zaventem par environ 200 sympathisants et membres de leur famille. Ils avaient voulu participer à l’opération “Bienvenue en Palestine” pour protester contre le blocus de la bande de Gaza par Israël, mais avaient été arrêtés dès leur arrivée à Tel Aviv. Les 14 belges rentrés lundi soir étaient détenus dans un centre de détention pour immigrants illégaux. Reste deux militants belges emprisonnés en Israel.

Lire le témoignage d’un camarade du premier groupe

C’est finalement à 1 heure du matin que les 22 premiers militants de la mission internationale “Bienvenue en Palestine” sont arrivé dans le hall d’accueil de Zaventem. Ils n’ont finalement pas pris le vol annoncé de Tel Aviv mais un vol via Francfort. Parmi eux, les militants de notre Secours Rouge. Un nombreux comité d’accueil occupait le hall, scandant des slogans pro-palestiniens.

Zaventem: Arrivée des 22 premiers militants pro-palestiniens

A 16H00, un nouveau rassemblement s’est tenu (avec une délégation de notre SR) devant le ministère des affaires étrangères pour soutenir les militants pro-palestiniens détenus en Israël, et pour exiger des information de la part du ministère. A 17H30, un représentant du ministère a annoncé que les 22 militants qui s’étaient rendu à Ben-Gourion-Tel-Aviv via Francfort étaient libéré et arrivaient à Zaventem ce soir par Lufthansa. Les autres – à l’exception de deux – seraient de retour demain par les vols Alitalia, Swiss et Austrian.

Les militants du Secours Rouge arrêtés ont effectivement pu envoyer un SMS expliquant qu’ils étaient libérés/expulsés et qu’ils arrivaient ce soir à 22H00 à Zaventem. Un appel a été lancé pour accueillir les manifestants libérés à l’aéroport.

Manif pour les pro-palestiniens détenus

Manif pour les pro-palestiniens détenus

La police est intervenue en nombre et brutalement samedi à l’Hôtel de Ville de Paris, samedi en début d’après-midi, et a arrêté une grosse centaine des sympathisants de la cause palestinienne qui tenaient un assemblement pacifique devant l’immeuble. Des coups ont d’abord été assénés aux manifestants, qui dénoncent la collaboration du gouvernement français avec le terrorisme d’Etat israélien, et au moins une personne, une femme, a été blessée par aspersion de gaz lacrymogènes à bout portant en plein visage. Après les coups et le kessel, les interpellations massives : une centaine en tout, de militants conduits dans deux commissariats vers 16 h 00.

Le rassemblement avait pour objet de réclamer la libération de la centaine de militants de la mission “Bienvenue en Palestine”, dont 46 Français, emprisonnés par Israël. La Consule générale de France à Tel Aviv, qui a vu les prisonniers ce samedi , s’est acquittée de son obligation légale de manière désagréable, et a même tenté de sermonner les militants, comme l’ont rapporté ceux-ci à l’un de nos avocats israéliens.


hoteldeville par bienvenuepalestine

Un rassemblement s’est tenu hier à 16h devant le ministère des affaires étrangères, rue des petites Carmes à Bruxelles pour condamner le blocus qu’Israël impose tant dans la bande de Gaza qu’en Cisjordanie et pour soutenir les militants belges partis en Palestine et emprisonnés à leur arrivée par les services de sécurité israéliens. Un autre rassemblement a eu lieu samedi midi devant le domicile privé du ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, à Neder-over-Hembeek. Le ministre était absent lors de l’action.

38 Belges, militants pro-palestiniens sont actuellement détenus en Israël (sur 124 au total). Comme d’autres manifestants, ils voulaient se rendre en Cisjordanie mais Israël leur refuse l’accès au territoire sans motiver, pour le moment, leur enfermement. Deux militants qui ne contestent pas cette interdiction d’entrer sur le territoire israélien devaient rentrer en Belgique cette nuit. Il reste donc 38 Belges retenus en Israël. Ils sont dans deux centres de détention, l’un à Tel-Aviv, l’autre à Beer-Sheva. Parmi eux, il y a cinq jeunes filles mineures. L’ambassade belge à Tel-Aviv a pu rencontrer les détenus belges. Les services diplomatiques rapportent qu’ils sont “correctement traités”.

La porte-parole des services d’immigration d’Israël a déclaré que les manifestants “seront expulsés dès qu’il y aura des places et des vols disponibles à cet effet. Aujourd’hui, jour de shabbat, il n’y a pas beaucoup de vols et le processus d’expulsion risque de se prolonger quelque peu”, a-t-elle ajouté. Israël considère qu’ils ne se trouvent pas légalement sur son territoire, bien qu’ils aient été transférés dans des prisons israéliennes faute de place au centre de rétention de l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv.

Les services de sécurité israéliens ont fait pression sur les compagnies aériennes pour qu’ils refusent l’embarquement des passagers appartenant à la campagne “Bienvenue en Palestine”, qui répondaient à l’appel d’une quinzaine d’organisations palestiniennes à les rejoindre pour dénoncer le blocus imposé par Israël sur le territoire palestinien. Plus de 500 personnes étaient attendues à Tel-Aviv ce vendredi. La liste dressée par les services secrets israéliens comporte plus de 300 noms de personnes indésirables à Israël. Une soixantaine de personnes environ devait embarquer de l’aéroport de Bruxelles sur un vol SwissAir, trois d’entre elles (des français) ont été refoulées.

Hier, à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, la compagnie hongroise MALEV a refusé d’embarquer trente passagers de “Bienvenue en Palestine”. Des policiers français ont déclarés avoir reçu des ordres de ne pas enregistrer les plaintes pour ces agissements illégaux.

Dès 05H00 une cinquantaine de voyageurs se voyant refuser l’enregistrement sur un vol Lufthansa ont occupé les comptoirs de la compagnie. Une heure plus tard, d’autres voyageurs également refusés sur un vol Alitalia, manifestaient. Quelques voyageurs inscrits sur la liste de “personnes indésirables” avaient toutefois réussi à se faire enregistrer sur le vol Alitalia mais ont été interdits de monter à bord. Ils manifestaient en zone sous douane. Les voyageurs “indésirables” réclament aux compagnies un document nominatif stipulant cette interdiction de vol.

A Genève, toutes les opérations d’embarquement étaient interrompues vendredi matin à l’aéroport, suite au refus d’Easyjet d’embarquer une soixantaine de participants. La direction locale d’Easyjet a tenté de parquer les personnes, dont de nombreux enfants, et se refusait à délivrer la moindre attestation écrite aux passagers. Il en est résulté une certaine pagaille. La direction de l’aéroport a fermé progressivement les guichets, pour finir par les fermer tous vers 6h15 du matin. Durant la nuit Israël a refoulé vers les Etats-Unis, deux militantes américaines venues par avion dès leur arrivée.