La Coordination Andine des Organisations Indigènes (CAOI) appelle aux rassemblements devant toutes les ambassades du Pérou, en conformité avec les accords de la quatrième rencontre continentale des peuples et nationalités indigènes de l’Abya Yala. Le gouvernement d’Alan García Pérez a déclenché une répression sanglante dans l’Amazonie péruvienne. C’est la réponse dictatoriale après 56 jours de lutte pacifique des autochtones: il s’agit encore de pseudos dialogues et négociations, qui se terminent par les balles de toujours, les mêmes depuis plus de 500 années d’oppression. L’Arlac; le COMABE (Comité de apoyo al pueblo Mapuche) et Red Alternativas y Solidaridad appellent à une manifestation devant l’ambassade du Pérou à Bruxelles le jeudi 11 juin à 13h (attention au changement d’heure!) au 179, avenue de Tervuren, à 1150 Bruxelles.

La porte du commissariat de Meulestede à Gand a été incendiée mardi dernier. L’incendie a commencé vers 4h du matin. La porte a été entièrement détruite et il y a des dégâts dans le bâtiment dus à la suie et à la fumée. La police a retrouvé des traces de matériaux inflammables. Le surlendemain, c’est une voiture appartenant à l’entreprise ISS Cleaning Services (qui fournit des services de nettoyage aux centres fermés) et une voiture du groupe de presse Cordelia qui ont été incendiées pendant la nuit. Une équipe policière spéciale a été formée pour investiger les derniers incendies à Gand.

Action contre ISS à Gand

Action contre ISS à Gand

Les mini-caméras fixées à la hauteur des yeux par des oreillettes équipent déjà des policiers aux Pays-Bas et en Angleterre. La police d’Anvers ainsi que celle de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse) sont intéressées par cet équipement, mais la police de la Westkust (La Panne, Coxyde et Nieuport) a carrément acquis quatre exemplaire de ce système… en toute illégalité. La loi actuelle sur l’utilisation des caméras de surveillance ne permet pas aux policiers de recourir à ces systèmes. On ne peut filmer la population que dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre. En dehors des opérations de maintien de l’ordre, l’utilisation de caméra relève des Méthodes Particulières de Recherche (MPR), et nécessitent donc l’accord d’un juge. Le chef de la police de la Westkust a décidé de passer outre: ‘Nous provoquons consciemment le législateur pour qu’il réagisse et modifie la loi sur l’utilisation des caméras‘ a déclaré hier Nico Paelinck.

Quelque 200 personnes ont répondu à l’appel de la Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation et de Kinder Zonder Papieren pour se rassembler ce dimanche devant le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel. La manifestation avait pour but de réclamer la libération des enfants enfermés dans les centres pour étrangers en situation irrégulière en Belgique.

Le Comité Mapuche Belgique organise le 5 juin une soirée de solidarité en la présence de la poète et militante mapuche Rayen Kvyeh. Rayen Kvyeh est née à Huequén et a vécu toute son enfance à la campagne où elle a suivi l’école primaire. Durant les années 1976-1978, elle dirige le Théâtre Trigal à Conception. En décembre 1981, persécutée et emprisonnée par la dictature, elle est contrainte à l’exil et part en l’Allemagne. Elle y dirige le théâtre Las Hormigas à Freibourg et écrit chroniques et poèmes. Elle a également dirigé et publié des chroniques dans la revue Huerquén du Comité Extérieur Mapuche. En 1992 est publié en Allemagne son livre Wvne Coyvn Ñi Kuyeh en mapudungun (langue des mapuches) et en allemand. Un hommage lui a été rendu en 1993 pour son travail littéraire à l’Atelier International de Poésie des Caraïbes et du Monde. Elle est récompensée en 1995 de la ‘Placa José María Heredia’ au Festival International de Poésie des Caraïbes et du Monde et participe à une anthologie de poésie de l’Union Nationale des Écrivains et Artistes Cubains. Elle vit actuellement à Temuko (Chili) où elle dirige la Casa de Arte Mapuche et la revue d’Art, Science et Pensée Mapuche.

Ne manquez pas sa conférence et lecture de poèmes, le vendredi 5 juin à 19h à la Maison de l’Amérique Latine – 27 rue du Collège à 1050 Bruxelles.

Affiche pour la soirée pour le peuple mapuche

Affiche pour la soirée pour le peuple mapuche

Le KZP organise une marche ce dimanche 24 mai vers le centre fermé 127 bis pour dénoncer l’enfermement d’enfants. Un nouveau centre fermé est en construction à coté du centre 127bis à Steenokkerzeel pour remplacer/’humaniser’ les containers à l’aéroport où les hommes, les femmes et les enfants sont parqués depuis une dizaine d’années, en attendant une réponse à leur demande d’asile. Ces personnes, interdites d’entrée sur le territoire, ont été arrêtées à l’aéroport. Ils restent plusieurs jours/semaines/mois enfermés dans ce no man’s land avant d’être remis dans un avion, ou acceptés sur notre territoire au bon vouloir de l’Office des étrangers.

Rassemblement gare de Nossegem à 14 heures (Train Gare du Nord Bruxelles 13h44 direction Leuven-gare de Nossegem).

Jeudi matin, quelque 500 sans-papiers avaient occupé deux bâtiments de la rue des Minimes à Bruxelles appartenant au Foyer bruxellois. Les sans-papiers, qui sont d’origine marocaine, algérienne, tunisienne, africaine, afghane, indienne ou pakistanaise réclament une régularisation de leur situation en Belgique. Ils avaient l’intention de mener des actions ‘politiques’ en vue d’obtenir des papiers ‘au même titre que les ex-grévistes de la faim de l’ULB et la VUB’, a indiqué l’Union de défense des sans-papiers (UDEP-Bruxelles), qui est à l’origine de cette nouvelle occupation.

Samedi, à 6h30 du matin, la police de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles a fait évacuer les deux bâtiments du Foyer bruxellois. Deux femmes ont été arrêtées administrativement car ‘elles auraient incité des sans-papiers à se rebeller‘. Toute la matinée, les sans-papiers évacués étaient encerclés par la police à la Porte de Hal (photo). Ce n’est qu’en début d’après-midi qu’ils ont pu quitter la nasse policière. Ils se sont installés à présent dans un immeuble vide de la place Saint-Lazare (Saint-Josse, près de la gare du Nord).

Rafle contre les sans-papiers à Bruxelles

Rafle contre les sans-papiers à Bruxelles

La téléphonie est devenue, en 2008, le poste le plus important des frais de justice (devant les dépenses de traduction et d’huissiers): 21 millions d’euros, sur un total de 105 millions. ‘Les écoutes téléphoniques sont budgétairement préoccupantes‘, commente, à la Chambre, le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck (CD&V). Le ministre signalera le problème au nouveau Collège du siège, section juges d’instruction, ‘sans interférer sur l’indépendance des magistrats‘.