Il y a 29 ans, le 13 février 1981, le militant basque Joseba Arregi mourrait à Carabanchel des suites de la torture que les policiers espagnols lui avaient fait subir durant près de neuf jours alors qu’il se trouvait dans un commissariat sous le régime de la mise au secret (photo). Depuis lors, cette journée est consacrée à dénoncer la persistance de la torture au Pays-Basque. L’un des cinq tortionnaires de Joseba Arregi est l’actuel Commissaire général de la police judiciaire espagnole: José Antonio Gonzalez Garcia (il avait été reconnu coupable, condamné … et ensuite gracié… comme tous les policiers tortionnaires reconnus). Il y a peu, le responsable espagnol de la collaboration franco-espagnole dans la ‘lutte anti-terroriste’, en poste à Pau, était un des trois gardes civils, tortionnaires en 1992, condamnés et absouts, de Kepa Urra. Il s’agit du commandant de la guardia civil Manuel Sanchez Corbi.

Au cours de ces quarante dernières années, plus de 7000 (sept mille) citoyens basques ont été torturés dans les dépendances policières espagnoles. En janvier 2008, Igor Portu avait dû être hospitalisé suite aux tortures subies (4 gardes civils viennent d’être inculpés pour cela en février 2010). En 2009 ce sont 45 basques qui ont dénoncé avoir été torturés dont le jeune navarrais Alain Berastegi enlevé, torturé puis relâché dans la montagne d’Irunberri, en juillet. En ce début 2010, plusieurs cas de tortures (avec hospitalisations) viennent d’être connus (Pello Olano de Lizartza, Asier Badiola le 26 janvier,…). En 2009, l’ONU a demandé à l’Espagne d’abolir le régime d’incommunication (au secret) lors des gardes à vue, régime qui permet la pratique de la torture par la police et la guardia civile espagnole.

La police régionale basque mène depuis une semaine une opération contre l’ETA. Cinq membres présumés de l’organisation ont été inculpés et maintenus en détention samedi, et mardi, deux autres personnes ont été incarcérées à Madrid. Ce mardi, la police a annoncé deux nouvelles arrestations. Igor Martin Nino et Olaitz Lema Zabala sont soupçonnés de collaborer avec l’ETA. Les autorités soupçonnent ces neuf personnes d’être impliquées dans un attentat à la voiture piégée devant la police d’Ondarroa en septembre 2008 (photo) ainsi que dans deux attaques à l’explosif contre les travaux de construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse du Pays-Basque et contre un relais électrique à Azpeitia.

Attentat contre le commissariat d'Ondarroa

Attentat contre le commissariat d’Ondarroa

Le leader indépendantiste basque Arnaldo Otegi, emprisonné et jugé depuis mercredi à Madrid pour apologie du terrorisme, est en grève de la faim dans le cadre d’un mouvement de protestation collectif des détenus basques. Arnaldo Otegi, ex-porte-parole de Batasuna, a comparu mercredi pour avoir participé en 2005 à un hommage rendu à un membre de l’ETA en prison, José Maria Sagarduy. Il est poursuivi dans ce dossier avec trois autres indépendantistes, dont deux n’ont pas comparu mercredi. Un mandat d’arrêt a été émis contre ceux-ci.

L’organisation regroupant les détenus basques (EPPK) a annoncé lundi le début d’un mouvement collectif de grève de la faim pour protester contre la politique d’éloignement des détenus du Pays-Basque suivie en Espagne, et pour réclamer l’autodétermination pour le Pays Basque. Otegi, qui est en prison depuis octobre, a refusé de répondre à une question de la présidente du tribunal, Angela Murillo, sur la violence de l’ETA. ‘Condamnez-vous la violence de l’ETA?’ a demandé la magistrate. ‘Je ne vais pas répondre’, a rétorqué l’accusé.

Le leader indépendantiste risque une peine de 18 mois de prison pour avoir participé à cet hommage pour le membre d’un groupe armé considéré comme terroriste par l’Union européenne. Parallèlement, Otegi sera jugé, à une date encore non fixée, pour avoir tenté de reconstituer la direction de Batasuna, alors que ce parti est interdit par la justice espagnole depuis 2003.

En septembre 2009, le prisonnier politique basque donostiar, Juan José Rego Vidal, a commencé une grève de la faim et de la soif mercredi afin de protester contre sa situation. En effet, Rego, âgé de 71 ans, se trouve actuellement incarcéré dans la prison de Mansilla (province de Léon) depuis 12 ans et fait partie des 14 prisonniers politiques basques qui sont atteints de maladies graves. Malgré cela, on leur refuse l’application de l’article 92 qui envisage la mise en liberté des prisonniers atteints d’une maladie grave ou incurable. Il devait être transféré dans les prochains jours vers l’hôpital de Donostia mais à la dernière minute, on lui a annoncé qu’il ne le serait pas.

C’est la goutte qui a fait déborder le vase. Le prisonnier a indiqué qu’il avait perdu patience et a décidé d’entamer une grève de la faim et de la soif. Juan José Rego souffre de maladies graves et incurables et a, entre autres, des problèmes cérébro-vasculaires, problèmes de la prostate, de diabète, d’hypertension et de graves lésions aux yeux. Finalement, ils l’ont extrait de sa prison pour l’amener aux urgences à l’hôpital. Ils lui ont posé un cathéter. Il a cessé sa grève de la faim. La famille a été prévenue par un ‘informateur parallèle’… Son avocat et la famille se sont rendus à l’hôpital mais n’ont pas eu le droit de le voir.

Juan José Rego Vidal

Juan José Rego Vidal

Pedro Maria Olano Zabala a été arrêté cette nuit par la garde civile espagnole à Lizartza, dans le nord du Pays-Basque (photo). Le ministère de l’intérieur le soupçonne d’avoir collaboré avec l’appareil logistique de l’ETA. Selon lui, il aurait transporté du matériel vers la France et à travers l’Espagne. Lors de l’opération, les forces de l’ordre ont également perquisitionné son domicile ainsi que celui de ses parents et ont saisi divers documents. Olano Zabala avait déjà été condamné en 2009 pour avoir menacé de mort en 2007 la maire conservatrice de Lizartza, favorable a une ligne dure contre l’ETA. Cette arrestation fait suite à la décision du ministère espagnol de l’intérieur d’activer le niveau 2 (sur une échelle de 4) d’alerte antiterroriste en Espagne, de peur du risque d’une action ‘spectaculaire’ de l’ETA durant la présidence espagnole de l’Union Européenne.

Arrestation de Olano Zabala

Arrestation de Olano Zabala

L’Audience nationale a finalement autorisé la manifestation de solidarité avec prisonniers politiques basques cette après-midi à Bilbao (photo). Le tribunal a rejeté la demande d’interdiction présentée par l’association Dignidad y Justicia, tout en demandant à la Ertzaintza de veiller à ce que ‘des expressions de soutien à des organisations terroristes ou à ses membres‘ ne soient pas proférées ou que ‘des pancartes ou des slogans de cet acabit‘ ne soient pas portés. L’association Dignidad y Justicia a prévenu que si ‘une seule photo de membre de l’ETA en détention‘ était exhibé, l’association poursuivra ‘personnellement’ les coupables et a menacé de prendre des ‘mesures disciplinaires opportunes‘ contre le Procureur de l’Audience Nationale pour ‘abandon de ses fonctions‘.

Cette décision apparue quelques heures avant le départ du cortège intervient après la décision de l’Audience nationale qui a estimé la veille que l’aide attribuée aux familles de prisonniers politiques ne relevait pas de la compétence de la communauté autonome du Pays-Basque. Les aides accordées par la Communauté autonome basque aux familles des prisonniers, annulées par le Tribunal suprême espagnol, avaient été octroyées par l’ancien gouvernement basque (conduit par le Parti nationaliste basque PNV) afin de compenser les effets de la dispersion des prisonniers basques originaires de la communauté autonome d’Euskadi. Le gouvernement espagnol s’est opposé à ce décret, considérant qu’il allait à l’encontre de la loi de Reconnaissance des victimes du terrorisme de 2008. La justice espagnole a considéré que si le Statut d’Autonomie octroie bien la compétence en matière pénitentiaire au gouvernement basque, son exercice reste soumis au transfert de compétences en matière pénitentiaire, toujours en attente. Par ailleurs, le gouvernement basque ne peut attribuer des aides sociales qu’aux familles de détenus présents dans des centres pénitentiaires basques.

Manif pour les prisonniers basques

Manif pour les prisonniers basques

Le Collectif des prisonniers politiques basques, (Euskal Preso Kolektiboa Politiken, EPPK) a annoncé que dans les premiers jours de la nouvelle année il va lancer une nouvelle phase de lutte. Dans le texte, qui ne s’arrête pas sur les actions qui seront effectuées, est indiqué que le collectif de prisonniers, dont l’existence même est liée à un conflit politique et aussi à la solution de celui-ci, met sa ‘force’ pour que celui-ci soit résolu en suivant ‘des perspectives politiques et démocratiques‘. Il souligne que, par opposition à ‘cette répression, il est nécessaire d’ouvrir un processus démocratique fort en Euskal Herria‘. Dans ce sens, il remarque que ‘ce peuple (a besoin) d’obliger les deux Etats (à) élaborer une politique pénitentiaire basée uniquement sur des principes démocratiques, en abandonnant la politique de dispersion et de reconnaître la nature politique des prisonniers basques (…) Notre statut politique devrait être reconnue officiellement et positive pour que nous soyons rapatriés à Euskal Herria avec tous nos droits soient respectés‘, fait-il remarquer. De la même manière, il rappelle que ‘EPPK porte une dynamique politique permanente dans toutes les prisons dans les dernières années‘ et que, avec la nouvelle initiative, ‘nous voulons donner une nouvelle impulsion à notre dynamique de lutte‘.

Prisonniers basques

Prisonniers basques

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bilbao (Pays-Basque espagnol) pour soutenir cinq responsables d’un journal en langue basque, Egunkaria, jugés pour des liens présumés avec ETA. Les manifestants ont défilé dans les rues de Bilbao, le centre financier du Pays-Basque, derrière une large banderole noire et blanche sur laquelle on pouvait lire ‘Liberté pour Egunkaria’. Trois anciens dirigeants du gouvernement régional basque – Juan Jose Ibarretxe, Jose Antonio Ardanza et Carlos Garaikoetxea – de même que plusieurs écrivains basques connus ont pris part à la manifestation

En février 2003, la police espagnole avait fermé le journal Egunkaria – mot qui signifie ‘journal’ en langue basque – et arrêté les cinq responsables de la publication, dont le rédacteur en chef. Leur procès a commencé au début de cette semaine à Madrid devant l’Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole. Selon les autorités espagnoles, Egunkaria a été créé et financé par l’ETA qui s’en servait pour blanchir de l’argent obtenu grâce à des enlèvements et à propager l’idéologie du groupe armé.

Affiche de soutien au journal Egunkaria

Affiche de soutien au journal Egunkaria

Depuis début novembre, un nouveau pas vient d’être franchi – un de plus – dans le traitement arbitraire infligé aux prisonniers(ères) politiques basques et à leurs familles. Ces familles voient maintenant les conditions de leur droit élémentaire de visite remises en question, en péril, alors qu’elles étaient déjà difficiles et, parfois même, dangereuses. Chaque semaine, plusieurs familles partent de Bayonne, d’Anglet ou d’autres villes et villages du Labourd et de Basse-Navarre, en Pyrénées-Atlantiques, pour effectuer un voyage souvent très long, pour réaliser des aller-retour de 2400 km en deux jours, afin de rendre une courte visite à leurs proches incarcérés dans de lointaines prisons espagnoles ou françaises, des prisons aussi éloignées que possible – déjà – pour réduire au minimum ces possibilités de visites.

Depuis plus d’un mois, une nouvelle menace, qui se concrétise et s’amplifie chaque week-end, est venue s’ajouter à tout l’arsenal répressif touchant les prisonniers(ères) politiques basques et leurs familles. Suivant cette nouvelle directive – non spécifiée par une loi – les familles peuvent subir une fouille à corps exhaustive, en étant palpées manuellement sur tout le corps et/ou totalement dénudées, de force si les fonctionnaires le veulent, avant de pouvoir réaliser une visite. Exemple: Un visiteur qui souhaitait voir sa compagne, Agurtzane Izarza, incarcérée à Alicante, et qui avait refusé d’être dénudé par les fonctionnaires s’est vu déshabiller de force par quatre gardes civils appelés par ceux-ci et sans aucun résultat. Il ne cachait rien de répréhensible comme l’avaient déjà détecté portique de sécurité et raquette manuelle électroniques, procédés autorisés par la loi, eux. Autre cas: le samedi 5 décembre à la prison de Soria, les fonctionnaires ont refusé les béquilles en bois de la prison à un handicapé physique qui venait visiter Gaizka Gañan et, sans même essayer d’utiliser la raquette, l’ont obligé à enlever son pantalon alors qu’il ne pouvait le faire lui-même.

Depuis l’application de cette nouvelle mesure, à ce jour environ 200 prisonniers(ères) politiques basques n’ont pu recevoir de visite. Des avocats ont mis en route les recours nécessaires mais les procédures sont toujours très longues et peuvent durer plusieurs années en Espagne. Les autorités espagnoles ont très largement le temps de sévir.