Le 27 septembre 2011, 200 prisonniers palestiniens membres du Front Populaire de Libération de la Palestine se sont mis en grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention et la politique d’isolement des prisonniers. Par exemple, le secrétaire général du FPLP Ahmad Sa’adat est isolé dans une cellule et n’a pas droit de voir ses proches depuis 5 ans. D’autres sont isolés depuis 10 ans. Aujourd’hui, 7000 prisonniers palestiniens sont en grève de la faim et refusent même les médicaments. Des manifestations de solidarité sont prévus dans toutes les villes et camps palestiniens de Syrie, du Liban et en Palestine.

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais pro-palestinien détenu en France depuis 27 ans, a entamé aujourd’hui une grève de la faim en solidarité avec les prisonniers palestiniens depuis sa prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées). Il a été rejoint dans sa grève solidaire par des prisonniers basques, corses et des prisonniers « sociaux » de la prison de Lannemezan. Coup Pour Coup 31 co-organise le 22 octobre un rassemblement pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah à Toulouse.

France: Grève de solidarité avec les prisonniers palestiniens

La grève de la faim lancée par près de 200 prisonniers du FPLP pour protester contre l’isolement continu de leur secrétaire général Ahmad Saadat depuis quatre ans. Cette grève s’est étendue. Ce sont des milliers de Palestiniens détenus par Israël qui se sont mis grève de la faim pour dénoncer l’isolement carcéral. Plus de 5 000 Palestiniens sont détenus par Israël, dont près de 200 mineurs.

Les prisonniers politiques palestiniens membres du FPLP ont annoncé qu’ils entamaient une grève de la faim ce 27 septembre. Ils revendiquent la fin du régime d’isolement pour le secrétaire général du FPLP Ahmad Sa’adat et pour tous les prisonniers politiques palestiniens, la fin de la politique de répression et d’humiliation des visiteurs des prisonniers (y compris le blocage des familles aux check-points), la fin de la politique d’humiliation des prisonniers et des transferts incessants d’une prison à l’autre.

Palestine: Les prisonniers du FPLP en grève de la faim

Le tribunal de la 17ème Chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris, spécialisée dans les affaires de droit de la presse, diffamation publique, liberté d’expression, a rendu un jugement confirmant clairement le droit d’appeler au boycott d’Israël et de ses produits. Cette décision est importante car elle survient alors que d’autres procès de la campagne “Boycott Désinvestissement Sactions” doivent se dérouler prochainement en France, à commencer par celui du 20 octobre 2011 à Bobigny.

Suite à l’audience 17 juin dernier, les juges avaient relaxé le 8 juillet 2011 Oliva Zémor, accusée de discrimination contre la nation israélienne, et d’incitation à la haine raciale par le gouvernement et par quatre associations du lobby israélien en France. Ces parties civiles ont bien entendu fait appel de ce jugement, et continuent à poursuivre des militants pour les mêmes faits.

Netanyahu avait annoncé son intention de durcir les conditions de vie des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes le 23 juin dernier. Il a qualifié les études académiques que peuvent faire les prisonniers palestiniens de “pratique absurde” et a dit qu’il avait maintenant l’intention de les empêcher de finir leur cycle d’études universitaires. Cette décision est la conséquence du refus du Mouvement Islamique de répondre à un coup de fil international pour prouver qu’un soldat israélien emprisonné à Gaza depuis 2006 était encore en vie. Netanyahu a affirmé qu’Israël respectait le droit international dans son traitement des prisonniers politiques palestiniens alors même que ce projet de punition collective des prisonniers politiques palestiniens est une de ces représailles et les punitions collectives qui sont interdites par le droit international.

Il n’a pas fallu un mois au système carcéral israélien pour accéder au désir de Netanyahu et interdire aux prisonniers palestiniens de poursuivre leurs études universitaires.

Après qu’une ONG danoise ait découvert et dénoncé que G4S assurait des prestations pour, entre autres, les prisons et les check-points israéliens avec ses technologies de sécurité, la société a annoncé que « pour veiller à ce que nos activités commerciales soient conformes avec la politique d’éthique qui est la nôtre, nous devions nous employer à nous retirer d’un certain nombre de contrats dans la région ».

Les activités en question concernent notamment la maintenance des équipements de sécurité aux check-points sur le mur, dans les prisons (système de protection pour l’enceinte de la prison d’Ofer, tout le système de sécurité de la prison de Keztiot, un centre de commande de la prison de Meggido) et les postes de police en Cisjordanie. G4S (anciennement Group 4 Securicor) est un groupe international anglo-danoise de services de sécurité. Leader mondial, il exerce ses activités sur plus de 110 pays et emploie 625 000 salariés.

Palestine: Le Groupe 4S et les prisons israéliennes

Après une semaine d’escalade de la violence contre la population du village palestien de Nabi Saleh, des blindés israéliens et des dizaines de soldats ont pris le village d’assaut vendredi 29 et envahi des maisons quelques heures avant la manifestation du vendredi. Quelques heures avant le début de la manifestation, plusieurs véhicules militaires sont entrés dans le village et ont déchargé des dizaines de soldats dans l’unique rue du village. Lors des affrontements qui s’en sont suivis avec les jeunes, les soldats ont tiré des salves de grenades lacrymogènes sur deux maisons. Dans ce qui semble être la première tentative systématique d’empêcher la couverture médiatique, un caméraman palestinien, a été tabassé puis arrêté. Il a été libéré quelques heures après et a récupéré sa caméra délestée de la carte-mémoire.

Pendant ce temps, un activiste palestino-américain qui se rendait dans le village pour participer à la manifestation a été arrêté et finalement refoulé vers Ramallah. Après la prière de midi, les Palestiniens et les internationaux sont parvenus à se rassembler près de la mosquée du village mais ont été attaqués moins d’une centaine de mètre après que la marche pacifique ait débuté, dans une grêle de grenades lacrymogènes tirées dans toutes les directions, beaucoup étant tirées directement sur les manifestants. Trois d’entre eux ont été blessés par les tirs, dont une à la tête.

A un moment donné, les soldats ont commencé à ratisser les maisons, allant de porte en porte, arrêtant au hasard les gens dans les rues ou à l’intérieur des maisons. Trois Palestiniens et trois internationaux ont été arrêtés de cette façon, et libérés plus tard sans avoir été interrogés. Les soldats ont également arrêté un cameraman israélien qui essayait de filmer leurs exactions. Ils lui ont arraché brutalement la caméra et l’ont brisée.

Les militants de la mission “Bienvenue en Palestine” se sont rassemblés à Bruxelles, sur les marches de la Bourse, en solidarité avec l’équipage du “Dignité Al-Karama”, seul bateau résistant de la flotille “Freedom to Gaza II”, victime d’un acte de piraterie de la marine israélienne.

Une délégation de la campagne “Un bateau français pour Gaza” a rencontré hier des représentants du ministère des Affaires étrangères français après l’abordage du “Dignité-Al-Karama” dans les eaux internationales. Les passagers sont toujours détenus en Israël, ils ont été transférés hier soir depuis le port israélien d’Ashdod vers Holon, un centre d’identification à proximité du port.

Bruxelles: Manifestation pour l’équipage du “Dignité-El-Karama”

Les commandos armés de la marine israélienne ont abordé mardi le bateau français français Dignité-Al-Karama à 40 miles des côtes de Gaza dans les eaux internationales, comme en mai 2010 quand l’armée israélienne avait attaqué la première flottille de la liberté. L’équipage et les passagers ont été capturé. Trois bâtiments militaires ont conduit le bateau vers le port d’Ashod, où il est arrivé à 17 h 30. Le Dignité-Al-Karama, est le seul navire de la flottille internationale à avoir réussi à quitter la Grèce pour Gaza.

Le Dégnitié El Karama

Le Dégnitié El Karama