Dans du 24 au 25 décembre, une voiture des constructeurs de prisons Eiffage, et à une autre du corps diplomatique, ont été incendiées rue Courat à Paris. L’action a été revendiquée en solidarité avec l’anarchiste Franscisco Solar emprisonné au Chili. Il est accusé de deux attaques à la bombe, un qui a explosé dans le commissariat, une autre qui a été désamorcée dans le bureau de l’ancien ministre de l’Intérieur (voir notre article). Lire le communiqué

 

A l’aube du vendredi 24 juillet, le Procureur et la police ont effectué plusieurs perquisitions et ont arrêté Francisco Solar et Monica Caballero, accusé.e.s de différentes actions avec des engins explosifs à Santiago.

Francisco Solar est accusé d’être la personne qui s’est rendue, en juillet de l’année dernière, dans un bureau de poste pour envoyer deux colis piégés : un qui a explosé dans le commissariat de Huechuraba, en faisant un blessé grave (voir notre article), et une autre qui a été désamorcée dans le bureau de Rodrigo Hinzpeter, ancien ministre de l’Intérieur et actuel directeur du groupe Quiñenco. On attribue à Mónica Caballero le placement, avec Francisco Solar, de deux bombes dans les jardins de l’immeuble Tánica, à Vitacura, le 27 février dernier. Toutes les deux avaient été désactivées par les carabiniers. Francisco Solar et Monica Caballero avaient été détenus en Espagne, puis libérés et expulsés au Chili. voir notre article)

Le commissariat de Huechuraba après l'explosion

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Suit à la décision de l’Audiencia Nacional espagnole de commuer le reste de la peine de Mónica Caballero et Francisco Solar en expulsion (voir notre article), les deux anarchistes chiliens ont été remis par la police espagnole à la police chilienne. Ils sont arrivés ce dimanche matin à l’aéroport international de Santiago d’où ils sont sortis libres.

La libération de Mónica Caballero et Francisco Solar

La libération de Mónica Caballero et Francisco Solar

L’Audiencia Nacional de l’Espagne a décidé le 30 janvier de commuer le reste de la peine de Mónica Caballero et Francisco Solar en expulsion. Les avocats des deux anarchistes auraient ont demandé l’application de l’article 89 du Code pénal espagnol qui permet aux citoyens étrangers purgeant plus d’un an d’emprisonnement de faire remplacer leur peine par l’expulsion de l’État espagnol. Ils avaient vu leur peine initiale de 12 ans (voir notre article) réduite en appel à 4 ans et 6 mois en décembre dernier (voir notre article), ce qui signifie qu’ils ont maintenant purgé plus d’un tiers de leur peine. Ils devraient donc être prochainement remis par la la police espagnole à la police chilienne, puis libérés.

Francisco Solar et Mónica Caballero

Francisco Solar et Mónica Caballero

Le 16 décembre, la cour suprème espagnole a réduit les peines de Monica Caballero et Francisco Solar, accusés d’avoir placé une bombe dans la Cathédrale-Basillique de Notre-Dame de Pillar, à Saragosse, en octobre 2013. La peine est passée de 12 ans à 4 ans et 6 mois. Cette décision a eu lieu après un appel de la défense de Francisco pour que les « dommages terroristes » et le reste ne soient pas traitées comme résultant d’actions différentes. Il a aussi été noté que les deux avaient pris des précautions pour que personne ne soit blessé dans l’attaque (elle a eu lieu dans les heures de fermeture, l’engin ne contenait pas de shrapnels, un avertissement avait été donné auparavant,…)

Les coûts des dommages causés ont également été réduits de 182.601 à 143.317 puisqu’il n’y a pas d’indication que des objets ayant valeur historique ou culturelle n’ont été endommagés. La Cour a également considéré que les deux anarchistes avaient agis d efaçon autonome, c’est à dire en-dehors de la FAI-FRI ou des GAC (Groupes Anarchistes Coordonnés).

Francisco Solar et Mónica Caballero

Francisco Solar et Mónica Caballero

Lundi 22 mars, Santiago du Chili, les prisonniers et prisonnières anarchistes ont entamé une grève de la faim. Il s’agit de Mónica Caballero Sepúlveda (section pour femmes de la prison de San Miguel) ; Marcelo Villarroel Sepúlveda, Joaquín García Chanks, Juan Flores Riquelme, Juan Aliste Vega (qui adhère à la lutte mais ne fera pas la grève à cause de sa situation de santé), tous détenus dans la prison de haute sécurité, à Santiago ; Francisco Solar Domínguez (section de sécurité maximale), Pablo Bahamondes Ortiz, José Ignacio Duran Sanhueza, Tomas González Quezada, Gonzalo Farias Barrientos (sections 2 e 3 de la prison-entreprise de Santiago 1). Les revendications de la grève sont l’abrogation de l’article 9 et le retour à l’article 1 du décret-loi 321, et la libération de Marcelo Villarroel et de tous les prisonniers subversifs, anarchistes, de la libération mapuche et de la révolte. voir le texte intégral

Jeudi 21 mars, Alirio Montenegro Adamez,, pilote du bataillon de haute montagne n °8 de l’armée colombienne a été capturé par l’EPL alors qu’il se déplaçait dans un véhicule officiel à la hauteur de Llanito, dans la municipalité de Florida dans le département de Valle del Cauca. L’EPL a ensuite diffusé une vidéo du soldat dans laquelle il demandais la cessation des opérations anti-guérilla dans la région en échange de sa libération. Aujourd’hui l’EPL a décidé de le libérer et l’a remis à une commission du bureau du médiateur à Valle del Cauca.

Des opérations de recherche avaient été menées dans la muncipalité de Monténégro par l’armée au cour desquels des affrontements ont ont éclaté avec la guérilla. Un membre de l’EPL José Alfredo Solarte Henao, alias « Escalera », est décédé durant ces affrontements.

Combattants de l’EPL (archive)

Combattants de l'EPL (archive)

Edwin Alberto Cuervo Parra, alias « Nay », commandant en second de la compagnie  » Capitán Francisco Bossio » de l’ELN a été arrêté à 18h00 dimanche dans une clinique d’Aguachica où il était hospitalisé suite à un accident de moto. « Nay » était recherché pour plusieurs actions de guérilla urbaine de l’ELN.

Edwin Alberto Cuervo Parra, alias

Une opération policière dans la zone rurale de la municipalité de Popayan a débouché sur la capture de Hernan Dario Tenebuel Solarte, alias « El Cholo », commandant en second de la Compagnie « Lucho Quintero Giraldo » de l’ELN. Tenebuel Solarte était recherché par la justice colombienne pour crime de rébellion aggravée. Il était membre de l’ELN depuis 13 ans.

Hernan Dario Tenebuel Solarte, alias

Edwin Alberto Cuervo Parra, alias
Hernan Dario Tenebuel Solarte, alias

Mercredi 30 mars, les avocats des anarchistes Mónica Caballero et Francisco Solar ont été informés que la sentence de la Haute Cour avait condamné les anarchistes à 5 ans de prison pour « blessure », plus de 7 ans pour « dommages à des fins terroristes », avec un total de 12 ans de prison pour chacun d’eux. Ils ont été acquittés des charges d ‘ « appartenance à une organisation terroriste » et de « complot » dans l’affaire de l’attaque contre le monastère de Montserrat.

Francisco Solar et Mónica Caballero

Le procureur a demandé une peine extrêmement lourde contre Monica Caballero et Fransisco Solar, dans l’affaire de la Basilica del Pilar. Le 2 octobre 2013, un engin incendiaire constitué d’une bouteille de butane et de deux kilos de poudre noir avait explosé en début d’après-midi après que des avertissements téléphoniques aient été passés vers les autorités. La Basilica del Pilar est l’un des symbole du fascisme et de l’impérialisme espagnol, déclaré « sanctuaire de la race » par le régime franquiste, elle porte le nom de la Vierge de Pillar, sainte-patronne de la « nation espagnole » et de la gendarmerie.

Le procès fait suite à un montage autour d’un groupe anarchiste qui n’existe pas et qui n’a pas revendiqué l’attaque (l’attaque a été revendiquée par le commando Mateo Morral). La peine de 44 ans consiste en 9 ans pour appartenance à une organisation terroriste, 12 ans pour les dommages auditifs d’une personne qui se trouvait à proximité, 18 ans pour attaque terroriste et 5 ans pour conspiration.

Monica et Francesco avaient déjà été menacés par des peines très lourdes dans l’affaire des Caso Bombas (20 et 25 ans) dont ils avaient finalement été acquittés.

Francisco et Monica

Francisco et Monica