Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le verdict a été rendu un peu après 20h dans le procès qui a commencé à la Cour d’Assises Spéciale (c’est-à-dire anti-terroriste et formée par des magistrats professionnels) de Paris le 16 novembre dernier. Les réquisitions étaient très lourdes, certaines des peines distribuées le sont encore plus. Les militants basques ont été déclarés coupables ‘d’association de malfaiteurs avec des fins terroristes, de détention d’armes et explosifs, de porter des documents falsifiés, de posséder des véhicules volés, dans une bande organisée‘.

Juan Ibon Fernandez Iradi (‘Susper’), âgé de 37 ans, a déjà été condamné à deux reprises en 2008 et a écopé de peines de 30 et 15 ans de détention. A l’occasion de ce nouveau procès, il a dû répondre en tant que ‘responsable de l’appareil militaire‘ depuis son évasion du commissariat de Bayonne, le 21 décembre 2002 (deux jours après sa première arrestation) et sa dernière arrestation, quasiment un an plus tard.

Les magistrats avaient dicté une peine de 18 ans de prison pour Gorka Palacios Alday, présenté comme ‘chef des commandos de l’ETA‘ lorsqu’en décembre 2003 avaient eu lieu les deux opérations policières, à Mont de Marsan et aux alentours de Pau. Ces opérations avaient permis l’interpellation des sept membres présumés d’ETA qui ont été jugés cette semaine. La cour a dicté une peine de prison de 15 ans pour Juan Luis Rubenach Roiz, âgé de 46 ans, présenté par le Parquet comme le responsable de la logistique de l’appareil militaire de la bande armée.

José Miguel Almandoz Erviti (37ans) et Iñigo Vallejo Franco (33), présentés comme ‘responsables de la formation des activistes‘, ont été condamné à une peine de 12 ans de prison chacun. Les magistrats ont dicté une peine de 10 ans de prison pour Patxi Abad Urkixo, qui occupait le même appartement à Mont de Marsan avec ‘Susper’. Par ailleurs, la situation de Garazi Aldana, âgée de 27 ans, est un peu différente. Il s’agit de la seule accusée qui a comparu librement, sous contrôle judiciaire et qui a été condamnée à cinq de prison. De ses cinq ans, elle est dispensée de purger trois ans mais sera sous des conditions spéciales. Elle sera sous contrôle judiciaire.

Ces sept militants viennent s’ajouter au 742 prisonniers politiques basques actuellement détenu en France et en Espagne. Le nombre de détenus n’a jamais été aussi élevé, et les conditions qui leur sont imposées au niveau judiciaire et pénitentiaire n’ont jamais été aussi dures.

Iñigo Vallejo

Iñigo Vallejo

Gorka Palacios

Gorka Palacios

Ibon Fernandez Iradi

Ibon Fernandez Iradi

Plus d’un millier de gardes civiles et de policiers ont participé ce mardi à une grande opération visant le mouvement Segi. Cette organisation de la jeunesse basque est interdite en Espagne en raison de ses liens présumés avec l’ETA. Ce sont 34 militants qui ont été interpellés hier au Pays-Basque et en Navarre. Selon le ministère de l’Intérieur espagnol, cette rafle aurait permis de ‘décapiter’ le mouvement.

Voir le JT (en espagnol) sur cette opération policière

Ce mercredi 11 novembre, deux jeunes militants basques ont été surpris en train de voler un drapeau à Ustaritz, dans le sud-ouest de la France. Ils ont été pris en flagrant délit grâce au dispositif de surveillance mis en place par la gendarmerie. Les deux hommes de 19 et 21 ans sont membres du mouvement SEGI, interdit en Espagne en raison des ses liens présumés avec l’ETA mais autorisé en France. Après plus de 24 heures de garde à vue, ils ont été interrogés à la gendarmerie de Bayonne et relâchés. Ils feront néanmoins l’objet d’une convocation judiciaire pour ‘vol de drapeau en réunion’.

Suite à ces arrestations, plusieurs rassemblements de protestation ont été organisés, le plus important d’entre eux à Bayonne. Des manifestants y ont bloqué une route avant l’intervention manu militari des forces de l’ordre pour leur faire dégager la chaussée. Ils se sont repliés, tout en continuant à brandir des calicots affichant ‘La répression n’est pas la solution‘ et ‘Laissez tranquille les jeunes Basques‘. Dans un communiqué, le mouvement Askatasuna dénonce quant à lui le harcèlement dont les militants de la gauche basque font l’objet en France.

Logo de SEGI

Logo de SEGI

Les prisonniers politiques basques étaient en 1999 au nombre de 463, dont 76 en France, alors qu’aujourd’hui, dix ans plus tard, ils sont 742, dont 167 détenus dans les prisons françaises. Ce ‘record’ historique n’empêche pas la France et l’Espagne de continuer à nier l’existence même du conflit. Plus de 150 de ces détenus basques sont maintenus en prison alors qu’ils ont fini leur peine au regard des lois françaises et espagnoles. La politique carcérale est de plus en plus cruelle, faite de mauvais traitements, isolement sous ses diverses formes, éloignement et dispersion, absence d’assistance médicale digne de ce nom, entraves incessantes au courrier et aux visites, durées de détention préventive interminables, alourdissement spectaculaire des condamnations, suppression des remises de peine, etc…

Prisonniers basques

Prisonniers basques

L’avocat Joseba Agudo, originaire d’Orereta (Gipuzkoa), qui défend des prisonniers d’ETA, a été arrêté en fin d’après-midi par la police française à Hendaia où il vit. Son cabinet d’Oiartzun (Gipuzkoa) était perquisitionné par la Guardia Civil depuis le matin sur ordre du juge Fernando Grande Marlaska. Des médias espagnols (RTVE en l’occurrence) annonçaient déjà la perquisition et l’arrestation de Joseba bien avant l’arrivée de la Guardia Civil à Oiartzun. Joseba Agudo est incarcéré à Muret-Seysses. Le mandat d’arrêt européen émis contre lui sera examiné mardi prochain au Tribunal de Pau.

Hier, Zuhaitz Errasti Goiti a été arrêté à Vienne, dans le département français de l’Isère. Penché sur le moteur de sa voiture au bord de la route, Zuhaitz Errasti Goiti s’est enfui à pied au moment où une patrouille de police se garait à ses côtés pour un contrôle. Il a été rapidement repris par les forces de l’ordre qui affirment qu’il circulait dans un véhicule volé dans lequel se trouvait une cinquantaine de kilos de matériau pouvant servir à la fabrication d’explosifs. Il portait également sur lui une arme de poing et a été immédiatement placé en garde à vue. Il s’agit de la trentième arrestation de ce type en France depuis le début de l’année.

Arrestation de Errasti Goiti

Arrestation de Errasti Goiti

Le 14 octobre, la police espagnole arrêtait au siège du syndicat de la gauche indépendantiste LAB, à Donostia (Saint-Sébastien), dix militants indépendantistes très connus dans les milieux politiques, sous l’accusation d’essayer de constituer une nouvelle direction politique de Batasuna. Cette organisation populaire de la gauche indépendantiste avait été mise hors la loi par les tribunaux espagnols en 2003, mais elle continuait toujours son activité politique. Le siège du syndicat a été complètement entouré, bloqué et pris par les forces de répression pendant de longues heures.

Les syndicalistes qui se trouvaient au siège de LAB (parmi eux, l’ex dirigeant de LAB Rafa Diaz Usabiaga) ont été identifiés et retenus dans une salle pendant des heures

Dans une autre salle se trouvaient arrêtés Arnaldo Otegi, Rufi Etxebarria, Sonia Jacinto et Arkaitz Rodriguez et peu de temps après, Rafa Diaz Usabiaga les a rejoint. En même temps, dans d’autres localités, Mañel Ugarte, Amaia Esnal, Ainara Oiz, Txeluis Moreno et Miren Zabaleta étaient également arrêtés. Toutes les personnes arrêtées se trouvent en garde à vue au secret.

Ces faits d’une extrême gravité, menés sous la direction du juge de l’Audience Nationale espagnole Baltasar Garzón, ont néanmoins une origine politique indiscutable dans le gouvernement de Rodriguez Zapatero. Il y a quelques jours, le quotidien du gouvernement El País avait commencé une campagne d’intoxication disant que ces dirigeants qui viennent d’être arrêtés avaient été désavoués par l’ETA à cause de leur supposée opinion politique contraire à la lutte armée.

La politique des gouvernements espagnols de la dernière décennie de mettre hors la loi partis et associations politiques et sociales est complètement stérile dans son objectif: paralyser et anéantir ce mouvement, la gauche indépendantiste basque. Ni ETA a disparu, ni Batasuna, ni le mouvement contre la répression, ni les luttes sociales soutenues par la gauche indépendantiste, ni tout le travail de reconstruction linguistique et culturelle. Tout au contraire, la gauche indépendantiste basque a montré une grande vitalité dans les quelques mobilisations de masses qui ont été permises, et mêmes dans quelques unes interdites. La gauche indépendantiste, même dans l’illégalité, a su se présenter aux élections, renouveler sa participation dans des institutions, en démontrant de façon répétée sa force avec un 15-20% de l’électorat, dans toutes les élections de ces dernières années, alors qu’elle se trouve dans l’illégalité. C’est-à-dire qu’elle continue à maintenir avec force l’initiative politique.

Aitor Elizaran, présenté comme l’un des hauts responsables de l’appareil politique d’ETA, et sa compagne ont été interpellé ce matin à Canac, dans le nord de la France par la sous-direction antiterroriste et la DIPJ (Direction Interrégionale de la Police Judiciaire) de Rennes. Le visage de la femme était apparu le 21 décembre dernier sur une photo publiée par le journal Gara, où quatre personnes annonçaient leur intention de rejoindre l’ETA. Plusieurs mois d’enquête et d’observation ont abouti à cette interpellation.

Selon une source proche de l’enquête, le couple était porteur d’armes de poing et circulait dans une voiture volée. Il a été conduit à la DIPJ de Rennes pour y être mis en garde à vue avant d’être transféré, probablement dans la journée de demain dans les locaux de la SDAT (Sous-Direction Antiterroriste) de Levallois (Hauts-de-Seine).

La police a arrêté dix membres de Batasuna, le parti séparatiste basque interdit par les autorités espagnoles, dont un dirigeant du parti, Arnaldo Otegi, a annoncé mercredi le ministère espagnol de l’Intérieur. Dans un communiqué, le ministère précise que les détenus sont soupçonnés de former un nouveau groupe qui opérerait suivant les instructions de l’organisation séparatiste armée ETA. L’Audience nationale a fait savoir que le juge antiterroriste Baltasar Garzon avait ordonné leur arrestation mardi soir. Après avoir purgé 15 mois de prison pour apologie du terrorisme, Otegi est sorti de prison l’an dernier.

Le gouvernement ‘autonome’ collabo basque représenté par son conseiller à l’intérieur, et le président d’Eudel (associations de mairies), Jokin Bildarratz, maire PNV de Tolosa ont signé un protocole d’accord qui permettra au gouvernement autonome d’allouer une somme d’un demi million d’euros aux mairies, ‘afin qu’elles puissent améliorer les mesures de prévention et la coordination pour éviter l’apologie du terrorisme dans les rues d’Euskadi.’

Concrètement, il sera retiré de la sphère publique les photos des prisonniers d’ETA. Mais aussi les pintadas (fresques murales) et affiches de soutien exposées dans les bars, locaux associatifs, fêtes et autres divers endroits. Jokin Bildarratza a ajouté ‘que la meilleure affiche est celle que l’on n’imprime pas et la meilleure pancarte, celle que l’on ne placarde pas.’

Ce protocole intervient après la multiplication d’incidents qui se sont déroulés lors des fêtes patronales de l’été. A Lekeitio, le gouvernement ‘autonome’ basque avait demandé à la mairie de retirer tout signe faisant allusion à ETA ou à ses prisonniers. Le conseiller à l’intérieur avait indiqué qu’en cas contraire, il enverrait la police et ferait payer l’addition aux mairies. La mairie PNV de Lekeitio avait répliqué en indiquant ‘que cette attitude était une ingérence du Département d’intérieur dans les affaires municipales.’

Par ailleurs, la police autonome a empêché la famille de Jon Paredes ‘Txiki’ de lui rendre hommage au cimetière de Zarautz. Txiki était un militant d’ETA, résistant au franquisme, fusillé le 27 septembre 1977.