Il y quelques semaines, on apprenait la naissance d’un nouveau parti de la gauche indépendantiste en Espagne sous le nom de Sortu. Son objectif premier était de participer aux élections locales qui se tiendront au mois de mai. Mais cela semble bien compromis. Le 18 février dernier, le parquet espagnol a demandé l’interdiction de Sortu se basant sur un rapport de police qui affirme qu’il est une initiative liée aux idées de l’ETA et mis en oeuvre sous son contrôle direct. En outre, aujourd’hui, le gouvernement demande au Tribunal suprême de refuser son inscription sur les listes électorales. Selon lui, l’ETA et Batasuna utilisent tactiquement Sortu qui ne serait qu’un prolongement de Batasuna. Le Tribunal suprême dispose de vingt jours pour se prononcer sur la légalité du parti.

Bergoi Madernaz, Aitziber Plazaola, Beñat Lizeaga, Aiala Zaldibar, Xalbador Ramirez, Endika Perez, Irati Tobar et Jazint Ramirez, huit jeunes militants de la gauche indépendantiste ont fui le Pays Basque Sud d’où ils sont originaires en octobre dernier à la suite de vagues d’arrestations à l’encontre du mouvement de jeunes indépendantistes Segi. L’une d’entre eux, Aiala Zaldibar, est déjà sous le coup d’une procédure de MAE. La cour d’appel de Pau a récemment validé son transfèrement dans l’Etat espagnol mais elle s’est pourvue en cassation et est donc en attente de la décision de la Cour de cassation. Les sept autres risquent eux aussi de se voir notifier des MAE. Lors d’une conférence de presse en France, ils ont affirmé que «les illégalisations de Segi et d’autres organisations comme Askatasuna, Batasuna… laissent carte blanche à l’Etat espagnol pour condamner une activité politique. Ce ne sont pas des actions qu’ils jugent mais des idées.» (…) «c’est parce que nous menons la lutte en faveur de l’indépendance et du socialisme que nous sommes en permanence punis, fichés, arrêtés, torturés et persécutés. Nous sommes définis comme `terroristes’ parce que nous militons dans les assemblées d’étudiants, dans les mouvements féministes, en faveur du droit au logement ou encore parce que nous travaillons en faveur du gaztetxe.» Ils ont indiqué que leurs noms ont été arrachés par les policiers espagnols sous la torture et distribués les témoignages de leurs camarades arrêtés en octobre et décembre et qui ont subis coups, attouchements sexuels, obligation d’adopter des positions douloureuses et humiliantes, suffocation avec des sacs en plastique, etc.

Dossier(s): Archives Pays-Basque Tags: ,

Le Comité pour un Secours Rouge International « Pau, Baiona et Donostia » a publié en janvier le premier numéro de son bulletin (en français) pour le Pays basque et l’Occitanie.

SRI « Pau, Baiona et Donostia » N°0 page 1
SRI « Pau, Baiona et Donostia » N°0 page 2
SRI « Pau, Baiona et Donostia » N°0 page 3
SRI « Pau, Baiona et Donostia » N°0 page 4

Un week-end d’information et de solidarité envers le peuple basque aura lieu les 18 et 19 février dans le nord de la France. Les militants souhaitent remettre en avant la défense du droit à l’autodétermination du peuple basque, la dénonciation des poursuites contre la gauche indépendantiste. Diverses activités seront organisées.

Vendredi 18 février à 19h: Réunion-débat à la MRES, Rue Gosselet à Lille.

Samedi 19 février à 11h: Rassemblement à la prison de Bapaume, où sont détenus plusieurs militants basques.

Samedi 19 février à 19h: Réunion-débat à la MJVA, Place de la Marne à Houdain.

Plus d’informations sur le site du collectif ‘Libérez-les’: www.liberez-les.info

Sur ordre du juge de l’Audience Nationale, le tribunal madrilène chargé des dossiers de terrorisme, une vaste opération a été menée au cours de la nuit en Navarre et au Pays-Basque espagnol. L’action visait les milieux proches de l’ETA et notamment le collectif Ekin, dont neuf membres présumés avaient été arrêtés le 14 septembre dernier. Six personnes ont été arrêtés à Pampelune et aux alentours durant la nuit, les autorités les soupçonnant d’avoir voulu reconstituer Ekin suite à son ‘démantèlement’ en septembre. Le collectif est considéré par la justice espagnole comme partie intégrante de l’ETA, comme ‘le coeur de l’ETA’, qui selon elle, est chargé d’appliquer la stratégie militaire et politique de l’ETA et de son entourage politique et social.

Quatre autres personnes ont également été arrêtées cette nuit en relation avec Askatasuna. Elles sont soupçonnées de soutien informatique et de propagande à l’ETA.

Les dix personnes arrêtées ont en commun d’être accusées d’avoir assisté à des réunions clandestines d’Ekin en tant que représentants de différents mouvements en liaison avec ETA. Il s’agit de Segi, Batasuna et Askatasuna, tous trois interdits par la justice espagnole. Cette opération des autorités est la première depuis l’annonce de cessez-le-feu du 10 janvier de l’ETA, jugée insuffisante par le gouvernement. Celui-ci a d’ailleurs annoncé: ‘Nous allons continuer à travailler contre l’ETA comme cela a été le cas jusqu’à présent’.

Dans une opération conjointe des polices française et espagnole, deux militants présumés d’ETA ont été arrêtés ce matin au Pays-Basque espagnol et à Ciboure (Pyrénées Atlantiques). Selon une source proche de l’enquête, l’homme arrêté à Ciboure est Iraitz Guesalaga, que les autorités soupçonnent de faire partie de l’appareil logistique d’ETA. Il aurait donné des formations d’informatique à des militants de l’organisation. La personne arrêtée en Espagne au même moment est sa compagne et collaboratrice, Itxaso Urteaga.

Notons également qu’au lendemain de la déclaration de cessez-le-feu publiée par l’ETA, le gouvernement a réagi en la jugeant insuffisante et pas convaincante: ‘La seule chose que nous attendons de l’ETA est une déclaration sur sa dissolution définitive’.

Près de 40.000 personnes se sont rassemblées hier après-midi à Bilbao, à l’appel de différents collectifs basques. Elles ont défilé pacifiquement à travers la ville en scandant des slogans réclamant davantage de droits pour les membres emprisonnés de l’ETA. Etxerat, une association de parents de prisonniers de l’ETA affirme qu’ils sont dispersés en Espagne et en France, loin du Pays-Basque, ce qui rend difficile, voir impossible, les visites familiales en prison. Elle demande donc notamment leur rassemblement au Pays-Basque.

Manifestation pour les prisonniers d'ETA

Manifestation pour les prisonniers d’ETA

Jeudi dernier, la Cour de Cassation avait rejeté le pourvoi formé par Aurore Martin, militante de Batasuna. Le 23 novembre dernier, le tribunal de Pau avait accepté le mandat d’arrêt européen à son encontre émis par l’Audience Nationale de Madrid, et c’est contre cette décision que la militante en avait fait appel à la Cour de Cassation. Suite à ce refus, et afin d’éviter son transfert vers l’Espagne, Aurore Martin a annoncé hier soir qu’elle était entrée dans la clandestinité, via un courrier publié dans ‘Le Journal du Pays-Basque’: « Je n’ai pas l’intention de me soumettre aux autorités espagnoles, ni de faciliter à la France l’exécution de mon mandat d’arrêt européen. Je n’ai pas d’autre choix que de me cacher pour pouvoir continuer mon activité politique au sein de Batasuna. J’ai donc décidé d’arrêter mon contrôle judiciaire et de ne plus me montrer publiquement. Si elle était transférée en Espagne, Aurore Martin serait inculpée par les autorités espagnoles pour ‘participation à une organisation terroriste », ce qui peut valoir douze ans de prison. Rappelons que contrairement à l’Espagne, la France considère Batasuna comme une organisation légale. Le 4 décembre, 2000 personnes avaient défilé à Bayonne en soutien à Aurore Martin.

Manifestation pour Aurore Martin

Manifestation pour Aurore Martin

Huit personnes ont été arrêtées par la police dans la troisième opération en un an contre l’organisation de jeunesse de la gauche nationaliste basque SEGI. Six membres présumés de l’organisation ont été arrêtés dans les villes de Bilbao, Pampelune et Vitoria. Deux avocats, défenseurs des membres de l’ETA, Haritz Escudero et Haizea Ziluaga, figurent parmi les personnes arrêtées. Escudero a été arrêté dans un hôtel ddes îles de Canaries, où il se trouvait en vacances, tandis que Ziluaga a été arrêtée alors qu’elle quittait une prison à Aranjuez, au sud du Madrid, où elle venait de rendre visite à un client. La police espagnole accuse SEGI d’être à l’origine d’actes de violences contre l’Etat et d’avoir lancé des coktails molotov contre les symboles de l’Espagne, comme des bureaux de vote, des banques et des sièges de partis politiques. En 2007 la Cour suprême espagnole avait décrété SEGI « organisation terroriste », suivant sa politique de lier à ETA (et ainsi criminaliser) toutes les organisations politique de la gauche nationaliste basque.

Le Comité Solidarité Basque Lille appelle à une réunion unitaire le mardi 30 novembre 19h à la MRES, rue Gosselet, à Lille autour du cas d’Aurore Martin.

Le 23 novembre, le Tribunal de Pau a accepté le mandat d’arrêt européen émis par l’Audience Nationale de Madrid contre la militante de Batasuna, Aurore Martin, agée de 31 ans, de nationalité française. L’Espagne lui reproche sa participation aux activités publiques d’une organisation interdite en Espagne mais «encore» légale en France, Batasuna. L’Espagne prétend pouvoir l’inculper pour «participation à une organisation terroriste», ce qui peut valoir une peine de 12 ans de prison.

Suite à cette décision du tribunal de Pau contre Aurore, un recours a été déposé devant la cour de cassation, la décision sera connue dans le délai maximun d’un mois. En pays basque, la décision du tribunal de Pau a provoqué un important mouvement de dénonciation et de très nombreuses protestations. Le samedi 20 novembre à Bayonne une manifestation a rassemblé plus d’un millier de personnes.

Lire ici une interview d’Aurore Martin